Avec un onze de base légèrement modifié puisque Lombaerts remplaçait Kompany (suspension) et Vossen prenait la place d'Ogunjimi (blessure), les Diables Rouges ont commencé la rencontre pied au plancher. Après seulement six minutes de jeu, Chadli tenta une reprise de volée, mais le ballon s'échoua sur la barre transversale. Quatre minutes plus tard, une faute sur Defour est sifflée à l'entrée du rectangle, le tir du pied gauche de Jan Vertonghen fait mouche : 1 - 0 pour les Diables.
Malheureusement, les Belges ne sont pas encore bons sur les phases arrêtées défensives, et cela s'est une nouvelle fois vu. Le but sur corner d'Abishov venait refroidir les 34.985 (un record depuis 10 ans) supporters présents dans le stade.
Heureusement, cette équipe belge a de la ressource, et quinze minutes plus tard, elle obtient un penalty pour une faute de main dans le rectangle. Timmy Simons, le papy de l'équipe, a pris ses responsabilités : 2-1. A partir de ce moment-là, plus rien ne pouvait venir troubler la marche en avant des joueurs belges. Le coup franc de Chadli à la 35e minute poussé au dessus du but par le gardien, le double sauvetage sur la ligne une minute plus tard n'étaient que des avertissements. Mais le centre de Witsel pour la tête de Chadli (premier but sous la vareuse des Diables) n'en était pas un : 3-1 à la 45e.

La deuxième mi-temps se jouait sur un rythme moins élevé, les hommes de Georges Leekens et Marc Wilmots se contentant de gérer l'avantage. Le premier moment fort depuis la reprise fut la montée au jeu d'Eden Hazard, montée réclamée par tout le stade qui scandait son nom depuis plusieurs minutes. Et l'artiste n'a pas tardé à se mettre en action puisque son centre tendu au premier poteau a été repris par Jelle Vossen : 4-1, 73e.

Au classement

Un score final de 4-1 un qui permet au Diables de prendre la deuxième place du groupe avec dix points en six matches. Devant nous, l'intouchable Allemagne qui a fait jusqu'ici un quinze sur quinze. La Turquie quant à elle est troisième, grâce à sa victoire contre l'Autriche, avec neuf points en cinq matches. La Belgique doit encore aller en Allemagne et en Azerbaïdjan et recevoir le Kazakhstan et surtout la Turquie. Ce match contre les Turcs sera capital dans la course à la deuxième place puisque les joueurs de Guus Hiddink devront encore rencontrer l'Allemagne, l'Autriche, le Kazakhstan et l'Azerbaïdjan.

Le calcul est simple, la Belgique doit faire un 9/9 avant son dernier match contre l'Allemagne pour garder toutes ses chances. Car dans ce contexte-là, si on compte sur une victoire de l'Allemagne contre les Turcs, avant la dernière rencontre, la Belgique aurait 19 points en 9 matches et les Turcs 15. Donc même une défaite en terre allemande nous donnerait le ticket pour les barrages.

Dans ce décompte les Autrichiens ne sont plus pris en compte puisqu'ils doivent jouer encore deux fois contre l'Allemagne et une fois contre les Turcs avant d'aller au Kazakhstan et en Azerbaïdjan.

Pierre Vandevelde (stg)

Avec un onze de base légèrement modifié puisque Lombaerts remplaçait Kompany (suspension) et Vossen prenait la place d'Ogunjimi (blessure), les Diables Rouges ont commencé la rencontre pied au plancher. Après seulement six minutes de jeu, Chadli tenta une reprise de volée, mais le ballon s'échoua sur la barre transversale. Quatre minutes plus tard, une faute sur Defour est sifflée à l'entrée du rectangle, le tir du pied gauche de Jan Vertonghen fait mouche : 1 - 0 pour les Diables. Malheureusement, les Belges ne sont pas encore bons sur les phases arrêtées défensives, et cela s'est une nouvelle fois vu. Le but sur corner d'Abishov venait refroidir les 34.985 (un record depuis 10 ans) supporters présents dans le stade. Heureusement, cette équipe belge a de la ressource, et quinze minutes plus tard, elle obtient un penalty pour une faute de main dans le rectangle. Timmy Simons, le papy de l'équipe, a pris ses responsabilités : 2-1. A partir de ce moment-là, plus rien ne pouvait venir troubler la marche en avant des joueurs belges. Le coup franc de Chadli à la 35e minute poussé au dessus du but par le gardien, le double sauvetage sur la ligne une minute plus tard n'étaient que des avertissements. Mais le centre de Witsel pour la tête de Chadli (premier but sous la vareuse des Diables) n'en était pas un : 3-1 à la 45e. La deuxième mi-temps se jouait sur un rythme moins élevé, les hommes de Georges Leekens et Marc Wilmots se contentant de gérer l'avantage. Le premier moment fort depuis la reprise fut la montée au jeu d'Eden Hazard, montée réclamée par tout le stade qui scandait son nom depuis plusieurs minutes. Et l'artiste n'a pas tardé à se mettre en action puisque son centre tendu au premier poteau a été repris par Jelle Vossen : 4-1, 73e. Au classement Un score final de 4-1 un qui permet au Diables de prendre la deuxième place du groupe avec dix points en six matches. Devant nous, l'intouchable Allemagne qui a fait jusqu'ici un quinze sur quinze. La Turquie quant à elle est troisième, grâce à sa victoire contre l'Autriche, avec neuf points en cinq matches. La Belgique doit encore aller en Allemagne et en Azerbaïdjan et recevoir le Kazakhstan et surtout la Turquie. Ce match contre les Turcs sera capital dans la course à la deuxième place puisque les joueurs de Guus Hiddink devront encore rencontrer l'Allemagne, l'Autriche, le Kazakhstan et l'Azerbaïdjan. Le calcul est simple, la Belgique doit faire un 9/9 avant son dernier match contre l'Allemagne pour garder toutes ses chances. Car dans ce contexte-là, si on compte sur une victoire de l'Allemagne contre les Turcs, avant la dernière rencontre, la Belgique aurait 19 points en 9 matches et les Turcs 15. Donc même une défaite en terre allemande nous donnerait le ticket pour les barrages. Dans ce décompte les Autrichiens ne sont plus pris en compte puisqu'ils doivent jouer encore deux fois contre l'Allemagne et une fois contre les Turcs avant d'aller au Kazakhstan et en Azerbaïdjan. Pierre Vandevelde (stg)