"C'est un rêve qui se réalise", a ajouté le joueur du Zenit Saint-Pétersbourg. "Quand j'étais petit, je regardais le Mondial à la télé, je le jouais à la Playstation et maintenant je vais le disputer." La cote des Diables Rouges a grimpé auprès des observateurs internationaux, au point de faire de la Belgique un sérieux outsider du Mondial brésilien. "Il faut les laisser parler. Le Mondial, c'est autre chose, une autre atmosphère, il y a beaucoup plus de pression. Nous avons assez de maturité pour gérer tout cela. Notre ambition est de passer le premier tour, il faut penser match par match." Pour Simon Mignolet, "l'équipe reste les pieds sur terre. Ce n'est pas le moment de penser à des choses stupides comme 'on peut gagner le Mondial', il reste six ou sept mois et on ne sait pas encore qui sera dans notre groupe. Notre prochain objectif, c'est mardi: on peut terminer avec 28 points sur 30. On doit penser à gagner chaque match." (Belga)

"C'est un rêve qui se réalise", a ajouté le joueur du Zenit Saint-Pétersbourg. "Quand j'étais petit, je regardais le Mondial à la télé, je le jouais à la Playstation et maintenant je vais le disputer." La cote des Diables Rouges a grimpé auprès des observateurs internationaux, au point de faire de la Belgique un sérieux outsider du Mondial brésilien. "Il faut les laisser parler. Le Mondial, c'est autre chose, une autre atmosphère, il y a beaucoup plus de pression. Nous avons assez de maturité pour gérer tout cela. Notre ambition est de passer le premier tour, il faut penser match par match." Pour Simon Mignolet, "l'équipe reste les pieds sur terre. Ce n'est pas le moment de penser à des choses stupides comme 'on peut gagner le Mondial', il reste six ou sept mois et on ne sait pas encore qui sera dans notre groupe. Notre prochain objectif, c'est mardi: on peut terminer avec 28 points sur 30. On doit penser à gagner chaque match." (Belga)