Dans le Sport/Foot Magazine paru ce mercredi, Jean-Luc Dehaene, président de la commission de fair-play financier de l'UEFA, explique dans le détail comment la fédération européenne contrôlera et sanctionnera les mauvais élèves à partir de la saison 2013-2014. Pour résumer: il faudra équilibrer les recettes et les dépenses liées au football sur les trois dernières saisons. Les clubs qui n'y parviendront pas seront sanctionnés, la peine extrême étant l'exclusion des compétitions européennes ("la bombe atomique", selon l'expression de l'ex-Premier ministre).

On sait que beaucoup de grands clubs perdent énormément d'argent chaque année. Le FC Barcelone n'échappe pas à la règle. Malgré ses succès à répétition (sa victoire récente en finale de Ligue des Champions lui a rapporté 27 millions), son stade constamment sold-out, ses recettes publicitaires démesurées, ses droits TV pharaoniques, etc, il ne parvient pas à l'équilibre. La saison qui vient de se terminer se clôture sur une nouvelle perte : 21 millions d'euros (441 millions de dépenses et 420 millions de rentrées). Sur la campagne 2009-2010, Barcelone avait perdu 83 millions.

Aujourd'hui, la dette cumulée du Barça se monte à 364 millions! Or, la réduction progressive de la dette est une autre obligation de la commission de fair-play financier. Mais les Espagnols ont-ils l'intention d'y arriver? Pas sûr! Leur vice-président et responsable financier affirme que 45 millions seront encore disponibles cet été pour recruter de nouveaux joueurs.

Que fera l'UEFA si rien ne change au sommet du foot européen dans les prochaines années? Osera-t-elle sanctionner les clubs? Prendra-t-elle le risque d'en priver certains de Coupes d'Europe? Dehaene reconnaît qu'il craint déjà des actions en justice mais espère qu'on "sortira de cette maladie... qui frappe surtout le football belge".

Pierre Danvoye

Dans le Sport/Foot Magazine paru ce mercredi, Jean-Luc Dehaene, président de la commission de fair-play financier de l'UEFA, explique dans le détail comment la fédération européenne contrôlera et sanctionnera les mauvais élèves à partir de la saison 2013-2014. Pour résumer: il faudra équilibrer les recettes et les dépenses liées au football sur les trois dernières saisons. Les clubs qui n'y parviendront pas seront sanctionnés, la peine extrême étant l'exclusion des compétitions européennes ("la bombe atomique", selon l'expression de l'ex-Premier ministre). On sait que beaucoup de grands clubs perdent énormément d'argent chaque année. Le FC Barcelone n'échappe pas à la règle. Malgré ses succès à répétition (sa victoire récente en finale de Ligue des Champions lui a rapporté 27 millions), son stade constamment sold-out, ses recettes publicitaires démesurées, ses droits TV pharaoniques, etc, il ne parvient pas à l'équilibre. La saison qui vient de se terminer se clôture sur une nouvelle perte : 21 millions d'euros (441 millions de dépenses et 420 millions de rentrées). Sur la campagne 2009-2010, Barcelone avait perdu 83 millions. Aujourd'hui, la dette cumulée du Barça se monte à 364 millions! Or, la réduction progressive de la dette est une autre obligation de la commission de fair-play financier. Mais les Espagnols ont-ils l'intention d'y arriver? Pas sûr! Leur vice-président et responsable financier affirme que 45 millions seront encore disponibles cet été pour recruter de nouveaux joueurs. Que fera l'UEFA si rien ne change au sommet du foot européen dans les prochaines années? Osera-t-elle sanctionner les clubs? Prendra-t-elle le risque d'en priver certains de Coupes d'Europe? Dehaene reconnaît qu'il craint déjà des actions en justice mais espère qu'on "sortira de cette maladie... qui frappe surtout le football belge". Pierre Danvoye