A Genk en Supercoupe, à Mons en championnat, contre Zurich en Ligue des Champions, ça n'avait pas marché pour le Standard. Une constante : on n'a pas vu une seule fois Steven Defour et Eliaquim Mangala sur la pelouse. Toujours sous contrat ? Oui. Blessés ? Non. Motivés ? Non plus, selon la version du staff et du club en tout cas.

Les deux joueurs veulent apparemment partir mais ont jusqu'à présent refusé toutes les offres, notamment celles du Sporting Lisbonne et de Valence. Accepteront-ils la proposition de Porto ? Le Standard en fera-t-il autant ?

Pourquoi Defour n'a-t-il pas signé à Lisbonne le week-end dernier ?

Tout ou presque était arrangé : Defour et Stefani devaient se rendre le week-end passé à Lisbonne pour finaliser son passage au Sporting. C'est ce que Stefani nous avait confié. Enfin, une solution allait être trouvée. Réplique de Pierre François quelques heures après la défaite à Zurich : "A les entendre, ça va toujours se débloquer dans les jours ou les heures à venir. J'en ai marre d'entendre des trucs pareils."

Mais Lisbonne n'avait pas encore réussi à se débarrasser de joueurs qu'il fallait vendre, donc tout a été retardé. Vendredi, le directeur général de Porto est venu aux nouvelles chez Stefani. Avec cette question : "Cela intéresserait-il Defour de venir chez nous ?" Réponse immédiate du manager : "Evidemment. Trois des quatre demi-finalistes de la dernière Europa League étaient des clubs portugais, ça en dit assez sur le niveau de ce championnat."

Et en fin de week-end, Stefani nous disait : "Si le Standard et Porto arrivent à se mettre d'accord, tout peut aller très vite." Il prévoyait une réunion entre les directions dès lundi. Mais dimanche tard dans la soirée, Pierre François nous affirmait qu'il n'était au courant de rien. Et qu'il n'était de toute façon pas question que Defour aille à Porto...

Pourquoi Mangala a-t-il refusé Valence ?

Oui, son avenir en Liga appartient à lui et lui seul ! Valence, ce n'est pas un troisième couteau de ce championnat mais une grosse pointure qualifiée directement pour la Ligue des Champions. Mais le défenseur français se fait toujours tirer l'oreille.

Le transfert de Nacho Gonzalez, de Valence, a permis d'établir un contact entre le Standard et le club espagnol. "Ce club était fort intéressé par Mangala, et à partir du moment où nous avons vu ses dirigeants pour négocier l'arrivée de Gonzalez, nous avons été obligés d'ouvrir des discussions pour Mangala", explique le directeur. "Le joueur a tout de suite été enthousiaste. Il nous a parlé du niveau du championnat espagnol, de la participation à la Ligue des Champions, de la qualité de vie là-bas, etc."

Et puis... "Il a suffi que cet accord soit signé pour que Mangala estime que la Liga n'était plus un super championnat, que Valence n'était plus un super club, que le fait d'aller là-bas n'augmentait plus ses chances de jouer en équipe nationale, etc." Jean-François de Sart signale : "Je ne sais pas ce que Mangala a dans la tête."

Le dénouement de cette saga du mercato est prévu pour ce vendredi. Mais la conclusion des transferts de Defour et Mangala a déjà été tellement reportée qu'on ne peut plus jurer de rien...

Retrouvez l'intégralité de l'article consacré à "l'affaire Defour et Mangala" dans votre Sport/Foot Magazine de cette semaine.

Pierre Danvoye et Geert Foutré, Sport/Foot Magazine

A Genk en Supercoupe, à Mons en championnat, contre Zurich en Ligue des Champions, ça n'avait pas marché pour le Standard. Une constante : on n'a pas vu une seule fois Steven Defour et Eliaquim Mangala sur la pelouse. Toujours sous contrat ? Oui. Blessés ? Non. Motivés ? Non plus, selon la version du staff et du club en tout cas. Les deux joueurs veulent apparemment partir mais ont jusqu'à présent refusé toutes les offres, notamment celles du Sporting Lisbonne et de Valence. Accepteront-ils la proposition de Porto ? Le Standard en fera-t-il autant ? Pourquoi Defour n'a-t-il pas signé à Lisbonne le week-end dernier ? Tout ou presque était arrangé : Defour et Stefani devaient se rendre le week-end passé à Lisbonne pour finaliser son passage au Sporting. C'est ce que Stefani nous avait confié. Enfin, une solution allait être trouvée. Réplique de Pierre François quelques heures après la défaite à Zurich : "A les entendre, ça va toujours se débloquer dans les jours ou les heures à venir. J'en ai marre d'entendre des trucs pareils." Mais Lisbonne n'avait pas encore réussi à se débarrasser de joueurs qu'il fallait vendre, donc tout a été retardé. Vendredi, le directeur général de Porto est venu aux nouvelles chez Stefani. Avec cette question : "Cela intéresserait-il Defour de venir chez nous ?" Réponse immédiate du manager : "Evidemment. Trois des quatre demi-finalistes de la dernière Europa League étaient des clubs portugais, ça en dit assez sur le niveau de ce championnat." Et en fin de week-end, Stefani nous disait : "Si le Standard et Porto arrivent à se mettre d'accord, tout peut aller très vite." Il prévoyait une réunion entre les directions dès lundi. Mais dimanche tard dans la soirée, Pierre François nous affirmait qu'il n'était au courant de rien. Et qu'il n'était de toute façon pas question que Defour aille à Porto... Pourquoi Mangala a-t-il refusé Valence ? Oui, son avenir en Liga appartient à lui et lui seul ! Valence, ce n'est pas un troisième couteau de ce championnat mais une grosse pointure qualifiée directement pour la Ligue des Champions. Mais le défenseur français se fait toujours tirer l'oreille. Le transfert de Nacho Gonzalez, de Valence, a permis d'établir un contact entre le Standard et le club espagnol. "Ce club était fort intéressé par Mangala, et à partir du moment où nous avons vu ses dirigeants pour négocier l'arrivée de Gonzalez, nous avons été obligés d'ouvrir des discussions pour Mangala", explique le directeur. "Le joueur a tout de suite été enthousiaste. Il nous a parlé du niveau du championnat espagnol, de la participation à la Ligue des Champions, de la qualité de vie là-bas, etc." Et puis... "Il a suffi que cet accord soit signé pour que Mangala estime que la Liga n'était plus un super championnat, que Valence n'était plus un super club, que le fait d'aller là-bas n'augmentait plus ses chances de jouer en équipe nationale, etc." Jean-François de Sart signale : "Je ne sais pas ce que Mangala a dans la tête." Le dénouement de cette saga du mercato est prévu pour ce vendredi. Mais la conclusion des transferts de Defour et Mangala a déjà été tellement reportée qu'on ne peut plus jurer de rien... Retrouvez l'intégralité de l'article consacré à "l'affaire Defour et Mangala" dans votre Sport/Foot Magazine de cette semaine. Pierre Danvoye et Geert Foutré, Sport/Foot Magazine