Après les Mpenza, Vincent Kompany et Romelu Lukaku, la Belgique a découvert une nouvelle perle noire originaire du Congo: Dedryck Boyata. Le défenseur central gauche de Manchester City a vu sa patience récompensée fin septembre quand il fut titularisé face aux stars de Chelsea, Didier Drogba et Nicolas Anelka. Même s'il a joué à l'arrière droit, il s'est bien tiré d'affaire. Avec Kompany, Kolo Touré et Pablo Zabaleta, le néo-Diable s'est attiré les compliments de Roberto Mancini, l'entraîneur de City depuis un peu plus d'un an. Boyata a profité des occasions reçues et il a été élu Jeune Joueur de l'Année à City en fin de saison.

Bienvenue Mandungu Boyata emmenait son fils à ses matches: "J'ai joué à l'Union et au Stade Louvain, en attaque. J'aurais voulu que Dedryck devienne avant, pour lui inculquer mon expérience, mais il reculait pour défendre et distribuer le jeu. La défense est son biotope."

Le petit Boyata a effectué ses débuts au Red Star Woluwé puis, à seize ans, il a postulé chez les -17 ans du FC Brussels. Un an plus tard, il joue en -19 ans où son flair et sa jovialité en font le chouchou de l'équipe et son leader naturel. Les Bruxellois participent à la prestigieuse Milk Cup en Irlande du Nord où il impressionne plusieurs clubs anglais. City est le plus rapide et en quelques jours, le transfert du jeune défenseur était conclu.

Au début de la saison passée, le propriétaire, Sheikh Mansour bin Zayed Al Nayhan, a enrôlé une volée de ténors, parmi lesquels Touré et Joleon Lescott. Son père: "Dedryck ne savait plus s'il avait encore sa place dans le noyau. Mais quand l'entraîneur lui accordait sa confiance, il retrouvait sa sérénité. Il ne comprend pas toujours qu'il est entouré de grands noms."

Ses qualités font l'unanimité: sa taille et sa puissance en font un bloc de granit en défense. On loue aussi sa vista, son intelligence et sa concentration. Son père n'aime pas s'attarder sur ses points faibles: "Il faut qu'il exploite mieux son corps sur les phases arrêtées. Avec son physique, il devrait marquer davantage mais il se comporte encore trop en défenseur au lieu de viser le but. Si je devais le comparer à quelqu'un, ce serait à Yaya Touré. Comme lui, Dedryck a une très bonne technique, qu'il allie à sa force. Il pourrait aussi exceller dans l'entrejeu."

Avant les matches contre l'Allemagne et la Turquie, Boyata et quelques autres Espoirs ont complété le noyau pendant la préparation. Un mois plus tard, il a reçu sa première sélection. Bienvenue Boyata: "Il était déjà fou de joie de pouvoir participer à l'entraînement. Malgré la concurrence qui règne dans sa ligne, il peut apporter quelque chose. Porter ce maillot sera de toute façon un immense honneur."

Mathieu Wouters

Après les Mpenza, Vincent Kompany et Romelu Lukaku, la Belgique a découvert une nouvelle perle noire originaire du Congo: Dedryck Boyata. Le défenseur central gauche de Manchester City a vu sa patience récompensée fin septembre quand il fut titularisé face aux stars de Chelsea, Didier Drogba et Nicolas Anelka. Même s'il a joué à l'arrière droit, il s'est bien tiré d'affaire. Avec Kompany, Kolo Touré et Pablo Zabaleta, le néo-Diable s'est attiré les compliments de Roberto Mancini, l'entraîneur de City depuis un peu plus d'un an. Boyata a profité des occasions reçues et il a été élu Jeune Joueur de l'Année à City en fin de saison. Bienvenue Mandungu Boyata emmenait son fils à ses matches: "J'ai joué à l'Union et au Stade Louvain, en attaque. J'aurais voulu que Dedryck devienne avant, pour lui inculquer mon expérience, mais il reculait pour défendre et distribuer le jeu. La défense est son biotope."Le petit Boyata a effectué ses débuts au Red Star Woluwé puis, à seize ans, il a postulé chez les -17 ans du FC Brussels. Un an plus tard, il joue en -19 ans où son flair et sa jovialité en font le chouchou de l'équipe et son leader naturel. Les Bruxellois participent à la prestigieuse Milk Cup en Irlande du Nord où il impressionne plusieurs clubs anglais. City est le plus rapide et en quelques jours, le transfert du jeune défenseur était conclu. Au début de la saison passée, le propriétaire, Sheikh Mansour bin Zayed Al Nayhan, a enrôlé une volée de ténors, parmi lesquels Touré et Joleon Lescott. Son père: "Dedryck ne savait plus s'il avait encore sa place dans le noyau. Mais quand l'entraîneur lui accordait sa confiance, il retrouvait sa sérénité. Il ne comprend pas toujours qu'il est entouré de grands noms."Ses qualités font l'unanimité: sa taille et sa puissance en font un bloc de granit en défense. On loue aussi sa vista, son intelligence et sa concentration. Son père n'aime pas s'attarder sur ses points faibles: "Il faut qu'il exploite mieux son corps sur les phases arrêtées. Avec son physique, il devrait marquer davantage mais il se comporte encore trop en défenseur au lieu de viser le but. Si je devais le comparer à quelqu'un, ce serait à Yaya Touré. Comme lui, Dedryck a une très bonne technique, qu'il allie à sa force. Il pourrait aussi exceller dans l'entrejeu."Avant les matches contre l'Allemagne et la Turquie, Boyata et quelques autres Espoirs ont complété le noyau pendant la préparation. Un mois plus tard, il a reçu sa première sélection. Bienvenue Boyata: "Il était déjà fou de joie de pouvoir participer à l'entraînement. Malgré la concurrence qui règne dans sa ligne, il peut apporter quelque chose. Porter ce maillot sera de toute façon un immense honneur."Mathieu Wouters