"C'était un ami", explique Rodrigo Beenkens sur le site de la RTBF. "Professionnellement, c'était quelqu'un d'exceptionnel car il anticipait tout. J'ai vécu un Tour de France à ses côtés et j'ai compris qu'il pouvait, lui, expliquer aux téléspectateurs pourquoi Armstrong attaquait ? pourquoi Ullrich n'attaquait pas à cet endroit ? Il avait la science de la course, une facilité de locution ainsi qu'une fameuse dose d'humour. Au début, je l'imaginais comme quelqu'un d'hautain, d'arrogant, de distant mais en fait, c'était un homme timide. Humainement, c'était quelqu'un de fantastique. Cela peut paraître banal de dire cela mais c'est la vérité. Je l'ai connu à l'époque où il travaillait à Eurosport. Il était mort de rire à côté de moi dans la cabine lors du championnat du monde en 1994 en Sicile lorsqu'il m'a entendu parler d'un certain américain Horner qui s'était illustré et j'ai du dire une bêtise du style "aucun lien de parenté avec Yvette". Il avait beaucoup d'humour. Je me rappelle qu'après le Tour perdu en 89 face à Lemond, il avait dit: "Vous avez trouvé mon épitaphe: "8 secondes"."

Eddy Merckx a déclaré qu'avec la disparition de Laurent Fignon, le cyclisme a perdu "un grand monsieur et un super champion".

"Je l'appréciais d'abord en tant que coureur. C'était un champion complet", a déclaré Eddy Merckx sur le site internet de RMC. "On ne peut pas remporter le Tour de France si on n'est pas un coureur complet. Et puis c'était aussi un homme d'une grande honnêteté. Il donnait toujours son opinion, il ne tournait pas autour du pot. C'était aussi quelqu'un de très intelligent, il avait toujours une très bonne analyse de la course. Malheureusement, il est parti beaucoup trop tôt. 50 ans, c'est bien trop jeune !", a commenté le quintuple vainqueur de la Grande Boucle.

L'Américain Lance Armstrong, sept fois vainqueur du Tour de France, a qualifié mardi de "cycliste de légende" le Français Laurent Fignon décédé des suites d'un cancer."Je viens juste d'apprendre la disparition de Laurent Fignon. Il était un ami cher et un cycliste de légende. Tu vas nous manquer, Laurent", écrit Lance Armstrong sur sa messagerie personnelle Twitter.

L'Américain Greg LeMond, qui avait battu Laurent Fignon de 8 secondes lors du Tour de France 1989, s'est dit "choqué" d'apprendre la mort de son ancien rival.

"Pour moi, il était vraiment un homme unique", a déclaré le triple vainqueur de la Grande Boucle (1986, 1989, 1990) interrogé depuis le Minnesota par la chaîne de télévision France 24.

Greg LeMond a confié qu'il avait encore eu des nouvelles de Laurent Fignon la semaine dernière. "C'est un mec qui ne parle pas beaucoup, c'est un homme privé, mais aussi un homme qui a une forte tête. J'aime bien, il est honnête avec lui-même".

"Pour moi, il était un des meilleurs coureurs des 35, 40 dernières années", a souligné Greg LeMond. "En 1989, moi sur le podium, je me sentais mal pour lui", a-t-il ajouté, en allusion aux huit secondes qui lui avaient permis de coiffer Fignon cette année-là sur les Champs-Elysées.

Sportmagazine.be, avec Belga

"C'était un ami", explique Rodrigo Beenkens sur le site de la RTBF. "Professionnellement, c'était quelqu'un d'exceptionnel car il anticipait tout. J'ai vécu un Tour de France à ses côtés et j'ai compris qu'il pouvait, lui, expliquer aux téléspectateurs pourquoi Armstrong attaquait ? pourquoi Ullrich n'attaquait pas à cet endroit ? Il avait la science de la course, une facilité de locution ainsi qu'une fameuse dose d'humour. Au début, je l'imaginais comme quelqu'un d'hautain, d'arrogant, de distant mais en fait, c'était un homme timide. Humainement, c'était quelqu'un de fantastique. Cela peut paraître banal de dire cela mais c'est la vérité. Je l'ai connu à l'époque où il travaillait à Eurosport. Il était mort de rire à côté de moi dans la cabine lors du championnat du monde en 1994 en Sicile lorsqu'il m'a entendu parler d'un certain américain Horner qui s'était illustré et j'ai du dire une bêtise du style "aucun lien de parenté avec Yvette". Il avait beaucoup d'humour. Je me rappelle qu'après le Tour perdu en 89 face à Lemond, il avait dit: "Vous avez trouvé mon épitaphe: "8 secondes"." Eddy Merckx a déclaré qu'avec la disparition de Laurent Fignon, le cyclisme a perdu "un grand monsieur et un super champion". "Je l'appréciais d'abord en tant que coureur. C'était un champion complet", a déclaré Eddy Merckx sur le site internet de RMC. "On ne peut pas remporter le Tour de France si on n'est pas un coureur complet. Et puis c'était aussi un homme d'une grande honnêteté. Il donnait toujours son opinion, il ne tournait pas autour du pot. C'était aussi quelqu'un de très intelligent, il avait toujours une très bonne analyse de la course. Malheureusement, il est parti beaucoup trop tôt. 50 ans, c'est bien trop jeune !", a commenté le quintuple vainqueur de la Grande Boucle. L'Américain Lance Armstrong, sept fois vainqueur du Tour de France, a qualifié mardi de "cycliste de légende" le Français Laurent Fignon décédé des suites d'un cancer."Je viens juste d'apprendre la disparition de Laurent Fignon. Il était un ami cher et un cycliste de légende. Tu vas nous manquer, Laurent", écrit Lance Armstrong sur sa messagerie personnelle Twitter. L'Américain Greg LeMond, qui avait battu Laurent Fignon de 8 secondes lors du Tour de France 1989, s'est dit "choqué" d'apprendre la mort de son ancien rival. "Pour moi, il était vraiment un homme unique", a déclaré le triple vainqueur de la Grande Boucle (1986, 1989, 1990) interrogé depuis le Minnesota par la chaîne de télévision France 24. Greg LeMond a confié qu'il avait encore eu des nouvelles de Laurent Fignon la semaine dernière. "C'est un mec qui ne parle pas beaucoup, c'est un homme privé, mais aussi un homme qui a une forte tête. J'aime bien, il est honnête avec lui-même". "Pour moi, il était un des meilleurs coureurs des 35, 40 dernières années", a souligné Greg LeMond. "En 1989, moi sur le podium, je me sentais mal pour lui", a-t-il ajouté, en allusion aux huit secondes qui lui avaient permis de coiffer Fignon cette année-là sur les Champs-Elysées. Sportmagazine.be, avec Belga