Sorgic a débuté sa carrière sportive en Yougoslavie, avant de rejoindre le FC Liégeois en 1969. Après un passage à Waterschei, l'attaquant a joué deux saisons en France, à Caen, avant de revenir en Belgique, à Hasselt puis à la RAA Louviéroise. Il termina sa carrière outre-Atlantique, notamment à Los Angeles, où il fut équipier de George Best, l'enfant terrible du football anglais. Reconverti en agent de joueur, Sorgic connaissait depuis quelques années des problèmes avec la justice liégeoise suite au transfert du Croate Ivica Mornar dont il avait été l'agent. Il était suspecté d'avoir participé à un montage financier élaboré par le Standard pour éluder l'impôt lors du transfert de Mornar à Anderlecht en 2001. Il faisait partie de la trentaine de personnes inculpées pour faux et usage de faux par le juge liégeois Philippe Richard dans le dossier "Standard", qui devait être examiné ce lundi par la chambre du conseil de Liège, mais a été remis sine die, à la demande de trois avocats. (MICHEL KRAKOWSKI)

Sorgic a débuté sa carrière sportive en Yougoslavie, avant de rejoindre le FC Liégeois en 1969. Après un passage à Waterschei, l'attaquant a joué deux saisons en France, à Caen, avant de revenir en Belgique, à Hasselt puis à la RAA Louviéroise. Il termina sa carrière outre-Atlantique, notamment à Los Angeles, où il fut équipier de George Best, l'enfant terrible du football anglais. Reconverti en agent de joueur, Sorgic connaissait depuis quelques années des problèmes avec la justice liégeoise suite au transfert du Croate Ivica Mornar dont il avait été l'agent. Il était suspecté d'avoir participé à un montage financier élaboré par le Standard pour éluder l'impôt lors du transfert de Mornar à Anderlecht en 2001. Il faisait partie de la trentaine de personnes inculpées pour faux et usage de faux par le juge liégeois Philippe Richard dans le dossier "Standard", qui devait être examiné ce lundi par la chambre du conseil de Liège, mais a été remis sine die, à la demande de trois avocats. (MICHEL KRAKOWSKI)