Dans un geste de mauvaise humeur, David Nalbandian a frappé du pied un panneau de publicité. Celui-ci a volé en éclat et heurté le tibia d'un juge de ligne qui a visiblement eu mal. Blessé il a dû aller se faire soigner. Le superviseur n'a eu d'autre choix que de disqualifier le tombeur de Xavier Malisse en quart de finale. Nalbandian menait pourtant 7-6 (7/3) et 3-4 face au Croate Marin Cilic (ATP 25/N.6) au moment de l'incident qui a mis fin à la finale au bout de 1h26.

L'Argentin a semblé immédiatement confus après son geste, mais ses excuses à sa victime n'ont pas empêché le superviseur de prononcer sa disqualification.

Après la remise du trophée à son adversaire, Nalbandian, 30 ans, a reconnu devant le public qu'il "avait commis une erreur". "On est parfois frustré sur le court. C'est difficile de se contrôler. Je suis désolé", a déclaré l'ancien N.3 mondial. Il a toutefois critiqué l'ATP, accusé de "ne rien faire" pour les joueurs. Prié de dire par le speaker s'il aurait dû être autorisé à poursuivre le match, il a répondu : "je ne sais pas".

Cilic a déclaré qu'il aurait "voulu gagner d'une autre façon". "Le match était ouvert et il y avait eu de beaux échanges. C'est dommage de voir une finale se terminer comme ça", a dit le 25e joueur mondial.

Cilic, 23 ans, avec ce succès dans cette épreuve de l'ATP dotée de 625.300 euros, décroche un 7e titre à l'occasion de sa 14e finale sur le circuit ATP. Son dernier titre remontait à l'an dernier à Saint-Pétersbourg.

Nalbandian, qui jouait sa 23e finale, la première depuis 18 mois et celle perdue à Auckland, reste à 11 titres en carrière. Le Sud-Américain, âgé de 30 ans, avait remporté quatre des cinq confrontations précédentes avec Cilic. Il s'agissait du premier match entre les deux hommes sur gazon.

Sportfootmagazine.be, avec Belga

Dans un geste de mauvaise humeur, David Nalbandian a frappé du pied un panneau de publicité. Celui-ci a volé en éclat et heurté le tibia d'un juge de ligne qui a visiblement eu mal. Blessé il a dû aller se faire soigner. Le superviseur n'a eu d'autre choix que de disqualifier le tombeur de Xavier Malisse en quart de finale. Nalbandian menait pourtant 7-6 (7/3) et 3-4 face au Croate Marin Cilic (ATP 25/N.6) au moment de l'incident qui a mis fin à la finale au bout de 1h26. L'Argentin a semblé immédiatement confus après son geste, mais ses excuses à sa victime n'ont pas empêché le superviseur de prononcer sa disqualification.Après la remise du trophée à son adversaire, Nalbandian, 30 ans, a reconnu devant le public qu'il "avait commis une erreur". "On est parfois frustré sur le court. C'est difficile de se contrôler. Je suis désolé", a déclaré l'ancien N.3 mondial. Il a toutefois critiqué l'ATP, accusé de "ne rien faire" pour les joueurs. Prié de dire par le speaker s'il aurait dû être autorisé à poursuivre le match, il a répondu : "je ne sais pas". Cilic a déclaré qu'il aurait "voulu gagner d'une autre façon". "Le match était ouvert et il y avait eu de beaux échanges. C'est dommage de voir une finale se terminer comme ça", a dit le 25e joueur mondial. Cilic, 23 ans, avec ce succès dans cette épreuve de l'ATP dotée de 625.300 euros, décroche un 7e titre à l'occasion de sa 14e finale sur le circuit ATP. Son dernier titre remontait à l'an dernier à Saint-Pétersbourg. Nalbandian, qui jouait sa 23e finale, la première depuis 18 mois et celle perdue à Auckland, reste à 11 titres en carrière. Le Sud-Américain, âgé de 30 ans, avait remporté quatre des cinq confrontations précédentes avec Cilic. Il s'agissait du premier match entre les deux hommes sur gazon. Sportfootmagazine.be, avec Belga