"Enfin!", s'est exclamé lundi le coureur anversois Jürgen Van den Broeck (Omega Pharma-Lotto), 28 ans, après la première véritable victoire de sa carrière professionnelle lors de la première étape du 63e Critérium du Dauphiné Libéré cycliste (WorldTour) disputée sur la distance de 144 kilomètres entre Albertville et Saint-Pierre-de-Chartreuse. L'ancien champion du monde junior du contre-la-montre (2001) avait en effet jusqu'à présent dû se contenter de succès dans les critériums de Schriek (2006), Herentals (2009 et 2010), Wetteren (2009) et Peer (2010).

"Cinquième du Tour l'année dernière, et septième du Giro en 2008, c'est bien, mais rien ne vaut une telle victoire", a-t-il avoué en descendant de machine. "Savez-vous que j'ai même dû faire appel à un mental coach pour que l'attente de ce premier succès ne devienne pas obsessionnelle. Mais il n'y a plus de risque maintenant. J'avoue que je ne m'attendais pas à gagner ici. Mais je ne vais pas m'en plaindre. On va dire que ce n'était pas encore la haute montagne, mais qu'importe. Ce qui compte, c'est le bouquet. Surtout pour le moral. J'ai passé cinq semaines loin de chez moi à reconnaître les cols du Tour de France et lors d'un stage en altitude. J'apprécie donc beaucoup cette récompense qui annonce des beaux jours..."

Jurgen Van den Broeck reconnaît que son attaque décisive dans la montée finale vers Saint-Pierre-de-Chartreuse n'était pas préméditée. "J'ai senti que j'avais les jambes pour gagner", explique-t-il en effet. "Et cela aurait été bête de ne pas tenter d'en profiter. J'ai donc réagi au quart de tour quand Jurgen Roelandts m'a crié de sauter dans la roue de Kanstantsin Sivtsov. Vous connaissez la suite..."

Jurgen Van den Broeck, quatrième de l'édition 2010 du Dauphiné Liberé, portera le maillot à pois de leader du classement des meilleurs grimpeurs, mardi lors de la deuxème étape Voiron-Lyon, disputée sur un parcours plat de 179 km.

Sportfootmagazine.be, avec Belga

"Enfin!", s'est exclamé lundi le coureur anversois Jürgen Van den Broeck (Omega Pharma-Lotto), 28 ans, après la première véritable victoire de sa carrière professionnelle lors de la première étape du 63e Critérium du Dauphiné Libéré cycliste (WorldTour) disputée sur la distance de 144 kilomètres entre Albertville et Saint-Pierre-de-Chartreuse. L'ancien champion du monde junior du contre-la-montre (2001) avait en effet jusqu'à présent dû se contenter de succès dans les critériums de Schriek (2006), Herentals (2009 et 2010), Wetteren (2009) et Peer (2010). "Cinquième du Tour l'année dernière, et septième du Giro en 2008, c'est bien, mais rien ne vaut une telle victoire", a-t-il avoué en descendant de machine. "Savez-vous que j'ai même dû faire appel à un mental coach pour que l'attente de ce premier succès ne devienne pas obsessionnelle. Mais il n'y a plus de risque maintenant. J'avoue que je ne m'attendais pas à gagner ici. Mais je ne vais pas m'en plaindre. On va dire que ce n'était pas encore la haute montagne, mais qu'importe. Ce qui compte, c'est le bouquet. Surtout pour le moral. J'ai passé cinq semaines loin de chez moi à reconnaître les cols du Tour de France et lors d'un stage en altitude. J'apprécie donc beaucoup cette récompense qui annonce des beaux jours..." Jurgen Van den Broeck reconnaît que son attaque décisive dans la montée finale vers Saint-Pierre-de-Chartreuse n'était pas préméditée. "J'ai senti que j'avais les jambes pour gagner", explique-t-il en effet. "Et cela aurait été bête de ne pas tenter d'en profiter. J'ai donc réagi au quart de tour quand Jurgen Roelandts m'a crié de sauter dans la roue de Kanstantsin Sivtsov. Vous connaissez la suite..." Jurgen Van den Broeck, quatrième de l'édition 2010 du Dauphiné Liberé, portera le maillot à pois de leader du classement des meilleurs grimpeurs, mardi lors de la deuxème étape Voiron-Lyon, disputée sur un parcours plat de 179 km.Sportfootmagazine.be, avec Belga