Marc Coma, lauréat du Dakar de l'an dernier et âgé de 35 ans, s'est imposé au terme des 295 km de spéciale entre Santa Rosa de la Pampa et San Rafael en Argentine. Il a devancé de 1:18 le Français Cyril Despres (KTM) et de 2:33 l'Espagnol Joan Barreda Bort (Husqvarna). Le Chilien Francisco Lopez (Aprilia), vainqueur dimanche de la première étape, a pris la 4e place à 2:44.

Coma prend la tête du classement général. Il compte 2:30 d'avance sur Lopez et 2:52 sur Despres.

Marc Coma s'est déjà imposé à trois reprises au classement final du Dakar en 2006, 2009 et 2011.

Au cours de l'étape, le motard français Bruno Da Costa (Yamaha) a été grièvement blessé en heurtant de plein fouet un bovin. Le pilote de 38 ans, qui souffre selon un premier diagnostic d'une hémorragie rénale, a été transporté d'urgence à l'hôpital de Mendoza. La vache heurtée par le pilote a été tuée sur le coup lors du choc.

Jean-Marc Fortin, 3e au génaral

Du côté des autos, Nasser Al-Attiyah, qui avait perdu près de 10 minutes lors de la 1re étape dimanche à cause d'un problème moteur sur son Hummer, s'est imposé de 54 secondes face à Peterhansel et sa Mini, un autre Hummer, celui de Robby Gordon, venant compléter le podium du jour. L'Américain aurait sans doute pu jouer la victoire d'étape sans une crevaison après un choc avec une grosse pierre.

Le Français prend néanmoins la tête du classement général, devant Gordon. Le Polonais Krzysztof Holowczyc et notre compatriote Jean-Marc Fortin sont 3es au classement. Al-Attiyah remonte lui à la 6e place du général, rappelant à tous ses adversaires qu'il faudra encore compter avec lui pour la victoire finale.

Peterhansel, recordman des victoires au Dakar avec neuf couronnes (six en moto et trois en auto), a longtemps cru avoir remporté l'étape, avant de se faire doubler sur le fil par Al-Attiyah, pourtant 12e temps seulement à mi-parcours de la spéciale, qui a fait parler la poudre dans les dunes finales, malgré une fenêtre cassé.

Le Français, 3e dimanche et donc 2e lundi, a cependant prouvé qu'il serait l'un des grands favoris pour le titre, qui lui échappe depuis l'arrivée du rallye en Amérique du Sud, en 2009.

"Le début de la spéciale était rapide, donc il n'y avait pas moyen de faire la différence (...), mais on s'est senti un peu mieux sur la fin quand ça a commencé à secouer, à être un peu plus vicieux au niveau des dunes", a expliqué Peterhansel, avant de s'engager pour la longue liaison de quelque 500 km devant le mener au bivouac de San Rafael.

Le résumé de l'étape :

Sportfootmagazine.be, avec Belga

Marc Coma, lauréat du Dakar de l'an dernier et âgé de 35 ans, s'est imposé au terme des 295 km de spéciale entre Santa Rosa de la Pampa et San Rafael en Argentine. Il a devancé de 1:18 le Français Cyril Despres (KTM) et de 2:33 l'Espagnol Joan Barreda Bort (Husqvarna). Le Chilien Francisco Lopez (Aprilia), vainqueur dimanche de la première étape, a pris la 4e place à 2:44. Coma prend la tête du classement général. Il compte 2:30 d'avance sur Lopez et 2:52 sur Despres. Marc Coma s'est déjà imposé à trois reprises au classement final du Dakar en 2006, 2009 et 2011. Au cours de l'étape, le motard français Bruno Da Costa (Yamaha) a été grièvement blessé en heurtant de plein fouet un bovin. Le pilote de 38 ans, qui souffre selon un premier diagnostic d'une hémorragie rénale, a été transporté d'urgence à l'hôpital de Mendoza. La vache heurtée par le pilote a été tuée sur le coup lors du choc. Jean-Marc Fortin, 3e au génaral Du côté des autos, Nasser Al-Attiyah, qui avait perdu près de 10 minutes lors de la 1re étape dimanche à cause d'un problème moteur sur son Hummer, s'est imposé de 54 secondes face à Peterhansel et sa Mini, un autre Hummer, celui de Robby Gordon, venant compléter le podium du jour. L'Américain aurait sans doute pu jouer la victoire d'étape sans une crevaison après un choc avec une grosse pierre. Le Français prend néanmoins la tête du classement général, devant Gordon. Le Polonais Krzysztof Holowczyc et notre compatriote Jean-Marc Fortin sont 3es au classement. Al-Attiyah remonte lui à la 6e place du général, rappelant à tous ses adversaires qu'il faudra encore compter avec lui pour la victoire finale. Peterhansel, recordman des victoires au Dakar avec neuf couronnes (six en moto et trois en auto), a longtemps cru avoir remporté l'étape, avant de se faire doubler sur le fil par Al-Attiyah, pourtant 12e temps seulement à mi-parcours de la spéciale, qui a fait parler la poudre dans les dunes finales, malgré une fenêtre cassé. Le Français, 3e dimanche et donc 2e lundi, a cependant prouvé qu'il serait l'un des grands favoris pour le titre, qui lui échappe depuis l'arrivée du rallye en Amérique du Sud, en 2009. "Le début de la spéciale était rapide, donc il n'y avait pas moyen de faire la différence (...), mais on s'est senti un peu mieux sur la fin quand ça a commencé à secouer, à être un peu plus vicieux au niveau des dunes", a expliqué Peterhansel, avant de s'engager pour la longue liaison de quelque 500 km devant le mener au bivouac de San Rafael.Le résumé de l'étape : Sportfootmagazine.be, avec Belga