Sauf gros problème mécanique ou sortie de route, Roma, aux commandes de l'épreuve depuis le 9 janvier, est quasiment assuré de remporter, samedi à Valparaiso, son deuxième Dakar, le premier en autos, dix ans après son succès en motos en 2004. Deuxième au classement général derrière Roma, auteur d'une remontée impressionnante et pleine de panache ces derniers jours, le Français Stéphane Peterhansel a visiblement accusé le coup. "La tactique? C'est que c'est fini", a-t-il ainsi déclaré au micro de France Télévision avant de s'élancer. "Ça vient de la haute autorité. Je me suis amusé pendant cinq jours, maintenant je vais être obligé de freiner." Seule la Toyota Giniel De Villiers/Dirk Von Zitzewitz, 3-ème jeudi, a pu s'immiscer parmi les Mini aux 5 premières places de cette étape courue au Chili entre Antofagasta et El Salvador et longue de 749,0 km, dont une spéciale chronométrée de 605,0 km. Au classement général, De Villiers/Dirk Von Zitzewitz sont aussi les seuls "non-Mini" aux 8 premières places. (Belga)

Sauf gros problème mécanique ou sortie de route, Roma, aux commandes de l'épreuve depuis le 9 janvier, est quasiment assuré de remporter, samedi à Valparaiso, son deuxième Dakar, le premier en autos, dix ans après son succès en motos en 2004. Deuxième au classement général derrière Roma, auteur d'une remontée impressionnante et pleine de panache ces derniers jours, le Français Stéphane Peterhansel a visiblement accusé le coup. "La tactique? C'est que c'est fini", a-t-il ainsi déclaré au micro de France Télévision avant de s'élancer. "Ça vient de la haute autorité. Je me suis amusé pendant cinq jours, maintenant je vais être obligé de freiner." Seule la Toyota Giniel De Villiers/Dirk Von Zitzewitz, 3-ème jeudi, a pu s'immiscer parmi les Mini aux 5 premières places de cette étape courue au Chili entre Antofagasta et El Salvador et longue de 749,0 km, dont une spéciale chronométrée de 605,0 km. Au classement général, De Villiers/Dirk Von Zitzewitz sont aussi les seuls "non-Mini" aux 8 premières places. (Belga)