L'info a été officialisée ce mardi matin sur le site officiel de Charleroi : Jos Daerden est limogé. Le T2, Tibor Balog, assurera l'intérim le temps qu'un nouvel entraîneur principal soit nommé. Plusieurs noms circulent actuellement, notamment ceux de Marc Grosjean et d'Albert Cartier, mais selon Sudpresse.be, c'est celui de l'ex-coach du Standard Dominique D'Onofrio qui reviendrait avec le plus d'insistance.

Le président Bayat refuse pour l'instant de faire le moindre commentaire et il a interdit à tous ses employés de s'exprimer : vieille habitude. L'homme fort du Sporting carolo reprochait à Jos Daerden de ne pas avoir su justifier les ambitions du club : Charleroi devait survoler le championnat de D2.

Il y a neuf jours, Abbas Bayat avait exigé de son coach un 9 sur 9. Daerden avait bien entamé ce challenge en s'imposant face au White Star Woluwe. Mais ce weekend, les Zèbres n'ont pu faire mieux qu'un nul (1-1) face à Heist. La sanction présidentielle ne s'est pas fait attendre.

Le hic, c'est que le Sporting n'a qu'un noyau moyen parce qu'une fois de plus, le club a refusé de débourser pour s'armer convenablement.

Les entraîneurs mis dehors, c'est un fil rouge du règne d'Abbas Bayat. A la tête du club, il vient ainsi de procéder à son 16e limogeage de T1. Un record dans le foot belge contemporain !

Voici la liste de ceux qui ont dû décamper avant le terme de leur contrat : Manu Ferrera, Enzo Scifo, Etienne Delangre, Dante Brogno, Robert Waseige, Jacky Mathijssen, Philippe Vande Walle (qui avait démissionné parce qu'il sentait arriver le vent du boulet), Thierry Siquet, Stéphane Demol, Michel De Wolf, Tommy Craig, Tibor Balog, Jacky Mathijssen (bis), Csaba Laszlö, Zoltan Kovac, et à présent Jos Daerden.

On peut y ajouter deux coaches qui auraient pu rester s'ils l'avaient souhaité mais en avaient assez des méthodes du président : John Collins et Luka Peruzovic. Impressionnant !

Pierre Danvoye, Sport/Foot Magazine

L'info a été officialisée ce mardi matin sur le site officiel de Charleroi : Jos Daerden est limogé. Le T2, Tibor Balog, assurera l'intérim le temps qu'un nouvel entraîneur principal soit nommé. Plusieurs noms circulent actuellement, notamment ceux de Marc Grosjean et d'Albert Cartier, mais selon Sudpresse.be, c'est celui de l'ex-coach du Standard Dominique D'Onofrio qui reviendrait avec le plus d'insistance. Le président Bayat refuse pour l'instant de faire le moindre commentaire et il a interdit à tous ses employés de s'exprimer : vieille habitude. L'homme fort du Sporting carolo reprochait à Jos Daerden de ne pas avoir su justifier les ambitions du club : Charleroi devait survoler le championnat de D2. Il y a neuf jours, Abbas Bayat avait exigé de son coach un 9 sur 9. Daerden avait bien entamé ce challenge en s'imposant face au White Star Woluwe. Mais ce weekend, les Zèbres n'ont pu faire mieux qu'un nul (1-1) face à Heist. La sanction présidentielle ne s'est pas fait attendre. Le hic, c'est que le Sporting n'a qu'un noyau moyen parce qu'une fois de plus, le club a refusé de débourser pour s'armer convenablement. Les entraîneurs mis dehors, c'est un fil rouge du règne d'Abbas Bayat. A la tête du club, il vient ainsi de procéder à son 16e limogeage de T1. Un record dans le foot belge contemporain ! Voici la liste de ceux qui ont dû décamper avant le terme de leur contrat : Manu Ferrera, Enzo Scifo, Etienne Delangre, Dante Brogno, Robert Waseige, Jacky Mathijssen, Philippe Vande Walle (qui avait démissionné parce qu'il sentait arriver le vent du boulet), Thierry Siquet, Stéphane Demol, Michel De Wolf, Tommy Craig, Tibor Balog, Jacky Mathijssen (bis), Csaba Laszlö, Zoltan Kovac, et à présent Jos Daerden. On peut y ajouter deux coaches qui auraient pu rester s'ils l'avaient souhaité mais en avaient assez des méthodes du président : John Collins et Luka Peruzovic. Impressionnant ! Pierre Danvoye, Sport/Foot Magazine