Un mois et onze jours après son podium sur Liège-Bastogne-Liège, Wout van Aert prendra le départ, ce dimanche, du Criterium du Dauphiné Libéré. Le Campinois vient d'effectuer un stage en altitude de trois semaines sur les cols de la Sierra Nevada, avec son équipe Jumbo-Visma. Pendant cette période aussi longue qu'un grand tour, le champion de Belgique a avalé 57 000 mètres de dénivelé positif sur les 2200 km qu'il a roulés. Pour Van Aert, il s'agit d'une recette qui a fait ses preuves pour préparer au mieux ses prochains objectifs de la saison.
...

Un mois et onze jours après son podium sur Liège-Bastogne-Liège, Wout van Aert prendra le départ, ce dimanche, du Criterium du Dauphiné Libéré. Le Campinois vient d'effectuer un stage en altitude de trois semaines sur les cols de la Sierra Nevada, avec son équipe Jumbo-Visma. Pendant cette période aussi longue qu'un grand tour, le champion de Belgique a avalé 57 000 mètres de dénivelé positif sur les 2200 km qu'il a roulés. Pour Van Aert, il s'agit d'une recette qui a fait ses preuves pour préparer au mieux ses prochains objectifs de la saison. En 2019 aussi, il avait également inséré un stage en altitude sur la Sierra Nevada en vue d'aborder le Dauphiné Libéré. Une préparation qui avait immédiatement porté ses fruits puisqu'après des troisième et deuxième places dans les premiers sprints massifs, il a d'abord remporté le contre-la-montre à Roanne, avant de régler le peloton dans la dernière ligne droite menant à Voiron. C'étaient également ses deux premières victoires au niveau du WorldTour. C'est à ce moment précis que Van Aert a pris conscience du fait qu'il pourrait se faire un palmarès dans les deux disciplines. Il a prolongé cet état de forme dans les semaines qui suivront en devenant champion de Belgique du contre-la-montre pour la première fois et en levant les bras sur le Tour de France, lors d'une arrivée à Albi marquée par les coups de bordure. Malheureusement, sa progression a été ralentie lorsqu'il s'est déchiré la cuisse sur une barrière nadar lors du contre-la-montre à Pau la même année.Van Aert est revenu dans le parcours après des mois de rééducation. Il a retrouvé le goût de la victoire l'hiver suivant, lors du cross disputé dans "son" fief de Lille. Après un stage en altitude à Tenerife, il était fin prêt pour le printemps des classiques. Toutefois, après une douzième place sur le Circuit Het Nieuwsblad, cette campagne a été brusquement interrompue par la pandémie de coronavirus. Mais les longs mois de pause ont permis au Campinois de se remettre à niveau physiquement et de se réinitialiser complètement avant la reprise de la saison au mois d'août 2020. Cela lui a permis de réinitialiser complètement son corps avant le redémarrage au début du mois d'août 2020.Après cinq mois sans compétition, et un stage en altitude à Tignes, le succès était directement au rendez-vous : victoire sur les Strade Bianche puis sur Milan-San Remo, une semaine plus tard. C'était sa première victoire dans un Monument du sport cycliste.Après cette saison sur route écourtée, Van Aert a couru avec modération dans les labourés et a terminé à la deuxième place des championnats du monde à Ostende qui furent remportés par Mathieu van der Poel. Ensuite, après un stage en altitude du côté de Tenerife, il accroche son premier dossard de la saison 2021 sur les Strade Bianche. Il termine quatrième d'une course à nouveau gagnée par MvdP. Mais quatre jours plus tard, le coureur de Jumbo lève les bras à l'occasion de la première étape de Tirreno-Adriatico, qui s'est conclue avec un sprint massif.Après cette campagne du printemps, au cours de laquelle il s'est offert les bouquets de Gand-Wevelgem et de l'Amstel Gold Race, Van Aert souhaitait se concentrer sur le Tour de France, mais cette préparation a été perturbée par une appendicite aiguë. Il ne pourra se rendre sur les routes du Dauphiné et devra suivre un stage en altitude, à Tignes. Après deux mois et deux jours sans compétition, il retrouvait les pelotons à l'occasion des championnats de Belgique en ligne de Waregem. S'il s'était présenté sans grandes attentes au départ, il a pourtant réussi à jouer les premiers rôles pour l'emporter au terme d'un sprint à trois devant Edward Theuns et Remco Evenepoel. Cependant, sur le Tour, Van Aert a dû se roder pendant une première semaine où il espérait initialement se parer de jaune. Une fois sa vitesse de croisière trouvée, il s'est offert trois victoires d'étape : une en montagne, une en contre-la-montre et une dans un sprint massif. Après cela, il a mis le cap sur Tokyo où son statut de grandissime lui a joué des tours et où il a dû se contenter de la médaille d'argent. Le natif de Herentals a ensuite mis le frein à main pendant un mois et huit jours afin de se préparer pour les championnats du monde qui se déroulaient en Belgique, du côté de Louvain. Il est parti pour camp d'entraînement en altitude à Livigno (vous voyez, Van Aert aime varier les lieux de ses camps d'entraînement).Encore une fois, ce stage a immédiatement porté ses fruits puisqu'il a remporté quatre victoires d'étape et le classement final du Tour de Grande-Bretagne. Malheureusement, cette belle forme n'a pas tenue jusqu'aux Mondiaux où après avoir manqué le titre de peu sur le contre-la-montre, il n'a pu faire mieux qu'une onzième place sur la course en ligne. Ensuite, il a pris une autre longue pause de deux mois pour rechager ses batteries et récupérer mentalement après une saison sur route bien chargée. Mais la bête d'entraînement qu'est Van Aert ne reste jamais inactive très longtemps. Lors de sa première course de cyclo-cross à Boom, le 4 décembre, il écrabouille tous ses adversaires sur les terres boueuses de Tomorrowland.Lors de cette campagne hivernale raccourcie avec seulement dix épreuves de prévues, l'homme d'Herentals a signé un neuf sur dix et a terminé sa moisson en renouvellant son titre de champion de Belgique sur le sable de Middelkerke, Pour préparer au mieux son retour sur le bitume, WVA a fait l'impasse sur les championnats du monde qui se déroulaient aux Etats-Unis, sans doute pour garder plus de fraîcheur pour le printemps des classiques. Après un mois et dix-sept jours de pause qu'il a agrémenté d'un stage en haute altitude à Tenerife, Van Aert commençait sa campagne sur route à l'Omloop Het Nieuwsblad. Auteur d'un démarrage foudroyant avant le pied du Bosberg, il s'en allait remporter la course d'ouverture de la saison belge, en solitaire, comme un grand.Le cycliste de la formation Jumbo a ensuite ajouté à son palmarès une victoire au GP de l'E3 à Harelbeke. Mais ensuite, c'est la catastrophe. Contrôlé positif au covid, il doit renoncer au Tour des Flandres, l'un de ses grands objectifs de la saison. Après trois semaines de pause forcée, où il repart s'entraîner en Espagne, Van Aert est de nouveau déclaré apte pour le service et effectue sa rentrée sur Paris-Roubaix. Malgré les problèmes rencontrées, le champion de Belgique réussit l'exploit de terminer deuxième, juste derrière un superpuissant Dylan van Baarle. Le dimanche suivant, il prend encore la troisième place sur un Liège-Bastogne-Liège dompté de main de maître par Evenepoel.Un mois et onze jours après cette Doyenne, Wout Van Aert raccrochera un dossard lors du Criterium du Dauphiné Libéré qui commence ce dimanche. Et comme on vous l'expliquait plus haut, il est encore passé par la Sierra Nevada pour ces retrouvailles avec l'hexagone.Lèvera-t-il rapidement les bras, lui qui est devenu le spécialiste pour réussir ses reprises ? La chance est réelle, car depuis son premier stage en altitude en 2019, avant le Dauphiné, Van Aert a remporté à quatre reprises sa course de rentrée après une coupure. (les Strade Bianche en 2020, le Championnat de Belgique sur route en 2021, la première étape du Tour de Grande-Bretagne en 2021 et le Circuit Het Nieuwsblad 2022). Et les deux autres fois, il a attendu le quatrième jour de la course (Dauphiné 2019) et le deuxième jour de la course (Tirreno-Adriatico 2021) pour déboucher le champagne. Cela en dit long sur son professionnalisme, son dynamisme, son soin des détails et son talent pour transformer à chaque fois ses retours en victoires.La première étape du prochain Criterium Dauphiné, à Beauchastel, sera loin d'être plate avec quelques montées de deuxième et troisième catégorie.Plusieurs sprinters de haut niveau seront aussi absents, à l'exception de Dylan Groenewegen. Et si Van Aert ne gagne pas dès dimanche, peut-être le fera-t-il lors des étapes suivantes, avec un contre-la-montre le quatrième jour.Cette course d'une semaine ne sera de toute façon qu'une mise en bouche vers l'objectif principal de son été: le maillot vert dans le Tour. Un maillot qu'il a déjà remporté à deux reprises (2019 et 2020) sur la grande répétition générale avant le Tour.