Wout van Aert a encore assuré le spectacle dans la 18e étape du Tour de France jeudi entre Lourdes et Hautacam. Parti dans l'échappée, Van Aert a encore travaillé dans la montée d'Hautacam pour permettre à son équipier, le maillot jaune Jonas Vingegaard de remporter l'étape.

Après avoir permis à Vingegaard de se défaire de Tadej Pogacar, Van Aert a finalement terminé à la 3e place de l'étape. "Je suis avant tout fier de tout ce qui a été fait par l'équipe aujourd'hui, et personnellement fier d'avoir pu y contribuer", a expliqué Van Aert aux organisateurs. "Quand j'ai entendu dans mon oreillette que Pogacar était lâché, je me suis dit qu'il fallait que je donne tout ce qui restait d'énergie dans mon corps. C'est ce que j'ai fait, et ensuite Jonas a pu continuer tout seul en solitaire pendant trois kilomètres." Comme souvent dans ce Tour de France, le natif d'Herentals est passé à l'offensive dès le début d'étape. "On voulait attaquer aujourd'hui, car le signal qui a été envoyé dans l'étape d'hier par les UAE exigeait de nous de rester très concentrés et de prendre la course à notre compte. C'est pour cela que j'ai attaqué dès le kilomètre zéro. En tout cas c'était fou, sans doute, l'une des journées les plus incroyables de ma carrière."

En terminant troisième d'une étape de haute montagne et ne craquant qu'à trois kilomètres de l'arrivée, Van Aert a montré qu'il avait les capacités pour jouer le classement général dans un grand tour. "Je termine 3e et c'était peut-être un bon test pour savoir si je peux un jour viser le maillot jaune. Mais j'ai pu le faire sur une journée, alors qu'hier j'ai perdu vingt minutes. Le faire pendant toute la durée du Tour, c'est autre chose", a conclu le coureur de Jumbo-Visma.

Wout van Aert a encore assuré le spectacle dans la 18e étape du Tour de France jeudi entre Lourdes et Hautacam. Parti dans l'échappée, Van Aert a encore travaillé dans la montée d'Hautacam pour permettre à son équipier, le maillot jaune Jonas Vingegaard de remporter l'étape. Après avoir permis à Vingegaard de se défaire de Tadej Pogacar, Van Aert a finalement terminé à la 3e place de l'étape. "Je suis avant tout fier de tout ce qui a été fait par l'équipe aujourd'hui, et personnellement fier d'avoir pu y contribuer", a expliqué Van Aert aux organisateurs. "Quand j'ai entendu dans mon oreillette que Pogacar était lâché, je me suis dit qu'il fallait que je donne tout ce qui restait d'énergie dans mon corps. C'est ce que j'ai fait, et ensuite Jonas a pu continuer tout seul en solitaire pendant trois kilomètres." Comme souvent dans ce Tour de France, le natif d'Herentals est passé à l'offensive dès le début d'étape. "On voulait attaquer aujourd'hui, car le signal qui a été envoyé dans l'étape d'hier par les UAE exigeait de nous de rester très concentrés et de prendre la course à notre compte. C'est pour cela que j'ai attaqué dès le kilomètre zéro. En tout cas c'était fou, sans doute, l'une des journées les plus incroyables de ma carrière." En terminant troisième d'une étape de haute montagne et ne craquant qu'à trois kilomètres de l'arrivée, Van Aert a montré qu'il avait les capacités pour jouer le classement général dans un grand tour. "Je termine 3e et c'était peut-être un bon test pour savoir si je peux un jour viser le maillot jaune. Mais j'ai pu le faire sur une journée, alors qu'hier j'ai perdu vingt minutes. Le faire pendant toute la durée du Tour, c'est autre chose", a conclu le coureur de Jumbo-Visma.