Tim Wellens porte ce maillot à pois depuis la troisième étape de cette Grande Boucle, mais lâché dès les premières grosses pentes des Pyrénées et peu à l'aise sous la chaleur, il aura bien du mal à le ramener à Paris dimanche. "Tant que je l'ai sur les épaules, je me dois d'y croire jusqu'à Paris", a répliqué le Belge lors de la seconde journée de repos lundi à Nîmes, lui qui possède 14 points seulement d'avance sur le Français Thibaut Pinot.

"Mon objectif est de gagner une étape, et dans les étapes 18 et 19 (jeudi et vendredi), je me dois de prendre un maximum de points. Surtout jeudi. Pinot va vouloir aller chercher les points, mais si je suis deuxième derrière lui dans les cols, je peux faire monter mon total à 80. Il faut voir alors si quelqu'un peut faire mieux", a calculé Tim Wellens qui sait aussi que son co-équipier Thomas De Gendt est 3e de ce classement de la montagne avec 37 points, soit 27 de moins que Wellens.

"Mon objectif est de prendre les points en étant dans une échappée, si je n'y arrive pas, Thomas doit prendre des points que d'autres alors ne prendront pas", a expliqué encore Tim Wellens qui confie aussi avoir beaucoup progressé sous la chaleur. "J'ai travaillé dur pour résoudre ce problème. Il va faire chaud cette semaine, très chaud même, mais dans les Alpes, il devrait faire plus frais. A peine 18 degrés dans le Galibier, avec peut-être un peu de pluie, on verra."