Au terme de 160,5 km ponctués de cinq ascensions majeures, l'Espagnol de Tinkoff a été le seul à pouvoir suivre l'attaque du Britannique Chris Froome (Sky), qu'il a ensuite devancé de 15 secondes. Alejandro Valverde (Movistar) et Joaquim Rodriguez (Katusha), les grands battus du jour, ont concédé plus d'une minute à leur compatriote à l'arrivée.

"C'est une très bonne journée pour nous", s'est réjoui Contador au micro de la télévision espagnole TVE. "Froome a imprimé un rythme incroyable mais j'avais de bonnes jambes, j'ai pu tenir et attendre la bonne opportunité."

Et dire que Contador avait hésité jusqu'au bout à s'aligner sur cette Vuelta! Mais, près de deux mois après son abandon sur le Tour de France en raison d'une chute et d'un tibia fissuré, le Madrilène de 31 ans s'est montré le plus fort dans les montagnes des Asturies (nord-ouest).

D'une attaque explosive, le double vainqueur de la Vuelta (2008, 2012) a en effet déposé le Britannique dans le final pour décrocher la victoire d'étape et les 10 secondes de bonifications correspondantes.

Il dispose désormais d'une marge de 1 min 36 sec sur Valverde, son dauphin au classement général, tandis que Froome pointe à la troisième place à 1 min 39 sec. Cet avantage devrait permettre à Contador de passer une journée de repos sereine mardi avant les cinq dernières étapes et l'arrivée finale, prévue à Saint-Jacques-de-Compostelle dimanche.

"La course va rester compliquée mais ce qui me donne le plus de tranquillité, c'est que j'ai bien récupéré et que les jambes vont bien", a poursuivi le maillot rouge.

Après la seconde journée de repos, le peloton abordera mercredi lors de la 17e étape un terrain beaucoup moins accidenté entre Ortigueira et La Corogne (190,7 km) en Galice, avec un profil qui pourrait sourire aux sprinteurs.

Au terme de 160,5 km ponctués de cinq ascensions majeures, l'Espagnol de Tinkoff a été le seul à pouvoir suivre l'attaque du Britannique Chris Froome (Sky), qu'il a ensuite devancé de 15 secondes. Alejandro Valverde (Movistar) et Joaquim Rodriguez (Katusha), les grands battus du jour, ont concédé plus d'une minute à leur compatriote à l'arrivée. "C'est une très bonne journée pour nous", s'est réjoui Contador au micro de la télévision espagnole TVE. "Froome a imprimé un rythme incroyable mais j'avais de bonnes jambes, j'ai pu tenir et attendre la bonne opportunité." Et dire que Contador avait hésité jusqu'au bout à s'aligner sur cette Vuelta! Mais, près de deux mois après son abandon sur le Tour de France en raison d'une chute et d'un tibia fissuré, le Madrilène de 31 ans s'est montré le plus fort dans les montagnes des Asturies (nord-ouest). D'une attaque explosive, le double vainqueur de la Vuelta (2008, 2012) a en effet déposé le Britannique dans le final pour décrocher la victoire d'étape et les 10 secondes de bonifications correspondantes. Il dispose désormais d'une marge de 1 min 36 sec sur Valverde, son dauphin au classement général, tandis que Froome pointe à la troisième place à 1 min 39 sec. Cet avantage devrait permettre à Contador de passer une journée de repos sereine mardi avant les cinq dernières étapes et l'arrivée finale, prévue à Saint-Jacques-de-Compostelle dimanche. "La course va rester compliquée mais ce qui me donne le plus de tranquillité, c'est que j'ai bien récupéré et que les jambes vont bien", a poursuivi le maillot rouge. Après la seconde journée de repos, le peloton abordera mercredi lors de la 17e étape un terrain beaucoup moins accidenté entre Ortigueira et La Corogne (190,7 km) en Galice, avec un profil qui pourrait sourire aux sprinteurs.