"C'est une histoire privée, ces paiements n'ont rien à voir avec Liège-Bastogne-Liège. Il n'y a rien à dire de plus. Tout le monde peut prêter de l'argent, si tu veux cacher tu fais du cash. Moi, je n'ai rien à cache." Voilà ce qu'a expliqué 'Vino' au micro de la RTBF en réaction aux accusations de "L'illustré".


Pour rappel, lors de l'arrivée de la Doyenne en 2010, le Kazakh Alexandre Vinokourov dépose le Russe Alexandr Kolobnev et remporte la classique. Mais, cette victoire aurait eu un prix pour le leader d'Astana : 150.000 euros, qu'il aurait versé à son adversaire du jour afin qu'il lui laisse empocher la victoire. Ce mercredi, "L'illustré" apporte la preuve d'un virement de 100.000 euros (virement AA4849135) en direction du compte de Kolobnev, basé à Locarno. Ce virement effectué le 12 juillet 2010, suivi de la seconde tranche (50 000 euro, virement AA5537304), accablent le coureur.


Jean-Luc Vandenbroucke, consultant radio interrogé par la RTBF, n'est pas dupe. Selon lui, ce sont des pratiques courantes dans le monde du cyclisme : "Il y a beaucoup d'exemples de ce type. Dans un grand tour, un leader sans équipiers peut très bien aller demander le service de coureurs d'une équipe adverse. Dans le peloton, les échanges de services d'un point de vue sportif et les échanges financiers existent."


Depuis l'ouverture de cette enquête de "L'illustré", de nouvelles langues se délient. Nadia Kvivilev, veuve du coureur Kazakh Andreï Kvivilev (un ami proche de 'Vino')sort du bois et s'exprime sur le système de tricherie du coureur d'Astana. Selon elle, Vinokourov aurait également acheté sa victoire à Paris-Nice en 2003 : "aujourd'hui, j'ai décidé de dire la vérité et de libérer mon âme. Depuis la mort de mon mari, Vinokourov s'approprie sa mémoire, utilise son nom. J'ai des preuves qu'il est bel et bien un tricheur. Lors de Paris-Nice 2003, par exemple, je sais notamment qu'il a profité du décès de mon mari en payant 3000 euros aux coureurs pour le laisser gagner, prétextant qu'il voulait dédier sa victoire à Andreï !"

"L'illustré" conclut en évoquant une possible ouverture d'enquête par le Parquet de la province de Liège afin d'éclaircir la situation concernant la victoire douteuse de 'Vino' à Liège-Bastogne-Liège.


Romain Van der Pluym, sportfootmagazine.be (stg)

"C'est une histoire privée, ces paiements n'ont rien à voir avec Liège-Bastogne-Liège. Il n'y a rien à dire de plus. Tout le monde peut prêter de l'argent, si tu veux cacher tu fais du cash. Moi, je n'ai rien à cache." Voilà ce qu'a expliqué 'Vino' au micro de la RTBF en réaction aux accusations de "L'illustré". Pour rappel, lors de l'arrivée de la Doyenne en 2010, le Kazakh Alexandre Vinokourov dépose le Russe Alexandr Kolobnev et remporte la classique. Mais, cette victoire aurait eu un prix pour le leader d'Astana : 150.000 euros, qu'il aurait versé à son adversaire du jour afin qu'il lui laisse empocher la victoire. Ce mercredi, "L'illustré" apporte la preuve d'un virement de 100.000 euros (virement AA4849135) en direction du compte de Kolobnev, basé à Locarno. Ce virement effectué le 12 juillet 2010, suivi de la seconde tranche (50 000 euro, virement AA5537304), accablent le coureur. Jean-Luc Vandenbroucke, consultant radio interrogé par la RTBF, n'est pas dupe. Selon lui, ce sont des pratiques courantes dans le monde du cyclisme : "Il y a beaucoup d'exemples de ce type. Dans un grand tour, un leader sans équipiers peut très bien aller demander le service de coureurs d'une équipe adverse. Dans le peloton, les échanges de services d'un point de vue sportif et les échanges financiers existent." Depuis l'ouverture de cette enquête de "L'illustré", de nouvelles langues se délient. Nadia Kvivilev, veuve du coureur Kazakh Andreï Kvivilev (un ami proche de 'Vino')sort du bois et s'exprime sur le système de tricherie du coureur d'Astana. Selon elle, Vinokourov aurait également acheté sa victoire à Paris-Nice en 2003 : "aujourd'hui, j'ai décidé de dire la vérité et de libérer mon âme. Depuis la mort de mon mari, Vinokourov s'approprie sa mémoire, utilise son nom. J'ai des preuves qu'il est bel et bien un tricheur. Lors de Paris-Nice 2003, par exemple, je sais notamment qu'il a profité du décès de mon mari en payant 3000 euros aux coureurs pour le laisser gagner, prétextant qu'il voulait dédier sa victoire à Andreï !" "L'illustré" conclut en évoquant une possible ouverture d'enquête par le Parquet de la province de Liège afin d'éclaircir la situation concernant la victoire douteuse de 'Vino' à Liège-Bastogne-Liège.Romain Van der Pluym, sportfootmagazine.be (stg)