"Selon moi, Alejandro Valverde dispose des meilleures chances. Mais je peux également vous dire que Joaquin Rodriguez était impressionnant dans les ascensions au Tour du Pays basque", a déclaré Van den Broeck.

"Notre ambition avec l'équipe Lotto-Belisol est d'être présents à trois dans la finale pour placer quelqu'un dans le Top 10 final. Sans Gilbert, ce sera une course totalement différente pour nous. On devait prendre la course en mains, alors que cette année on se laissera emmener pour aller le plus loin possible dans la finale", a-t-il poursuivi.

"L'Amstel est une course sur laquelle je ne pensais plus jamais revenir après ma première participation. Mais je ne fais pas la fine bouche. Ça reste une course nerveuse, ce qui la rend épuisante mentalement plutôt que physiquement. On peut tomber partout ici. Mais ne pas la disputer n'a pas de sens non plus. Je dois également travailler à ma condition durant le printemps, même si les courses d'un jour sont moins appropriées pour moi que les courses par étapes."

Gilbert : "Je ne suis pas favori pour l'Amstel Gold Race"

Philippe Gilbert défendra son double titre à l'Amstel. "Mais je ne suis pas favori", assure le coureur wallon de 29 ans, qui partagera le leadership des BMC avec Greg Van Avermaet et l'Australien Cadel Evans.

"J'étais en excellente condition la saison dernière et avant le départ, j'étais déjà quasi certain de m'imposer. La situation est différente aujourd'hui", a déclaré Philippe Gilbert. "Tout le monde sait que plusieurs petites choses ont perturbé mon début de saison. Mais j'ai continué à travailler et je me dis que ma meilleure forme va revenir un jour. J'ai senti, pour la première fois cette saison, une véritable amélioration pendant la Flèche Brabançonne. Mais l'Amstel et Liège-Bastogne-Liège sont d'un autre calibre. Ces courses sont plus longues et difficiles avec des adversaires plus solides également. Mais je vais y aller à fond. C'est dans mon caractère. On dit souvent que le Top 10 de l'Amstel ressemble à celui de Liège-Bastogne-Liège. Ce sera donc également difficile à Liège, même si ma connaissance du parcours et l'enthousiasme du public pourront me donner un petit plus."

"Gagner dimanche serait bien. Mais si ce n'est pas le cas, ce ne sera pas grave non plus. Il n'y a aucune raison pour que je ne retrouve pas mon niveau d'antan. Ma première victoire de la saison sera particulièrement savoureuse."

Gilbert a reconnu les 65 derniers kilomètres de l'Amstel vendredi. "L'avant-dernière ascension, le Keutenberg, est désormais proche du Cauberg. C'est un avantage pour les attaquants. Il n'y aura plus de temps pour la récupération."

BMC a été présentée comme l'équipe à battre à l'aube de cette saison, mais son bilan est jusqu'ici particulièrement maigre. "Nous avons un projet sur trois ans. On ne peut pas le juger après trois mois. L'ambiance dans l'équipe reste bonne. Nous avons montré ces dernières semaines que nous pouvions travailler pour un autre leader comme Alessandro Ballan. Il nous reste de grands objectifs cette saison avec le Tour de France, les Jeux olympiques et les championnats du monde."

Sportfootmagazine.be, avec Belga

"Selon moi, Alejandro Valverde dispose des meilleures chances. Mais je peux également vous dire que Joaquin Rodriguez était impressionnant dans les ascensions au Tour du Pays basque", a déclaré Van den Broeck. "Notre ambition avec l'équipe Lotto-Belisol est d'être présents à trois dans la finale pour placer quelqu'un dans le Top 10 final. Sans Gilbert, ce sera une course totalement différente pour nous. On devait prendre la course en mains, alors que cette année on se laissera emmener pour aller le plus loin possible dans la finale", a-t-il poursuivi. "L'Amstel est une course sur laquelle je ne pensais plus jamais revenir après ma première participation. Mais je ne fais pas la fine bouche. Ça reste une course nerveuse, ce qui la rend épuisante mentalement plutôt que physiquement. On peut tomber partout ici. Mais ne pas la disputer n'a pas de sens non plus. Je dois également travailler à ma condition durant le printemps, même si les courses d'un jour sont moins appropriées pour moi que les courses par étapes." Gilbert : "Je ne suis pas favori pour l'Amstel Gold Race" Philippe Gilbert défendra son double titre à l'Amstel. "Mais je ne suis pas favori", assure le coureur wallon de 29 ans, qui partagera le leadership des BMC avec Greg Van Avermaet et l'Australien Cadel Evans. "J'étais en excellente condition la saison dernière et avant le départ, j'étais déjà quasi certain de m'imposer. La situation est différente aujourd'hui", a déclaré Philippe Gilbert. "Tout le monde sait que plusieurs petites choses ont perturbé mon début de saison. Mais j'ai continué à travailler et je me dis que ma meilleure forme va revenir un jour. J'ai senti, pour la première fois cette saison, une véritable amélioration pendant la Flèche Brabançonne. Mais l'Amstel et Liège-Bastogne-Liège sont d'un autre calibre. Ces courses sont plus longues et difficiles avec des adversaires plus solides également. Mais je vais y aller à fond. C'est dans mon caractère. On dit souvent que le Top 10 de l'Amstel ressemble à celui de Liège-Bastogne-Liège. Ce sera donc également difficile à Liège, même si ma connaissance du parcours et l'enthousiasme du public pourront me donner un petit plus." "Gagner dimanche serait bien. Mais si ce n'est pas le cas, ce ne sera pas grave non plus. Il n'y a aucune raison pour que je ne retrouve pas mon niveau d'antan. Ma première victoire de la saison sera particulièrement savoureuse." Gilbert a reconnu les 65 derniers kilomètres de l'Amstel vendredi. "L'avant-dernière ascension, le Keutenberg, est désormais proche du Cauberg. C'est un avantage pour les attaquants. Il n'y aura plus de temps pour la récupération." BMC a été présentée comme l'équipe à battre à l'aube de cette saison, mais son bilan est jusqu'ici particulièrement maigre. "Nous avons un projet sur trois ans. On ne peut pas le juger après trois mois. L'ambiance dans l'équipe reste bonne. Nous avons montré ces dernières semaines que nous pouvions travailler pour un autre leader comme Alessandro Ballan. Il nous reste de grands objectifs cette saison avec le Tour de France, les Jeux olympiques et les championnats du monde." Sportfootmagazine.be, avec Belga