Quels sont vos rapports avec le Circuit ?

Greg Van Avermaet : Très bons. J'ai déjà figuré dans le top dix à plusieurs reprises. J'ai terminé cinquième la saison passée. Une fois, malade, je n'ai rien fait de bon. Il faut se méfier quand on revient de la chaleur d'Oman : on se refroidit vite. Si je passe cette semaine sans encombres, je suis capable de courir pour la victoire samedi. Je pense que ma condition est bonne.

Elle l'était à Oman. Vous avez été deuxième d'une des étapes gagnées par Peter Sagan.

Je reste aussi sur un bon Tour du Qatar, où j'ai accompli beaucoup de travail pour l'équipe. Nous avons remporté le contre-la-montre par équipes. J'ai cherché à Oman la confirmation de ce sentiment positif et j'ai décidé de signer un bon résultat pour moi-même. Quand on roule pour une grande équipe, on doit forcer le leadership. Je pense que la direction a vu que j'étais capable de rouler le Circuit en position de leader. Taylor Phinney, qui manque encore d'expérience sur les routes flamandes, sera à mes côtés et il peut certainement jouer les premiers rôles également.

Fin 2010, vous nous aviez déclaré que votre avenir se situait plutôt dans les classiques ardennaises.

Oui mais là, nous allons tout miser sur Philippe Gilbert. Je continue à penser que je peux rouler toutes les classiques, du Circuit à la Doyenne, mais je ne dispose pas de beaucoup de choix. Par exemple, Thor Hushovd a fait de Paris-Roubaix son objectif. Les classiques flamandes constituent le choix de la raison car j'y aurai l'occasion de jouer ma carte. Cette saison, je dois absolument remporter une victoire le plus vite possible.

Si vous pouvez en choisir une ?

Le Tour des Flandres, même si je préférais l'ancien parcours.

Quels seront vos rivaux samedi ?

Pour être franc, il faut que je regarde la liste des participants mais Sep Vanmarcke et Jürgen Roelandts seront redoutables. Parmi les étrangers, Juan Antonio Flecha est toujours bon lors du week-end d'ouverture.

Benedict Vanclooster

Quels sont vos rapports avec le Circuit ?Greg Van Avermaet : Très bons. J'ai déjà figuré dans le top dix à plusieurs reprises. J'ai terminé cinquième la saison passée. Une fois, malade, je n'ai rien fait de bon. Il faut se méfier quand on revient de la chaleur d'Oman : on se refroidit vite. Si je passe cette semaine sans encombres, je suis capable de courir pour la victoire samedi. Je pense que ma condition est bonne.Elle l'était à Oman. Vous avez été deuxième d'une des étapes gagnées par Peter Sagan.Je reste aussi sur un bon Tour du Qatar, où j'ai accompli beaucoup de travail pour l'équipe. Nous avons remporté le contre-la-montre par équipes. J'ai cherché à Oman la confirmation de ce sentiment positif et j'ai décidé de signer un bon résultat pour moi-même. Quand on roule pour une grande équipe, on doit forcer le leadership. Je pense que la direction a vu que j'étais capable de rouler le Circuit en position de leader. Taylor Phinney, qui manque encore d'expérience sur les routes flamandes, sera à mes côtés et il peut certainement jouer les premiers rôles également.Fin 2010, vous nous aviez déclaré que votre avenir se situait plutôt dans les classiques ardennaises.Oui mais là, nous allons tout miser sur Philippe Gilbert. Je continue à penser que je peux rouler toutes les classiques, du Circuit à la Doyenne, mais je ne dispose pas de beaucoup de choix. Par exemple, Thor Hushovd a fait de Paris-Roubaix son objectif. Les classiques flamandes constituent le choix de la raison car j'y aurai l'occasion de jouer ma carte. Cette saison, je dois absolument remporter une victoire le plus vite possible.Si vous pouvez en choisir une ?Le Tour des Flandres, même si je préférais l'ancien parcours.Quels seront vos rivaux samedi ?Pour être franc, il faut que je regarde la liste des participants mais Sep Vanmarcke et Jürgen Roelandts seront redoutables. Parmi les étrangers, Juan Antonio Flecha est toujours bon lors du week-end d'ouverture.Benedict Vanclooster