Il a devancé sur la ligne Tom Van Asbroeck (Topsport Vlaanderen) et le Luxembourgeois Jean-Pierre Drucker (Accent Jobs-Wanty). Le Russe Alexandr Kolobnev (Katusha), lauréat de la première étape, a conservé le maillot jaune de leader du classement général. Par le jeu des bonifications, il possède 6 secondes d'avance sur le Français Anthony Geslin (FDJ), 18 sur le champion de Belgique Stijn Devolder. Van Avermaet remonte de la 8e à la 4e place et accuse 22 secondes de retard.

Dries Devenyns (Omega Pharma-Quick Step) avait tenté sa chance seul à 3,3 km de l'arrivée après que son équipier Pieter Serry et Yannick Eijssen (BMC) avaient vu leur échappée partie à 18 km de Bastogne échouer à moins de 6 km du but. Devenyns a été repris dans l'ultime kilomètre, laissant les sprinters se disputer la victoire du jour.

Mardi, la 4e étape, longue de 197 km, reliera Andenne à Clabecq. L'épreuve s'achèvera mercredi à l'issue de la 5e étape, Soignies-Thuin (144 km).

"Il y a eu toujours eu quelque chose qui manquait"

Greg Van Avermaet (BMC) a attendu longtemps pour fêter sa première victoire depuis son succès en 2011 dans Paris-Tours. L'attente a pris fin lundi à Bastogne à l'issue de la 3e étape du Tour de Wallonie. "Il y a toujours eu quelque chose qui manquait", expliqua l'équipier de Philippe Gilbert. "Prenez l'exemple de l'étape de samedi dernier. Je gagne le sprint intermédiaire mais je laisse filer le groupe sans moi. Il y a des histoires comme cela dans chaque course."

"Aujourd'hui, j'ai disputé une course intelligente. Je ne me suis énervé après aucune échappée. Cette manière de travailler m'a permis finalement de gagner. Je ne suis plus dans le coup pour la victoire finale, je le crains. Je pense que je peux plutôt gagner de nouveau une étape lors des deux prochains jours, même si je me suis approché à un peu plus de vingt secondes. Ensuite, samedi ce sera la Clasica San Sebastian suivie de l'Eneco Tour et pour le reste de la saison ce sont surtout les classiques comme Plouay, Québec et Montreal qui auront mon attention."

"A propos du renvoi de John Lelangue, je vais être bref. C'est comme en football. Quand il n'y a pas de résultat, l'entraîneur est mis à la porte. Après les classiques loupées, la Tour était sans doute la goutte de trop. Mais les coureurs ne doivent pas oublier qu'ils sont en partie responsables de cette décision peu agréable."


Classement de la 3e étape de la 40e édition du Tour de Wallonie (2.HC), lundi entre Beaufays et Bastogne:

1. Greg Van Avermaet (BMC) les 172,7 km en 4h14:53

2. Tom Van Asbroeck

3. Jean-Pierre Drucker (Lux)

4. Daniel Oss (Ita); 5. Paul Martens (All); 6. Maxime Vantomme; 7. Romain Feillu (Fra); 8. Anthony Roux (Fra); 9. Nico Sijmens; 10. Michel Kreder (P-B); 11. Laurent Evrard; 12. Gregory Habeaux; 13. Marco Marcato (Ita); 14. Laurens De Vreese; 15. Jan Ghyselinck; 16. Ben Hermans; 17. Frantisek Rabon (Tch; 18. Björn Thurau (All); 19. Ben Gastauer (Lux); 20. Anthony Geslin (Fra); 21. Caleb Fairly (USA); 22. Jelle Vanendert; 23. Taylor Phinney (USA); 24. Olivier Chevalier; 25. Gert Dockx; 26. Tom Jelte Slagter (P-B); 27. Tim Declercq; 28. Alexandr Kolobnev (Rus); 29. Jurgen Van de Walle; 30. Stijn Devolder; 31. Tristan Valentin (Fra); 32. Tiago Machado (Por); 33. Tim Wellens; 34. Kristof Vandewalle; 35. Dries Devenyns; 36. Nick Nuyens; 37. Pieter Serry; 38. Benoit Vaugrenard (Fra); 39. Laurent Pichon (Fra); 40. Giampaolo Caruso (Ita); 41. Marc Goos (Ned); 42. Bob Jungels (Lux); 43. Gregory Rast (Sui); 44. Yannick Eijssen; 45. Thomas Degand 0:38; 46. Nicolas Vogondy (Fra) 2:59; 47. Romain Zingle 6:46; 48. Edwig Cammaerts; 49. Florent Barle (Fra); 50. Reinier Honog (P-B); 51. Jonas Van Genechten; 52. Quentin Bertholet; 53. Christophe Premont; 54. Boris Dron... 57. Loic Pestauix; 59. Serge De Wontelaer; 60. Tyler Farrar (USA); 62. Frederik Veuchelen; 63. Willem Wauters; 64. Tom Boonen; 65. Klaas Lodewyck; 75. Klaas Sys; 77. Jens Debusschere; 79. Nikolas Maes; 83. Jérôme Gilbert 12:02; 84. Kenny Dehaes; 87. Michael Van Staeyen; 89. Jelle Wallays; 90. Stijn Steels; 92. Boris Vallee; 94. Gilles Devillers; 96. Stijn Vandenbergh; 99. Maxime Anciaux; 100. Sebastien Delfosse; 102. Antoine Demoitie; 103. Tom Dernies; 106. Ludwig De Winter 16:53; 109. Florent Mottet; 111. Jérôme Kerf; 112. Kevin Van Melsen; 114. Pieter Vanspeybrouck; 117. Danilo Napolitano (Ita)

.

Il a devancé sur la ligne Tom Van Asbroeck (Topsport Vlaanderen) et le Luxembourgeois Jean-Pierre Drucker (Accent Jobs-Wanty). Le Russe Alexandr Kolobnev (Katusha), lauréat de la première étape, a conservé le maillot jaune de leader du classement général. Par le jeu des bonifications, il possède 6 secondes d'avance sur le Français Anthony Geslin (FDJ), 18 sur le champion de Belgique Stijn Devolder. Van Avermaet remonte de la 8e à la 4e place et accuse 22 secondes de retard. Dries Devenyns (Omega Pharma-Quick Step) avait tenté sa chance seul à 3,3 km de l'arrivée après que son équipier Pieter Serry et Yannick Eijssen (BMC) avaient vu leur échappée partie à 18 km de Bastogne échouer à moins de 6 km du but. Devenyns a été repris dans l'ultime kilomètre, laissant les sprinters se disputer la victoire du jour. Mardi, la 4e étape, longue de 197 km, reliera Andenne à Clabecq. L'épreuve s'achèvera mercredi à l'issue de la 5e étape, Soignies-Thuin (144 km). "Il y a eu toujours eu quelque chose qui manquait" Greg Van Avermaet (BMC) a attendu longtemps pour fêter sa première victoire depuis son succès en 2011 dans Paris-Tours. L'attente a pris fin lundi à Bastogne à l'issue de la 3e étape du Tour de Wallonie. "Il y a toujours eu quelque chose qui manquait", expliqua l'équipier de Philippe Gilbert. "Prenez l'exemple de l'étape de samedi dernier. Je gagne le sprint intermédiaire mais je laisse filer le groupe sans moi. Il y a des histoires comme cela dans chaque course." "Aujourd'hui, j'ai disputé une course intelligente. Je ne me suis énervé après aucune échappée. Cette manière de travailler m'a permis finalement de gagner. Je ne suis plus dans le coup pour la victoire finale, je le crains. Je pense que je peux plutôt gagner de nouveau une étape lors des deux prochains jours, même si je me suis approché à un peu plus de vingt secondes. Ensuite, samedi ce sera la Clasica San Sebastian suivie de l'Eneco Tour et pour le reste de la saison ce sont surtout les classiques comme Plouay, Québec et Montreal qui auront mon attention." "A propos du renvoi de John Lelangue, je vais être bref. C'est comme en football. Quand il n'y a pas de résultat, l'entraîneur est mis à la porte. Après les classiques loupées, la Tour était sans doute la goutte de trop. Mais les coureurs ne doivent pas oublier qu'ils sont en partie responsables de cette décision peu agréable."