• 31

Comme le nombre d'années depuis lesquelles un Belge n'a plus fait partie de l'équipe du vainqueur final. C'était en 1989 et Frank Hoste, René Martens, Johan Museeuw, Eddy Planckaert, Ronny Van Holen et Philippe Van Vooren avaient prêté main forte à Greg Lemond, leader de l'équipe ADR-Agrigel, dans sa chasse au maillot jaune. En 2006, Axel Merckx était bien l'équipier de Floyd Landis chez Phonak quand il a remporté la Grande Boucle, mais le titre lui a par la suite été retiré pour dopage. Cette année, Wout van Aert pourrait mettre fin à cette période de disette, puisqu'il est l'équipier du grand favori du Tour, Primoz Roglic, au sein de l'impressionnante machine qu'est l'équipe Jumbo-Visma.

  • 0

Comme le nombre de kilomètres hors des frontières françaises. C'était déjà établi avant le déclenchement de la crise sanitaire, mais c'est maintenant bien utile, compte tenu des différentes mesures préventives et quarantaines dans les pays voisins de la France. Un Tour sans la moindre sortie hors-Métropole est exceptionnel. Il faut remonter à 1986, avec un départ de Boulogne, près de Paris, pour en trouver trace. À noter qu'en 2013, la Grande Boucle avait également été 100% française, mais l'épreuve avait débuté en Corse.

Tadej Pogacar peut-il imiter Egan Bernal, et devenir maillot jaune à 22 ans., AFP (Anne-Christine POUJOULAT)
Tadej Pogacar peut-il imiter Egan Bernal, et devenir maillot jaune à 22 ans. © AFP (Anne-Christine POUJOULAT)
  • 7

Comme le nombre de Néerlandais sur la liste de départ actuelle. Le plus petit nombre depuis 2007, quand il n'y avait également que sept Bataves au départ de Londres. Le nombre de Belges est également à la baisse : 17 contre 21 l'année dernière (le plus grand nombre depuis 1994) et 19 en 2018. Le nombre de Colombiens, lui, est en hausse : il passe de quatre participants l'an dernier à dix pour cette édition, le record depuis 1992.

  • 22

Comme l'âge qu'aura Tadej Pogacar au lendemain de l'arrivée finale à Paris (si le peloton atteint effectivement la capitale). Il est le troisième plus jeune coureur du peloton, mais ça ne doit pas faire obstacle à son classement final : Egan Bernal a pris le jaune l'an dernier, en tant que deuxième benjamin du peloton. Ce sera sa première Grande Boucle, un an après sa troisième place à la Vuelta en 2019. Le Slovène peut devenir le premier débutant à accrocher le podium pour son premier Tour depuis Nairo Quintana en 2013, qui avait terminé deuxième derrière Chris Froome. Cela fait déjà 37 ans qu'un coureur n'a plus enlevé l'épreuve dès sa première participation : c'était Laurent Fignon, 22 ans à l'époque, en 1983.

Mads Pedersen roulera sur les routes du Tour avec son maillot arc-en-ciel., AFP (Alain JOCARD)
Mads Pedersen roulera sur les routes du Tour avec son maillot arc-en-ciel. © AFP (Alain JOCARD)
  • 26

Comme le nombre d'années depuis lesquelles un coureur a remporté le classement par points du Giro et du Tour la même saison. Un doublé réalisé par Djamolidine Abdoujaparov et auquel peut prétendre Peter Sagan en cette année particulière, avec le Tour avant le Giro. Ce serait son huitième maillot vert en France et son premier maillot cyclamen en Italie. À noter que la dernière victoire du Slovaque date déjà du 10 juillet 2019, lors de la cinquième étape du Tour à Colmar. C'est de loin la plus grande période de disette pour celui qui compte douze étapes du Tour à son palmarès.

André Greipel, troisième au classement des coureurs actifs avec le plus grand nombre de victoires d'étape sur le Tour derrière Sagan, court aussi depuis le succès depuis longtemps. La dernière fois qu'il a levé les bras, c'était le 26 janvier 2019 à La Tropicale Amissa Bongo. À 38 ans, l'Allemand sera toutefois une nouvelle fois présent sur les routes du Tour, contrairement à Mark Cavendish (trente victoires d'étapes) dont le dernier succès date, lui, du 8 février 2018.

  • 1

Comme le nombre de fois où le Tour n'a compté qu'une seule étape de plus de 200 kilomètres avant cette édition. Il s'agira de la douzième étape menant à Sarran (218 km), soit la "plus courte plus longue étape d'un Tour" de l'histoire.

  • 18

Comme le nombre d'années depuis lesquelles un champion du monde n'avait plus fait ses grands débuts sur le Tour. En 2002, Oscar Freire, qui avait été le plus rapide l'année précédente au Mondial de Lisbonne, avait remporté une étape avant de devoir abandonner après la septième journée.

Il a désormais un successeur en la personne de Mads Pedersen qui entamera sa première Grande Boucle samedi avec le maillot arc-en-ciel sur les épaules. Pour trouver trace du prédécesseur de Freire, il faut remonter à 1984 et Greg Lemond.

Philippe Gilbert aura plus de 38 ans au départ de la Grande Boucle., PRESSE SPORTS (ETIENNE GARNIER)
Philippe Gilbert aura plus de 38 ans au départ de la Grande Boucle. © PRESSE SPORTS (ETIENNE GARNIER)
  • 0

Comme le nombre d'Australiens dans l'équipe... australienne Mitchelton-Scott, qui emmène par contre deux Néo-Zélandais au Tour. Chez les Britanniques d'INEOS Grenadiers, il n'y a qu'un coureur britannique : Luke Rowe. Le même constat vaut pour les Sud-Africains de NTT qui n'emmènent que Ryan Gibson ou Israël-Start-Up Nation qui a sélectionné Guy Niv, le premier Israélien de l'histoire de la Grande Boucle. Le contraste est saisissant avec AG2R La Mondiale ou notre compatriote Oliver Naesen est le seul coureur non-français.

  • 38

Comme 38 ans, un mois et 24 jours, soit l'âge exact de Philippe Gilbert ce samedi. Il va ainsi devenir le plus vieux participant belge au Tour depuis Lucien Van Impe en 1985. Ce dernier a entamé son dernier Tour à l'âge de 38 ans, huit mois et vingt jours.

Ben Hermans (34 ans, deux mois et 22 jours sera, lui, le plus vieux débutant belge sur le Tour depuis Ludo Dierckxsens en 1999. Il avait 34 ans, huit mois et vingt jours et avait remporté une étape.

  • 1

Pour la première fois depuis que la haute montagne a été introduite dans le Tour de 1910, le peloton ne se farcira aucune des ascensions mythiques que sont l'Aspin, l'Aubisque, le Tourmalet, le Ventoux, l'Alpe d'Huez et le Galibier.

Pour cette édition, les coureurs ne franchiront qu'une seule fois la barre des 2.000 mètres d'altitude (le col de la Loze et ses 2.302 mètres). En comparaison, l'année dernière, cette barre a été franchie à sept reprises. Et sur les dix dernières éditions, les 2.000 mètres ont toujours été franchis au moins deux fois (en 2013 et 2014).

Comme le nombre d'années depuis lesquelles un Belge n'a plus fait partie de l'équipe du vainqueur final. C'était en 1989 et Frank Hoste, René Martens, Johan Museeuw, Eddy Planckaert, Ronny Van Holen et Philippe Van Vooren avaient prêté main forte à Greg Lemond, leader de l'équipe ADR-Agrigel, dans sa chasse au maillot jaune. En 2006, Axel Merckx était bien l'équipier de Floyd Landis chez Phonak quand il a remporté la Grande Boucle, mais le titre lui a par la suite été retiré pour dopage. Cette année, Wout van Aert pourrait mettre fin à cette période de disette, puisqu'il est l'équipier du grand favori du Tour, Primoz Roglic, au sein de l'impressionnante machine qu'est l'équipe Jumbo-Visma.Comme le nombre de kilomètres hors des frontières françaises. C'était déjà établi avant le déclenchement de la crise sanitaire, mais c'est maintenant bien utile, compte tenu des différentes mesures préventives et quarantaines dans les pays voisins de la France. Un Tour sans la moindre sortie hors-Métropole est exceptionnel. Il faut remonter à 1986, avec un départ de Boulogne, près de Paris, pour en trouver trace. À noter qu'en 2013, la Grande Boucle avait également été 100% française, mais l'épreuve avait débuté en Corse.Comme le nombre de Néerlandais sur la liste de départ actuelle. Le plus petit nombre depuis 2007, quand il n'y avait également que sept Bataves au départ de Londres. Le nombre de Belges est également à la baisse : 17 contre 21 l'année dernière (le plus grand nombre depuis 1994) et 19 en 2018. Le nombre de Colombiens, lui, est en hausse : il passe de quatre participants l'an dernier à dix pour cette édition, le record depuis 1992.Comme l'âge qu'aura Tadej Pogacar au lendemain de l'arrivée finale à Paris (si le peloton atteint effectivement la capitale). Il est le troisième plus jeune coureur du peloton, mais ça ne doit pas faire obstacle à son classement final : Egan Bernal a pris le jaune l'an dernier, en tant que deuxième benjamin du peloton. Ce sera sa première Grande Boucle, un an après sa troisième place à la Vuelta en 2019. Le Slovène peut devenir le premier débutant à accrocher le podium pour son premier Tour depuis Nairo Quintana en 2013, qui avait terminé deuxième derrière Chris Froome. Cela fait déjà 37 ans qu'un coureur n'a plus enlevé l'épreuve dès sa première participation : c'était Laurent Fignon, 22 ans à l'époque, en 1983.Comme le nombre d'années depuis lesquelles un coureur a remporté le classement par points du Giro et du Tour la même saison. Un doublé réalisé par Djamolidine Abdoujaparov et auquel peut prétendre Peter Sagan en cette année particulière, avec le Tour avant le Giro. Ce serait son huitième maillot vert en France et son premier maillot cyclamen en Italie. À noter que la dernière victoire du Slovaque date déjà du 10 juillet 2019, lors de la cinquième étape du Tour à Colmar. C'est de loin la plus grande période de disette pour celui qui compte douze étapes du Tour à son palmarès.André Greipel, troisième au classement des coureurs actifs avec le plus grand nombre de victoires d'étape sur le Tour derrière Sagan, court aussi depuis le succès depuis longtemps. La dernière fois qu'il a levé les bras, c'était le 26 janvier 2019 à La Tropicale Amissa Bongo. À 38 ans, l'Allemand sera toutefois une nouvelle fois présent sur les routes du Tour, contrairement à Mark Cavendish (trente victoires d'étapes) dont le dernier succès date, lui, du 8 février 2018.Comme le nombre de fois où le Tour n'a compté qu'une seule étape de plus de 200 kilomètres avant cette édition. Il s'agira de la douzième étape menant à Sarran (218 km), soit la "plus courte plus longue étape d'un Tour" de l'histoire.Comme le nombre d'années depuis lesquelles un champion du monde n'avait plus fait ses grands débuts sur le Tour. En 2002, Oscar Freire, qui avait été le plus rapide l'année précédente au Mondial de Lisbonne, avait remporté une étape avant de devoir abandonner après la septième journée.Il a désormais un successeur en la personne de Mads Pedersen qui entamera sa première Grande Boucle samedi avec le maillot arc-en-ciel sur les épaules. Pour trouver trace du prédécesseur de Freire, il faut remonter à 1984 et Greg Lemond.Comme le nombre d'Australiens dans l'équipe... australienne Mitchelton-Scott, qui emmène par contre deux Néo-Zélandais au Tour. Chez les Britanniques d'INEOS Grenadiers, il n'y a qu'un coureur britannique : Luke Rowe. Le même constat vaut pour les Sud-Africains de NTT qui n'emmènent que Ryan Gibson ou Israël-Start-Up Nation qui a sélectionné Guy Niv, le premier Israélien de l'histoire de la Grande Boucle. Le contraste est saisissant avec AG2R La Mondiale ou notre compatriote Oliver Naesen est le seul coureur non-français.Comme 38 ans, un mois et 24 jours, soit l'âge exact de Philippe Gilbert ce samedi. Il va ainsi devenir le plus vieux participant belge au Tour depuis Lucien Van Impe en 1985. Ce dernier a entamé son dernier Tour à l'âge de 38 ans, huit mois et vingt jours.Ben Hermans (34 ans, deux mois et 22 jours sera, lui, le plus vieux débutant belge sur le Tour depuis Ludo Dierckxsens en 1999. Il avait 34 ans, huit mois et vingt jours et avait remporté une étape.Pour la première fois depuis que la haute montagne a été introduite dans le Tour de 1910, le peloton ne se farcira aucune des ascensions mythiques que sont l'Aspin, l'Aubisque, le Tourmalet, le Ventoux, l'Alpe d'Huez et le Galibier.Pour cette édition, les coureurs ne franchiront qu'une seule fois la barre des 2.000 mètres d'altitude (le col de la Loze et ses 2.302 mètres). En comparaison, l'année dernière, cette barre a été franchie à sept reprises. Et sur les dix dernières éditions, les 2.000 mètres ont toujours été franchis au moins deux fois (en 2013 et 2014).