Il bouclera dimanche ses valises avec en poche une glorieuse victoire d'étape au Mont Ventoux, le maillot à pois qu'il aura porté pendant six jours, la place de dauphin du Roi de la montagne, le Polonais Rafal Majka (Tinkoff), déjà couronné en 2014, et du coureur le plus combatif, le Slovaque Peter Sagan (Tinkoff). "Je pensais que ce prix serait attribué à Julian Alaphilippe (Etixx-Quick Step), un Français", avoue-t-il à ce sujet, "mais bon Sagan le méritait. Il est drôlement fort, celui-là..."

Comme la veille De Gendt a attaqué. Il faisait en effet partie du groupe de 30 coureurs échappés dans l'ascension du Col des Aravis (2e catégorie), puis est même apparu seul en tête de la course au sommet du Col de la Ramaz (1e catégorie), avant de se montrer peu à l'aise dans la descente sous la pluie.

"Il y avait surtout de fameux clients derrière", corrige-t-il. "Mais je reconnais que la météo était contre moi. J'aurais pourtant aimé remporter une deuxième étape. J'ai perdu une minute dans cette descente, mais je l'ai quand même ensuite reprise. Ce dernier col (de Joux-Plane, ndlr) était toutefois trop pentu pour moi et les attaques ont en outre fusé de toutes parts. Finalement j'ai choisi de ne pas tenter d'y répondre et de monter à mon rythme. Je n'ai aucun regret car mon Tour est de toute façon réussi", conclut Thomas De Gendt.

Jon Izagirre remporte la 20e et avant-dernière étape à Morzine

L'Espagnol Jon Izagirre (Movistar), 27 ans, a remporté la 20e et avant-dernière étape du Tour de France disputée samedi sur la distance de 146,5 kilomètres ente Megève et Morzine-Avoriaz où les coureurs ont fait leurs adieux aux Alpes à la veille d'en découdre sur les Champs Elysées pour l'apothéose finale de l'édition'2016 de l'épreuve. Le Britannique Christopher Froome (Sky), 31 ans, déjà lauréat en 2013 et 2015, qui ne risque plus rien à part une chute, a conservé le maillot jaune. Il compte en effet 4:05 d'avance sur le Français Romain Bardet (AG2R), et 4:21 sur le Colombien Nairo Quintana (Movistar).

Izagirre, qui a en quelque sorte sauvé in-extremis la mise pour son équipe dans ce 103e Tour, s'est imposé devant le Colombien Jarlinson Pantano (IAM), 2e à 19 secondes, et l'Italien Vincenzo Nibali (Astana), 3e à 42 secondes. Thomas De Gendt (Lotto-Soudal), 25e à 5:42, a été le premier Belge à franchir la ligne d'arrivée.

Il s'agit de son 5e succès de la saison après le GP Miguel Indurain (1.1), le prologue du Tour de Romandie (World Tour), le contre-la-montre du Tour de Suisse (World Tour) et le championnat d'Espagne c-l-m.

Deux échappés, Julian Alaphilippe (Etixx - Quick Step) et Pantano, ont abordé le col de Joux Plane (hors-catégorie), le dernier à se dresser devant le peloton des rescapés à 22 kilomètres de l'arrivée, avec une avance suffisante pour envisager de résister jusqu'au bout aux acteurs de la grande bagarre pour les places d'honneur du classement général qui n'alllait pas manquer de se produire derrière.

Le Français semblait - à tort - le plus fringant dans cette ultime montée où Pantano fut deux fois décramponné mais pas définitivement, alors que Vincenzo Nibali, le lauréat du Tour-2014, lui aussi en quête d'une victoire d'étape, se rapprochait à son rythme puis rejoignait les deux hommes de tête avant de les distancer.

Alaphilippe était définitivement battu mais pas Pantano qui avec l'aide de Jon Izagirre, lequel avait également réussi à revenir sur le duo de tête dans le col de Joux Plane, se lança aux trousses de Nibali pour aborder la descente dans sans roue.

Mais il n'y eut pas de suspense, tant le vainqueur se montra meilleur descendeur pour aller cueillir son tout premier succès d'étape au Tour...