La dernière vague de tests de détection du Covid-19 a lieu à Grenoble et ses alentours. Avec, comme lors de la première journée de repos en Charente-Maritime, une montée de stress pour toutes les équipes, susceptibles d'être renvoyées si elles présentent deux cas positifs dans leur effectif d'une trentaine de personnes. Aucun coureur n'a été exclu lors des opérations précédentes.

Mais la présence de spectateurs en nombre lors des étapes de la deuxième semaine, à l'exclusion des endroits interdits au public (les cols de dimanche notamment), l'augmentation générale du nombre de cas dans le pays, aggravent encore la tension.

Nul n'est à l'abri d'un renvoi qui serait une grande première dans l'histoire du Tour, dont le directeur Christian Prudhomme a dû lui-même se retirer mardi dernier pour une durée minimale de sept jours. Sur le plan sportif, le duel entre Slovènes, Primoz Roglic (Jumbo-Visma), maillot jaune, et Tadej Pogacar (UAE-Team Emirates), à 40 secondes et maillot blanc, va prendre une autre dimension durant la troisième semaine qui mènera le peloton sur les Champs Elysées à Paris dimanche. Mardi le Tour est dans le Vercors.

Dans l'un des hauts lieux de la Résistance française pendant la Seconde guerre mondiale, la course grimpera jusqu'à Villard-de-Lans, par la montée de Saint-Nizier-de-Moucherotte, classée en première catégorie et délaissée depuis la fin des années 1980. L'ascension (11,1 km à 6,5 %), au sommet situé à 20,5 kilomètres de l'arrivée, est prolongée d'une courte descente avant le final roulant, 2,2 kilomètres à 6,5 %, pour atteindre la Côte 2000.

Dans la première partie du parcours de 164 kilomètres, le Tour traverse le massif de la Chartreuse, par le col de Porte (Km 66,5), classé en deuxième catégorie. Villard-de-Lans (4400 habitants), dont la station de ski a été rachetée l'an dernier par l'ex-star de NBA Tony Parker, retrouve le Tour pour la 9e fois. Seize ans après la dernière arrivée d'étape dont le vainqueur (Lance Armstrong), banni à vie pour dopage, a été rayé du palmarès. Départ de La Tour-du-Pin à 13h05 (lancé à 13h20), arrivée à Villard-de-Lans vers 17h36 (moyenne calculée à 38 km/h).

La dernière vague de tests de détection du Covid-19 a lieu à Grenoble et ses alentours. Avec, comme lors de la première journée de repos en Charente-Maritime, une montée de stress pour toutes les équipes, susceptibles d'être renvoyées si elles présentent deux cas positifs dans leur effectif d'une trentaine de personnes. Aucun coureur n'a été exclu lors des opérations précédentes. Mais la présence de spectateurs en nombre lors des étapes de la deuxième semaine, à l'exclusion des endroits interdits au public (les cols de dimanche notamment), l'augmentation générale du nombre de cas dans le pays, aggravent encore la tension. Nul n'est à l'abri d'un renvoi qui serait une grande première dans l'histoire du Tour, dont le directeur Christian Prudhomme a dû lui-même se retirer mardi dernier pour une durée minimale de sept jours. Sur le plan sportif, le duel entre Slovènes, Primoz Roglic (Jumbo-Visma), maillot jaune, et Tadej Pogacar (UAE-Team Emirates), à 40 secondes et maillot blanc, va prendre une autre dimension durant la troisième semaine qui mènera le peloton sur les Champs Elysées à Paris dimanche. Mardi le Tour est dans le Vercors. Dans l'un des hauts lieux de la Résistance française pendant la Seconde guerre mondiale, la course grimpera jusqu'à Villard-de-Lans, par la montée de Saint-Nizier-de-Moucherotte, classée en première catégorie et délaissée depuis la fin des années 1980. L'ascension (11,1 km à 6,5 %), au sommet situé à 20,5 kilomètres de l'arrivée, est prolongée d'une courte descente avant le final roulant, 2,2 kilomètres à 6,5 %, pour atteindre la Côte 2000. Dans la première partie du parcours de 164 kilomètres, le Tour traverse le massif de la Chartreuse, par le col de Porte (Km 66,5), classé en deuxième catégorie. Villard-de-Lans (4400 habitants), dont la station de ski a été rachetée l'an dernier par l'ex-star de NBA Tony Parker, retrouve le Tour pour la 9e fois. Seize ans après la dernière arrivée d'étape dont le vainqueur (Lance Armstrong), banni à vie pour dopage, a été rayé du palmarès. Départ de La Tour-du-Pin à 13h05 (lancé à 13h20), arrivée à Villard-de-Lans vers 17h36 (moyenne calculée à 38 km/h).