"Les compteurs sont remis à zéro à chaque batterie de tests", a déclaré à l'AFP la source ministérielle en soulignant que la question de l'isolement des personnes positives se pose différemment par rapport à d'autres situations puisqu'elles quittent immédiatement le Tour.

Une première vague de tests a été menée lors de la journée de repos que le Tour a observée lundi en Charente-Maritime et quatre équipes (AG2R La Mondiale, Cofidis, Ineos, Mitchelton), dont celle du tenant du titre Egan Bernal (Ineos), ont eu un cas positif dans leur effectif d'une trentaine de personnes, coureurs et encadrement.

Avec cette décision, les quatre équipes touchées par des cas positifs seront donc dans la même situation que les autres: il faudrait deux nouveaux cas positifs au moment de la prochaine série de tests pour encourir une exclusion. En effet, suivant le protocole sanitaire validé par les autorités françaises, une équipe se retrouve exclue du Tour de France à partir de deux cas dans son groupe sur une période de sept jours glissants.

La prochaine et dernière vague de tests de détection du Covid-19 est programmée lundi lors de la seconde journée de repos, en Isère. Pour des raisons pratiques, cette opération s'étalera sur deux journées, dimanche et lundi, à l'entrée de la dernière semaine de course.

L'ensemble de la "bulle course", soit quelque 650 à 700 personnes, a été testée avant le Grand départ de Nice. A chacune des deux journées de repos, de nouveaux tests de détection sont pratiqués. Aucun coureur n'a été sorti de la Grande boucle pour raison de Covid-19. En revanche, le directeur du Tour Christian Prudhomme, positif à un test lundi (et asymptomatique), a quitté l'épreuve. Son retour est prévu mardi prochain sous réserve d'un résultat négatif à un futur examen.

"Les compteurs sont remis à zéro à chaque batterie de tests", a déclaré à l'AFP la source ministérielle en soulignant que la question de l'isolement des personnes positives se pose différemment par rapport à d'autres situations puisqu'elles quittent immédiatement le Tour. Une première vague de tests a été menée lors de la journée de repos que le Tour a observée lundi en Charente-Maritime et quatre équipes (AG2R La Mondiale, Cofidis, Ineos, Mitchelton), dont celle du tenant du titre Egan Bernal (Ineos), ont eu un cas positif dans leur effectif d'une trentaine de personnes, coureurs et encadrement. Avec cette décision, les quatre équipes touchées par des cas positifs seront donc dans la même situation que les autres: il faudrait deux nouveaux cas positifs au moment de la prochaine série de tests pour encourir une exclusion. En effet, suivant le protocole sanitaire validé par les autorités françaises, une équipe se retrouve exclue du Tour de France à partir de deux cas dans son groupe sur une période de sept jours glissants. La prochaine et dernière vague de tests de détection du Covid-19 est programmée lundi lors de la seconde journée de repos, en Isère. Pour des raisons pratiques, cette opération s'étalera sur deux journées, dimanche et lundi, à l'entrée de la dernière semaine de course. L'ensemble de la "bulle course", soit quelque 650 à 700 personnes, a été testée avant le Grand départ de Nice. A chacune des deux journées de repos, de nouveaux tests de détection sont pratiqués. Aucun coureur n'a été sorti de la Grande boucle pour raison de Covid-19. En revanche, le directeur du Tour Christian Prudhomme, positif à un test lundi (et asymptomatique), a quitté l'épreuve. Son retour est prévu mardi prochain sous réserve d'un résultat négatif à un futur examen.