Hugo Houle, le coureur de la Belle Province s'est imposé à Foix après un beau numéro, pour s'offrir son premier succès professionnel sur une course en ligne. Il offre un deuxième bouquet d'étape à l'équipe Israël - Pro Tech dans ce Tour. Ce n'est que le deuxième succès d'étape du Canada dans l'histoire de la Grande Boucle, après celui de Steve Bauer en 1988 (qui avait aussi porté le maillot jaune). Et dire que Michael Woods, un autre Canadien, était aussi dans le coup pour la victoire.

Houle a devancé de 1:10 le Français Valentin Madouas (FDJ-Groupama) et son compatriote et équipier Michael Woods à l'arrivée des 178,5 km tracés entre Carcassonne et Foix.

Membre de l'échappée qui s'est formée dès les premiers kilomètres, le Québecois s'est isolé juste avant la dernière difficulté du jour et a résisté pendant 40 kilomètres ce qui lui a aussi octroyé le prix de la combativité.

A 31 ans, le double champion du Canada de contre-la-montre enlève son premier succès dans une course en ligne.

Au classement général, Jonas Vingegaard (Jumbo-Visma), 15e à 5:54 mardi, a résisté aux attaques de Tadej Pogacar (UAE Team Emirates) et conservé son avance de 2:22 sur le Slovène, 16e dans le même temps. Le Britannique Geraint Thomas (INEOS-Grenadiers), 17e, est troisième à 2:43.

Le grand perdant est le Français Romain Bardet qui a cédé 3:36 au groupe du maillot jaune. Il perd sa 4e place, au profit du Colombien Nairo Quintana qui pointe à 4:15, et se retrouve 9e à 6:37. Un autre Français David Gaudu passe de la 8e à la 5e place du général à 4:24. Au lendemain de la troisième journée de repos, et à la veille des deux grandes étapes pyrénéennes avec les arrivées au sommet à Peyragudes et Hautacam, le peloton se voyait proposer un bel hors d'oeuvre sous la forme de 3.418 mètres de dénivelé positif sous la forme de deux cols de première catégorie le Port de Lers (11,4 km à 7 %), dont le sommet était située à 50 km de Foix, et le Mur de Pégère (9,3 km à 7,9% avec des passages à 18% dans les trois derniers kilomètres) au sommet duquel il restait une longue descente de plus de vingt kilomètres jusqu'à la banderole finale.

Wout van Aert était encore à l'attaque dans cette étape., iStock
Wout van Aert était encore à l'attaque dans cette étape. © iStock

Très rapidement un groupe de 29 coureurs s'est isolé en tête à l'initiative de Neilson Powless. Parmi eux cinq Belges: l'inévitable Wout van Aert et son équipier Nathan Van Hooydonck, Philippe Gilbert, Tim Wllens et Dylan Teuns. Le peloton laissa faire d'autant que dix-huit équipes étaient représentées et que le coureur le plus dangereux au général était le Russe Aleksandr Vlasov 11e qui comptait 10:32 de retard au général sur le maillot jaune.

Après la première côte du jour de 4e catégorie, la côte de Saint-Hilaire, trois hommes ont poursuivi leur effort: Mathieu Burgaudeau, Matteo Jorgenson et Alexis Gougeard. Ce dernier insista et se retrouva seul à l'attaque. Après 40 km et une heure de course, Gougeard devançait le groupe maillot vert de 45 secondes et le peloton emmené par les Jumbo-Visma et les INEOS-Grenadiers de 6:30. Au km 51, Gougeard se laissait rejoindre par ses vingt-huit premiers poursuivants.

Tadej Pogacar a essayé de mettre en difficulté Jonas Vingegaard en multipliant les attaques mais le maillot jaune danois a été solide., iStock
Tadej Pogacar a essayé de mettre en difficulté Jonas Vingegaard en multipliant les attaques mais le maillot jaune danois a été solide. © iStock

Au sprint intermédiaire de Lavelanet (km 68), Van Aert s'est fait surprendre par Nils Eekhoff et a dû se contenter de la 2e place. La bagarre débuta dès l'entame du Port de Lers. Damiano Caruso et Olivier Le Gac accélérèrent. L'Italien s'isola mais vit Michael Woods et Michael Storer le rejoindre quelques kilomètres plus loin. À un peu plus d'un kilomètre du sommet, Simon Geschke, le maillot à pois, Van Aert, Matteo Jorgenson et Brandon McNulty firent la jonction avec la tête de course. Geschke ajouta ensuite 10 points au classement du meilleur grimpeur.

Au début de la descente, Teuns se joignit aux leaders. Le peloton des favoris se réveilla à son tour. Enric Mas fut le premier à attaquer. A deux kilomètres du sommet, Pogacar plaça une première attaque puis une deuxième. Vingegaard surpris dans un premier temps le rattrapa rapidement. Le Slovène s'est ensuite jeté dans la descente, à 7:45 des leaders, obligeant le maillot jaune à réagir. Là encore le maillot blanc ne réussit pas à s'échapper. Romain Bardet fut la seule victime de ses accélérations avant de revenir dans la descente mais il n'allait pas pouvoir s'accrocher dans la seconde ascension. Au bas de la descente, le groupe de tête comprenait onze éléments avant l'attaque de Hugo Houle. Le Canadien creusa l'écart dans le Mur de Péguère. Il bascula au sommet avec 25 secondes d'avance sur Jorgenson et Woods.

Hugo Houle s'était dégagé dans le terrible Mur de Péguère., Getty Images/iStock
Hugo Houle s'était dégagé dans le terrible Mur de Péguère. © Getty Images/iStock

Mais l'Américain chuta (sans gravité) dans la descente dans un virage à 14 km de Foix. Du coup, Woods se retrouvait seul deuxième derrière son équipier. Pas longtemps. Jorgenson parvenait à revenir tout comme Madouas à quelques encablures de l'arrivée de quoi prendre la 2e place. La lutte pour le maillot jaune, qui se déroulait à distance, vit s'isoler Pogacar emmené par son équipier Rafal Majka, Vingegaard et son équipier Sepp Kuss et Nairo Quintana. Majka a alors brisé sa chaîne ce qui laissa Pogacar isolé et qui du coup n'a plus attaqué le maillot jaune.

Le quatuor accusait 6 minutes de retard au sommet. Geraint Thomas, revenu de l'arrière avec Daniel Martinez, Van Aert et McNulty, qui s'étaient laissés rejoindre, effectuèrent la descente avec Vingegaard et Pogacar. Les deux leaders sont donc restés sur leurs positions avant les deux grandes journées dans les Pyrénées.

Au nom du frère

En franchissant la ligne d'arrivée, Hugo Houle a pointé son doigt vers le ciel. Un hommage à son frère Pierrick, décédé voici 10 ans à seulement 19 ans, alors qu'il effectuait son jogging. Il avait été fauché par un chauffard. Un drame qui a marqué la carrière du Québecois qui depuis ce jour là a eu l'ambition folle de remporter une étape sur le Tour de France.

Mais la folie est devenue réalité ce mardi.

Hugo Houle, le coureur de la Belle Province s'est imposé à Foix après un beau numéro, pour s'offrir son premier succès professionnel sur une course en ligne. Il offre un deuxième bouquet d'étape à l'équipe Israël - Pro Tech dans ce Tour. Ce n'est que le deuxième succès d'étape du Canada dans l'histoire de la Grande Boucle, après celui de Steve Bauer en 1988 (qui avait aussi porté le maillot jaune). Et dire que Michael Woods, un autre Canadien, était aussi dans le coup pour la victoire.Houle a devancé de 1:10 le Français Valentin Madouas (FDJ-Groupama) et son compatriote et équipier Michael Woods à l'arrivée des 178,5 km tracés entre Carcassonne et Foix. Membre de l'échappée qui s'est formée dès les premiers kilomètres, le Québecois s'est isolé juste avant la dernière difficulté du jour et a résisté pendant 40 kilomètres ce qui lui a aussi octroyé le prix de la combativité. A 31 ans, le double champion du Canada de contre-la-montre enlève son premier succès dans une course en ligne. Au classement général, Jonas Vingegaard (Jumbo-Visma), 15e à 5:54 mardi, a résisté aux attaques de Tadej Pogacar (UAE Team Emirates) et conservé son avance de 2:22 sur le Slovène, 16e dans le même temps. Le Britannique Geraint Thomas (INEOS-Grenadiers), 17e, est troisième à 2:43. Le grand perdant est le Français Romain Bardet qui a cédé 3:36 au groupe du maillot jaune. Il perd sa 4e place, au profit du Colombien Nairo Quintana qui pointe à 4:15, et se retrouve 9e à 6:37. Un autre Français David Gaudu passe de la 8e à la 5e place du général à 4:24. Au lendemain de la troisième journée de repos, et à la veille des deux grandes étapes pyrénéennes avec les arrivées au sommet à Peyragudes et Hautacam, le peloton se voyait proposer un bel hors d'oeuvre sous la forme de 3.418 mètres de dénivelé positif sous la forme de deux cols de première catégorie le Port de Lers (11,4 km à 7 %), dont le sommet était située à 50 km de Foix, et le Mur de Pégère (9,3 km à 7,9% avec des passages à 18% dans les trois derniers kilomètres) au sommet duquel il restait une longue descente de plus de vingt kilomètres jusqu'à la banderole finale.Très rapidement un groupe de 29 coureurs s'est isolé en tête à l'initiative de Neilson Powless. Parmi eux cinq Belges: l'inévitable Wout van Aert et son équipier Nathan Van Hooydonck, Philippe Gilbert, Tim Wllens et Dylan Teuns. Le peloton laissa faire d'autant que dix-huit équipes étaient représentées et que le coureur le plus dangereux au général était le Russe Aleksandr Vlasov 11e qui comptait 10:32 de retard au général sur le maillot jaune. Après la première côte du jour de 4e catégorie, la côte de Saint-Hilaire, trois hommes ont poursuivi leur effort: Mathieu Burgaudeau, Matteo Jorgenson et Alexis Gougeard. Ce dernier insista et se retrouva seul à l'attaque. Après 40 km et une heure de course, Gougeard devançait le groupe maillot vert de 45 secondes et le peloton emmené par les Jumbo-Visma et les INEOS-Grenadiers de 6:30. Au km 51, Gougeard se laissait rejoindre par ses vingt-huit premiers poursuivants. Au sprint intermédiaire de Lavelanet (km 68), Van Aert s'est fait surprendre par Nils Eekhoff et a dû se contenter de la 2e place. La bagarre débuta dès l'entame du Port de Lers. Damiano Caruso et Olivier Le Gac accélérèrent. L'Italien s'isola mais vit Michael Woods et Michael Storer le rejoindre quelques kilomètres plus loin. À un peu plus d'un kilomètre du sommet, Simon Geschke, le maillot à pois, Van Aert, Matteo Jorgenson et Brandon McNulty firent la jonction avec la tête de course. Geschke ajouta ensuite 10 points au classement du meilleur grimpeur. Au début de la descente, Teuns se joignit aux leaders. Le peloton des favoris se réveilla à son tour. Enric Mas fut le premier à attaquer. A deux kilomètres du sommet, Pogacar plaça une première attaque puis une deuxième. Vingegaard surpris dans un premier temps le rattrapa rapidement. Le Slovène s'est ensuite jeté dans la descente, à 7:45 des leaders, obligeant le maillot jaune à réagir. Là encore le maillot blanc ne réussit pas à s'échapper. Romain Bardet fut la seule victime de ses accélérations avant de revenir dans la descente mais il n'allait pas pouvoir s'accrocher dans la seconde ascension. Au bas de la descente, le groupe de tête comprenait onze éléments avant l'attaque de Hugo Houle. Le Canadien creusa l'écart dans le Mur de Péguère. Il bascula au sommet avec 25 secondes d'avance sur Jorgenson et Woods.Mais l'Américain chuta (sans gravité) dans la descente dans un virage à 14 km de Foix. Du coup, Woods se retrouvait seul deuxième derrière son équipier. Pas longtemps. Jorgenson parvenait à revenir tout comme Madouas à quelques encablures de l'arrivée de quoi prendre la 2e place. La lutte pour le maillot jaune, qui se déroulait à distance, vit s'isoler Pogacar emmené par son équipier Rafal Majka, Vingegaard et son équipier Sepp Kuss et Nairo Quintana. Majka a alors brisé sa chaîne ce qui laissa Pogacar isolé et qui du coup n'a plus attaqué le maillot jaune. Le quatuor accusait 6 minutes de retard au sommet. Geraint Thomas, revenu de l'arrière avec Daniel Martinez, Van Aert et McNulty, qui s'étaient laissés rejoindre, effectuèrent la descente avec Vingegaard et Pogacar. Les deux leaders sont donc restés sur leurs positions avant les deux grandes journées dans les Pyrénées. Au nom du frèreEn franchissant la ligne d'arrivée, Hugo Houle a pointé son doigt vers le ciel. Un hommage à son frère Pierrick, décédé voici 10 ans à seulement 19 ans, alors qu'il effectuait son jogging. Il avait été fauché par un chauffard. Un drame qui a marqué la carrière du Québecois qui depuis ce jour là a eu l'ambition folle de remporter une étape sur le Tour de France.Mais la folie est devenue réalité ce mardi.