Parti en dernière position, Christopher Froome a évité l'orage pour remporter le contre-la-montre de cette 17e étape entre Embrun et Chorges. Le Britannique a pris le meilleur sur Alberto Contador pour 9 secondes et a remporté, ce mercredi, son troisième succès dans ce Tour de France 2013. Le podium est complété par Joaquim Rodriguez (Katusha) à 10 secondes.

La promesse d'un chrono dantesque, "l'un des plus difficiles de ces dernières années" à en croire le directeur de course adjoint Jean-François Pécheux, a été tenue. Si la pluie a finalement laissé tranquille les favoris, ces derniers se sont livrés une belle empoignade. Sur le parcours vallonné dessiné par les organisateurs et reprenant celui du triathlon d'Embrun, Christopher Froome a encore une fois su tirer son épingle du jeu.

En retard aux deux points de contrôle intermédiaire, le maillot jaune a respecté son plan de route - "ne pas prendre de risques inconsidérés" avait annoncé son directeur sportif Nicolas Portal -, faisant la différence dans la dernière descente vers Chorges. Le Britannique a prouvé qu'il est bel et bien l'homme fort de ce Tour de France. Déjà 2e lors du chrono tout plat du mont-Saint-Michel, il a remporté son premier succès dans l'exercice sur la Grande Boucle.

Contador s'accroche, Mollema craque

Derrière le "Kenyan blanc", la concurrence a connu des fortunes diverses. Très en jambes la veille, où il avait placé trois accélérations franches dans le col de Manse, Alberto Contador n'a craqué face à Froome que dans le final. Deuxième de l'étape, l'Espagnol a néanmoins réalisé une belle opération au général, en reprenant 2 minutes à Bauke Mollema.

Le Néerlandais n'a pas réussi une bonne performance. Emprunté, il a même manqué de peu de chuter à quelques encablures de l'arrivée, sortant trop large d'un virage et atterrissant dans les balustrades. Le coureur de la Belkin a d'ailleurs perdu plus que sa deuxième place au général puisqu'il n'est plus sur le podium, mercredi soir. La faute à la performance de Roman Kreuziguer, coéquipier de Contador chez Saxo-Tinkoff.

Par Christopher Buet

Parti en dernière position, Christopher Froome a évité l'orage pour remporter le contre-la-montre de cette 17e étape entre Embrun et Chorges. Le Britannique a pris le meilleur sur Alberto Contador pour 9 secondes et a remporté, ce mercredi, son troisième succès dans ce Tour de France 2013. Le podium est complété par Joaquim Rodriguez (Katusha) à 10 secondes.La promesse d'un chrono dantesque, "l'un des plus difficiles de ces dernières années" à en croire le directeur de course adjoint Jean-François Pécheux, a été tenue. Si la pluie a finalement laissé tranquille les favoris, ces derniers se sont livrés une belle empoignade. Sur le parcours vallonné dessiné par les organisateurs et reprenant celui du triathlon d'Embrun, Christopher Froome a encore une fois su tirer son épingle du jeu. En retard aux deux points de contrôle intermédiaire, le maillot jaune a respecté son plan de route - "ne pas prendre de risques inconsidérés" avait annoncé son directeur sportif Nicolas Portal -, faisant la différence dans la dernière descente vers Chorges. Le Britannique a prouvé qu'il est bel et bien l'homme fort de ce Tour de France. Déjà 2e lors du chrono tout plat du mont-Saint-Michel, il a remporté son premier succès dans l'exercice sur la Grande Boucle. Contador s'accroche, Mollema craque Derrière le "Kenyan blanc", la concurrence a connu des fortunes diverses. Très en jambes la veille, où il avait placé trois accélérations franches dans le col de Manse, Alberto Contador n'a craqué face à Froome que dans le final. Deuxième de l'étape, l'Espagnol a néanmoins réalisé une belle opération au général, en reprenant 2 minutes à Bauke Mollema. Le Néerlandais n'a pas réussi une bonne performance. Emprunté, il a même manqué de peu de chuter à quelques encablures de l'arrivée, sortant trop large d'un virage et atterrissant dans les balustrades. Le coureur de la Belkin a d'ailleurs perdu plus que sa deuxième place au général puisqu'il n'est plus sur le podium, mercredi soir. La faute à la performance de Roman Kreuziguer, coéquipier de Contador chez Saxo-Tinkoff. Par Christopher Buet