Nous en sommes au huitième jour de course d'affilée depuis le grand départ à Nice. C'est la première fois cette année que les coureurs roulent aussi longtemps, puisque la dernière étape de Paris-Nice a été rayée à cause de la pandémie.

Nous en serons à neuf demain, avant le premier jour de repos lundi. La dernière série de nuit ou neuf jours d'affilée dans un grand tour date de la première partie de la Vuelta, fin août 2019, ou du dernier Tour, pour ceux qui n'ont pas participé au Tour d'Espagne.

-

Le peloton aborde aujourd'hui le premier col hors-catégorie, le Port de Balès. Il y en aura encore quatre : le Grand Colombier, le col de la Madeleine, le col de la Loze et le Plateau de Glières.

Le peloton va gravir au total 29 cols de deuxième catégorie ou plus, soit deux fois plus que l'an dernier (suite aux intempéries, trois cols avaient été supprimés). Le Tour égale le record de 1987, enlevé par Stephen Roche. Les coureurs avaient franchi neuf cols hors-catégorie.

-

L'étape du jour ne compte que 141 kilomètres, celle de demain 153. Même s'il n'y a pas de mini-étape comme en 2018 avec la course de 65 kilomètres, les étapes de haute montagne ne font, en moyenne, que 161,5 kilomètres. C'est la tendance. Il faut remonter au Tour 2014 pour trouver une étape de montagne de plus de 220 kilomètres : celle de 237,5 kilomètres entre Carcassonne et Bagnères-de-Luchon, qui passait par le Portet d'Aspet et le Port de Balès, et avait été gagnée par Michael Rogers.

Greg Van Avermaet avait signé une de ses plus belles prestations dans un col. Il avait participé à une échappée en compagnie de Michael Rogers, Vasil Kyrienka, José Serpa, Cyriel Gautier et Thomas Voeckler. Le coureur BMC avait lâché prise au Port de Balès, concédant une minute et demie, mais avait refait son retard dans la descente, qu'il avait négociée seul. Il n'accusait plus que treize secondes de retard sur le lauréat, Rogers, qu'il aurait battu au sprint...

-

Le Port de Balès est entré dans l'histoire suite au fameux chain gate de 2010. Andy Schleck a eu des problèmes de chaîne et Alberto Contador en a profité pour s'échapper. Le soir, il s'est ridiculisé en prétendant n'avoir pas vu l'incident.

C'est un col assez récent: il n'a été asphalté qu'en 2006. L'oeuvre de François Fortassin, le bourgmestre de Sarp. Un an plus tard, Fortassin, assis dans la voiture de la direction, avait les larmes aux yeux durant l'étape. Christian Prudhomme s'est rendu à son chevet en mai 2017, alors qu'il agonisait. Fortassin a rassemblé ses forces pour lui demander : "Et ce Tour, comment il se présente ?" La caravane n'y est pas passée cette année-là mais en novembre 2018, on y a inauguré un monument en hommage au maire, en présence de Christian Prudhomme.

-

La descente de Peyresourde, vers l'arrivée, peut être décisive aujourd'hui. Le putsch de Chris Froome en 2016 l'a rendue célèbre, même si le coureur Sky l'avait dévalée sur l'autre face, vers Bagnères-de-Luchon. Froome s'était exercé pendant son stage.

Ce qu'on sait moins, c'est que Chris Froome a failli perdre le Tour 2017 dans ce col. Comme d'habitude, ses coéquipiers avaient formé un train mais dans les derniers kilomètres de l'ascension, le Britannique avait fléchi, alors qu'il lui restait encore une brève descente avant le raide col en direction de Peyragudes.

Froome avait mangé trop peu et avait fait une hypoglycémie mais il était encore assez lucide pour tenter un coup de poker. Il avait demandé à Mikel Nieve de ralentir, s'était laissé rattraper par ses rivaux dans le dernier kilomètre du Peyresourde, donnant l'impression (fausse) qu'il les étudiait et allait attaquer d'un moment à l'autre.

Le peloton n'avait réalisé que Froome se sentait mal que dans les derniers cent mètres, très pentus, précédant l'arrivée à Peyragudes. Le Kényan blanc n'a perdu que 22 secondes, il a dû céder son maillot jaune à Fabio Aru mais il a sauvé son Tour.

Nous en sommes au huitième jour de course d'affilée depuis le grand départ à Nice. C'est la première fois cette année que les coureurs roulent aussi longtemps, puisque la dernière étape de Paris-Nice a été rayée à cause de la pandémie. Nous en serons à neuf demain, avant le premier jour de repos lundi. La dernière série de nuit ou neuf jours d'affilée dans un grand tour date de la première partie de la Vuelta, fin août 2019, ou du dernier Tour, pour ceux qui n'ont pas participé au Tour d'Espagne.-Le peloton aborde aujourd'hui le premier col hors-catégorie, le Port de Balès. Il y en aura encore quatre : le Grand Colombier, le col de la Madeleine, le col de la Loze et le Plateau de Glières. Le peloton va gravir au total 29 cols de deuxième catégorie ou plus, soit deux fois plus que l'an dernier (suite aux intempéries, trois cols avaient été supprimés). Le Tour égale le record de 1987, enlevé par Stephen Roche. Les coureurs avaient franchi neuf cols hors-catégorie. -L'étape du jour ne compte que 141 kilomètres, celle de demain 153. Même s'il n'y a pas de mini-étape comme en 2018 avec la course de 65 kilomètres, les étapes de haute montagne ne font, en moyenne, que 161,5 kilomètres. C'est la tendance. Il faut remonter au Tour 2014 pour trouver une étape de montagne de plus de 220 kilomètres : celle de 237,5 kilomètres entre Carcassonne et Bagnères-de-Luchon, qui passait par le Portet d'Aspet et le Port de Balès, et avait été gagnée par Michael Rogers.Greg Van Avermaet avait signé une de ses plus belles prestations dans un col. Il avait participé à une échappée en compagnie de Michael Rogers, Vasil Kyrienka, José Serpa, Cyriel Gautier et Thomas Voeckler. Le coureur BMC avait lâché prise au Port de Balès, concédant une minute et demie, mais avait refait son retard dans la descente, qu'il avait négociée seul. Il n'accusait plus que treize secondes de retard sur le lauréat, Rogers, qu'il aurait battu au sprint...-Le Port de Balès est entré dans l'histoire suite au fameux chain gate de 2010. Andy Schleck a eu des problèmes de chaîne et Alberto Contador en a profité pour s'échapper. Le soir, il s'est ridiculisé en prétendant n'avoir pas vu l'incident. C'est un col assez récent: il n'a été asphalté qu'en 2006. L'oeuvre de François Fortassin, le bourgmestre de Sarp. Un an plus tard, Fortassin, assis dans la voiture de la direction, avait les larmes aux yeux durant l'étape. Christian Prudhomme s'est rendu à son chevet en mai 2017, alors qu'il agonisait. Fortassin a rassemblé ses forces pour lui demander : "Et ce Tour, comment il se présente ?" La caravane n'y est pas passée cette année-là mais en novembre 2018, on y a inauguré un monument en hommage au maire, en présence de Christian Prudhomme.-La descente de Peyresourde, vers l'arrivée, peut être décisive aujourd'hui. Le putsch de Chris Froome en 2016 l'a rendue célèbre, même si le coureur Sky l'avait dévalée sur l'autre face, vers Bagnères-de-Luchon. Froome s'était exercé pendant son stage. Ce qu'on sait moins, c'est que Chris Froome a failli perdre le Tour 2017 dans ce col. Comme d'habitude, ses coéquipiers avaient formé un train mais dans les derniers kilomètres de l'ascension, le Britannique avait fléchi, alors qu'il lui restait encore une brève descente avant le raide col en direction de Peyragudes. Froome avait mangé trop peu et avait fait une hypoglycémie mais il était encore assez lucide pour tenter un coup de poker. Il avait demandé à Mikel Nieve de ralentir, s'était laissé rattraper par ses rivaux dans le dernier kilomètre du Peyresourde, donnant l'impression (fausse) qu'il les étudiait et allait attaquer d'un moment à l'autre. Le peloton n'avait réalisé que Froome se sentait mal que dans les derniers cent mètres, très pentus, précédant l'arrivée à Peyragudes. Le Kényan blanc n'a perdu que 22 secondes, il a dû céder son maillot jaune à Fabio Aru mais il a sauvé son Tour.