• Deux ans après son dernier passage, la caravane revient aujourd'hui à Millau, connue pour son viaduc éponyme au-dessus du Tarn. Il s'agit du plus haut pont au monde : 343 mètres, soit 19 mètres de plus que la Tour Eiffel. Le viaduc mesure également 2460 mètres de long, 32 mètres de large et fait partie de La Méridienne (A75) l'itinéraire le plus court entre Paris et le sud. Tout comme en 2018, cette étape partira du centre de Millau, au Parc de la Victoire. Juste après le départ officiel, les coureurs pédaleront sous le viaduc, pour la quatrième fois de l'histoire du Tour (2005, 2015, 2018 et 2020).
Rik Verbrugghe, vainqueur à Lavaur., belga
Rik Verbrugghe, vainqueur à Lavaur. © belga
  • La première arrivée du Tour à Lavaur a eu lieu en 2001 et a été remportée par Rik Verbrugghe. Il s'était échappé d'un groupe de 25 coureurs et avait rejoint Marco Pinotti en tête. Au sprint, le Wallon avait facilement battu l'Italien. Ce jour-là, ce sont ses lunettes de soleil qui lui ont causé le plus de soucis durant le sprint. À trois reprises, celui qui est aujourd'hui sélectionneur national a dû les replacer sur son front alors qu'elles semblaient préférer son nez. Avec cette victoire, Verbrugghe atteignait le point culminant d'une formidable saison qui l'avait également vu remporter le Critérium International, la Flèche wallonne et le prologue du Giro.
  • Autre fait remarquable dans cette étape de 2001 vers Lavaur : Jonathan Vaughters, l'Américain du Crédit Agricole, a dû abandonner au bout de dix kilomètres car son oeil gauche était complètement fermé. La cause ? Une réaction allergique à une piqûre de guêpe. Un problème qui aurait pu être réglé avec une simple injection de cortisone, mais celle-ci n'a pas été autorisée et Vaughters a dû mettre pied à terre. Le cyclisme "pur" de l'époque.
Jonathan Vaughters., belga
Jonathan Vaughters. © belga
  • Deux jours, après la victoire de Verbrugghe, l'équipe Lotto pouvait à nouveau sortir le champagne grâce à la victoire de Serge Baguet, qui avait pris la mesure d'un autre Italien, Massimiliano Lelli. Les deux Belges mettaient ainsi fin à neuf ans de disette sur le Tour pour l'équipe de la loterie nationale. Une période qui coïncide d'ailleurs avec les "années EPO" du peloton. Les derniers succès remontaient à 1992 quand Jan Nevens et Peter De Clercq avaient décroché deux étapes. Durant cette période, seuls les Belges connaissaient le succès chez Lotto. Cela a changé quand l'Australien Robbie McEwen est arrivé dans l'équipe, en 2002, et a signé onze victoires d'étape en six ans. Plus tard, l'Allemand André Greipel a également levé les bras à onze reprises. En ajoutant les succès de Cadel Evans, de Tony Gallopin et, durant ces deux dernières années, de Caleb Ewan (quatre victoires), le nombre de victoires décrochées par des étrangers s'élève à 28, pour un total de 39 succès pour Lotto. Aujourd'hui à Lavaur, Ewan pourrait signer le quarantième.
  • Avec le Norvégien Alexander Kristoff, le Français Julian Alaphilippe, l'Australien Caleb Ewan, le Slovène Primoz Roglic, le Belge Wout Van Aert et le Kazakh Aleksey Lutsenko, le Tour 2020 a connu jusqu'à présent six vainqueurs de six nationalités différentes. Il faut remonter à 1998 pour trouver trace d'une telle série (contre-la-montre par équipe compris). Il y a 22 ans, les coureurs victorieux étaient le Britannique Chris Boardman, le Belge Tom Steels, le Slovaque Jan Svorada, l'Allemand Jens Heppner, le Néerlandais Jeroen Blijlevens et l'Italien Mario Cipollini. Cipo signant un doublé le lendemain, mettant ainsi fin à la série. Si aujourd'hui, l'Irlandais Sam Bennett, le Néerlandais Cees Bol, l'Italien Giacomo Nizzolo ou tout autre coureur d'une autre nationalité que les six premiers vainqueurs l'emporte, cela constituera un record dans l'histoire du Tour.