M. De Wever (N-VA) s'est entretenu lundi matin à ce sujet avec le ministre-président flamand, Geert Bourgeois (N-VA également) - pour ce qui concerne le financement - et avec le directeur de l'épreuve cycliste, Christian Prudhomme.

Organiser le "Grand départ" coûte beaucoup plus cher que le départ d'une autre étape. Ces derniers mois, le projet avait paru déraisonnable au Collège communal mais un accord a été dégagé.

"Le retour sur investissement est plus élevé lors du départ du Tour: c'est l'un des événements sportifs les plus importants au monde", a commenté le porte-parole de M. De Wever. "Cependant, une ville de taille moyenne comme Anvers, malgré son port à dimension mondiale, ne peut pas le supporter seule. C'est pourquoi nous allons réunir différents partenaires dans un avenir proche, car pareille candidature doit être finalisée bien à temps. En tous les cas, le Tour a maintenant pu constater qu'Anvers était prête à le recevoir", a-t-il ajouté.

M. De Wever (N-VA) s'est entretenu lundi matin à ce sujet avec le ministre-président flamand, Geert Bourgeois (N-VA également) - pour ce qui concerne le financement - et avec le directeur de l'épreuve cycliste, Christian Prudhomme. Organiser le "Grand départ" coûte beaucoup plus cher que le départ d'une autre étape. Ces derniers mois, le projet avait paru déraisonnable au Collège communal mais un accord a été dégagé. "Le retour sur investissement est plus élevé lors du départ du Tour: c'est l'un des événements sportifs les plus importants au monde", a commenté le porte-parole de M. De Wever. "Cependant, une ville de taille moyenne comme Anvers, malgré son port à dimension mondiale, ne peut pas le supporter seule. C'est pourquoi nous allons réunir différents partenaires dans un avenir proche, car pareille candidature doit être finalisée bien à temps. En tous les cas, le Tour a maintenant pu constater qu'Anvers était prête à le recevoir", a-t-il ajouté.