18 lacets, où la présence des spectateurs sera interdite tant les flancs de montagne sont escarpés. L'ascension de Montvernier n'a pas échappé aux responsables du Tour bien que persuadés initialement qu'il s'agissait d'un chemin de randonnée. Testés et approuvés au Dauphiné en juin dernier, les lacets proposeront un spectacle saisissant pour cette nouvelle étape dans les Alpes. 3,1 km avec un dénivellé à 8,2% de moyenne et une vue incroyable comme le montre cette vidéo réalisée par des amateurs au moyen d'un drone.

Avant ce final attendu, six ascensions figurent sur le parcours. Avec le col Bayard, classé en deuxième catégorie, à escalader dès la sortie de Gap.

La principale difficulté du jour, l'interminable Col de Glandon - 22 Km à 5% de moyenne - est redoutée par la plupart des coureurs, surtout en ces jours de fortes chaleurs. Classé hors catégorie, il verra peut-être le Belge Serge Pauwels (MTN-Qhubeka) - 15e au classement général et meilleur Belge - diminuer son retard pour le maillot du meilleur grimpeur sur Joaquim Rodriguez (Katusha). Les favoris du Tour, qui ont commencé les offensives très tôt dans la journée d'hier, pourraient remettre le couvert pour tenter de grapiller du terrain sur l'inaccesible maillot jaune Chritopher Froome (Sky).

Au bas de la descente, longue et rapide, une courte transition mène aux Lacets de Montvernier, classés en deuxième catégorie. Le sommet de cette route en balcon au-dessus de la vallée de la Maurienne est situé à seulement 10 kilomètres de l'arrivée, au terme de la descente et de la partie plate finale.

Du côté belge, Jan Bakelants, en forme durant cette troisième semaine, est rentré hier dans le top 20 du classement général. Prochain objectif, la victoire d'étape pour le coureur d'AG2r. Thomas De Gendt (Lotto-Soudal), l'homme le plus offensif du Tour, tentera une fois de plus de se glisser parmi les échappés du jour avec en tête, le trophée du super combatif de la Grande Boucle, décerné sur le podium aux Champs-Elysées.

18 lacets, où la présence des spectateurs sera interdite tant les flancs de montagne sont escarpés. L'ascension de Montvernier n'a pas échappé aux responsables du Tour bien que persuadés initialement qu'il s'agissait d'un chemin de randonnée. Testés et approuvés au Dauphiné en juin dernier, les lacets proposeront un spectacle saisissant pour cette nouvelle étape dans les Alpes. 3,1 km avec un dénivellé à 8,2% de moyenne et une vue incroyable comme le montre cette vidéo réalisée par des amateurs au moyen d'un drone. Avant ce final attendu, six ascensions figurent sur le parcours. Avec le col Bayard, classé en deuxième catégorie, à escalader dès la sortie de Gap. La principale difficulté du jour, l'interminable Col de Glandon - 22 Km à 5% de moyenne - est redoutée par la plupart des coureurs, surtout en ces jours de fortes chaleurs. Classé hors catégorie, il verra peut-être le Belge Serge Pauwels (MTN-Qhubeka) - 15e au classement général et meilleur Belge - diminuer son retard pour le maillot du meilleur grimpeur sur Joaquim Rodriguez (Katusha). Les favoris du Tour, qui ont commencé les offensives très tôt dans la journée d'hier, pourraient remettre le couvert pour tenter de grapiller du terrain sur l'inaccesible maillot jaune Chritopher Froome (Sky). Au bas de la descente, longue et rapide, une courte transition mène aux Lacets de Montvernier, classés en deuxième catégorie. Le sommet de cette route en balcon au-dessus de la vallée de la Maurienne est situé à seulement 10 kilomètres de l'arrivée, au terme de la descente et de la partie plate finale. Du côté belge, Jan Bakelants, en forme durant cette troisième semaine, est rentré hier dans le top 20 du classement général. Prochain objectif, la victoire d'étape pour le coureur d'AG2r. Thomas De Gendt (Lotto-Soudal), l'homme le plus offensif du Tour, tentera une fois de plus de se glisser parmi les échappés du jour avec en tête, le trophée du super combatif de la Grande Boucle, décerné sur le podium aux Champs-Elysées.