Signant son premier succès d'étape dans un grand tour et le 3e de son équipe dans ce 96e Giro, Benat Intxausti a devancé au sprint l'Estonien Tanel Kangert (Astana) et le Przemyslaw Niemiec (Lampre).

L'Italien Vincenzo Nibali (Astana) conserve le maillot rose avec 1:26 d'avance sur l'Australien Cadel Evans (BMC) et 2:46 sur le Colombien Rigoberto Uran (Sky). Nibali a franchi la ligne avec ses adversaires directs, quatorze secondes plus tard.

Principale victime du jour, l'Italien Mauro Santambrogio a été débordé dans la montée de la dernière difficulté, à une vingtaine de kilomètres de l'arrivée, et a perdu plus de deux minutes. Il a reculé de la 4e à la 6e place du classement général.

Une échappée de 22 coureurs s'est formée en plusieurs temps dans l'ascension du col-frontière du Mont-Cenis. L'équipe de Nibali a laissé à ce groupe un avantage maximal approchant les cinq minutes. Mais l'écart a fondu ensuite et les derniers rescapés (Kelderman, Pirazzi, Navardauskas, Pate) ont été rejoints avant le sommet de la dernière difficulté, à l'entrée des 20 derniers kilomètres.

Kangert a attaqué à plusieurs reprises et a entraîné avec lui, aux 6 kilomètres, Intxausti, Niemiec et le Néerlandais Robert Gesink, lequel a été retardé par une chaîne brisée à l'approche d'Ivrea.

Maarten Wynants, fiévreux, le Français Anthony Roux, malade depuis plusieurs jours, et l'Américain Taylor Phinney, qui a déclaré souffrir d'une infection, ont abandonné en cours d'étape.

Mercredi, la 17e étape s'adresse aux sprinteurs, entre Caravaggio et Vincenza (214 km), avant trois dures journées.

Signant son premier succès d'étape dans un grand tour et le 3e de son équipe dans ce 96e Giro, Benat Intxausti a devancé au sprint l'Estonien Tanel Kangert (Astana) et le Przemyslaw Niemiec (Lampre). L'Italien Vincenzo Nibali (Astana) conserve le maillot rose avec 1:26 d'avance sur l'Australien Cadel Evans (BMC) et 2:46 sur le Colombien Rigoberto Uran (Sky). Nibali a franchi la ligne avec ses adversaires directs, quatorze secondes plus tard. Principale victime du jour, l'Italien Mauro Santambrogio a été débordé dans la montée de la dernière difficulté, à une vingtaine de kilomètres de l'arrivée, et a perdu plus de deux minutes. Il a reculé de la 4e à la 6e place du classement général. Une échappée de 22 coureurs s'est formée en plusieurs temps dans l'ascension du col-frontière du Mont-Cenis. L'équipe de Nibali a laissé à ce groupe un avantage maximal approchant les cinq minutes. Mais l'écart a fondu ensuite et les derniers rescapés (Kelderman, Pirazzi, Navardauskas, Pate) ont été rejoints avant le sommet de la dernière difficulté, à l'entrée des 20 derniers kilomètres. Kangert a attaqué à plusieurs reprises et a entraîné avec lui, aux 6 kilomètres, Intxausti, Niemiec et le Néerlandais Robert Gesink, lequel a été retardé par une chaîne brisée à l'approche d'Ivrea. Maarten Wynants, fiévreux, le Français Anthony Roux, malade depuis plusieurs jours, et l'Américain Taylor Phinney, qui a déclaré souffrir d'une infection, ont abandonné en cours d'étape. Mercredi, la 17e étape s'adresse aux sprinteurs, entre Caravaggio et Vincenza (214 km), avant trois dures journées.