1re étape: action

Mardi 20 octobre: Irun - Eibar, 173 km

Première étape et déjà une première arrivée au sommet. La Vuelta s'ouvre par une première journée dans le Pays basque. D'Irun, le peloton longe la côte en passant par Saint-Sébastien avant de s'aventurer dans les terres. Trois côtes de 3e catégorie précèdent la montée finale à Eibar de l'alto de Arrate, classée en 1re. L'ascension de 5,3 km à 7,7% de pente moyenne fera de premiers écarts et les favoris devront éviter à tout prix de perdre de précieuses secondes d'entrée. D'autant que deux autres étapes de moyenne montagne suivent.

6e étape: sommet

Dimanche 25 octobre: Biescas - col du Tourmalet, 136,6 km

Dès sa première semaine, le Tour d'Espagne atteindra son sommet avec l'ascension du Tourmalet pour une arrivée en France à 2.115 mètres. Jamais jusqu'au terme de la 18e et dernière étape, les coureurs ne retrouveront une telle altitude. C'est aussi la plus longue ascension (19 km) de cette Vuelta. Avant l'explication finale dans les lacets du géant pyrénéen où s'était imposé Thibaut Pinot lors du Tour 2019, les favoris se seront usés dans ses voisins du Portalet (15 km à 4,5%) et de l'Aubisque (16,4 km à 7,1%).

12e étape: raidissime

Dimanche 1er novembre: La Pola Llaviana - alto de l'Angliru, 109,4 km

Après deux ans d'absence, la Vuelta retrouve les pentes violentes de l'alto de l'Angliru pour une étape condensée d'une centaine de kilomètres offrant quatre autres ascensions répertoriées. Ce deuxième dimanche promet d'être un moment fort de ce 75e Tour d'Espagne, l'Angliru étant devenu un classique depuis son introduction en 1999. Entre son format très resserré et son final très raide (passage à 23,5%), cette 12e étape contient les ingrédients d'un grand spectacle. D'autant qu'elle est placée au lendemain de celle cumulant le plus de dénivelé positif, environ de 4.600 mètres.

13e étape: solitaire

Mardi 3 novembre: Muros - Mirador de Ézaro, 33,7 km (contre-la-montre individuel)

Seul chrono de ce Tour d'Espagne, cette 13e étape sera cruciale pour les spécialistes de l'effort solitaire en quête du maillot rouge à commencer par les deux leaders de Jumbo, Primoz Roglic et Tom Dumoulin, maîtres dans la discipline. La météo, avec d'éventuelles averses et rafales de vent, devrait jouer un rôle dans ce contre-la-montre dessiné le long des côtes de Galice. Presque intégralement plat, il se conclut par un mur de 1,8 km à 14,8%.

17e étape: finale

Samedi 7 novembre: Sequeros - alto de La Covatilla, 178,2 km

Dernière étape de montagne avant l'arrivée à Madrid le lendemain, la 17e et son arrivée au sommet dans la station de ski de La Covatilla (province de Salamanque) doivent couronner le vainqueur de la Vuelta 2020. La montée finale de 11,4 km à 7,1% de pente moyenne est précédée de cinq autres ascensions répertoriées pour un total de 4.100 mètres de dénivelé positif. Un gros morceau de montagne pour conclure presque de fait cette Vuelta. Et offrir une finale entre favoris sur un terrain susceptible de renverser le classement général après quasiment trois semaines de course.

1re étape: actionMardi 20 octobre: Irun - Eibar, 173 kmPremière étape et déjà une première arrivée au sommet. La Vuelta s'ouvre par une première journée dans le Pays basque. D'Irun, le peloton longe la côte en passant par Saint-Sébastien avant de s'aventurer dans les terres. Trois côtes de 3e catégorie précèdent la montée finale à Eibar de l'alto de Arrate, classée en 1re. L'ascension de 5,3 km à 7,7% de pente moyenne fera de premiers écarts et les favoris devront éviter à tout prix de perdre de précieuses secondes d'entrée. D'autant que deux autres étapes de moyenne montagne suivent.6e étape: sommetDimanche 25 octobre: Biescas - col du Tourmalet, 136,6 kmDès sa première semaine, le Tour d'Espagne atteindra son sommet avec l'ascension du Tourmalet pour une arrivée en France à 2.115 mètres. Jamais jusqu'au terme de la 18e et dernière étape, les coureurs ne retrouveront une telle altitude. C'est aussi la plus longue ascension (19 km) de cette Vuelta. Avant l'explication finale dans les lacets du géant pyrénéen où s'était imposé Thibaut Pinot lors du Tour 2019, les favoris se seront usés dans ses voisins du Portalet (15 km à 4,5%) et de l'Aubisque (16,4 km à 7,1%).12e étape: raidissimeDimanche 1er novembre: La Pola Llaviana - alto de l'Angliru, 109,4 kmAprès deux ans d'absence, la Vuelta retrouve les pentes violentes de l'alto de l'Angliru pour une étape condensée d'une centaine de kilomètres offrant quatre autres ascensions répertoriées. Ce deuxième dimanche promet d'être un moment fort de ce 75e Tour d'Espagne, l'Angliru étant devenu un classique depuis son introduction en 1999. Entre son format très resserré et son final très raide (passage à 23,5%), cette 12e étape contient les ingrédients d'un grand spectacle. D'autant qu'elle est placée au lendemain de celle cumulant le plus de dénivelé positif, environ de 4.600 mètres.13e étape: solitaireMardi 3 novembre: Muros - Mirador de Ézaro, 33,7 km (contre-la-montre individuel)Seul chrono de ce Tour d'Espagne, cette 13e étape sera cruciale pour les spécialistes de l'effort solitaire en quête du maillot rouge à commencer par les deux leaders de Jumbo, Primoz Roglic et Tom Dumoulin, maîtres dans la discipline. La météo, avec d'éventuelles averses et rafales de vent, devrait jouer un rôle dans ce contre-la-montre dessiné le long des côtes de Galice. Presque intégralement plat, il se conclut par un mur de 1,8 km à 14,8%.17e étape: finaleSamedi 7 novembre: Sequeros - alto de La Covatilla, 178,2 kmDernière étape de montagne avant l'arrivée à Madrid le lendemain, la 17e et son arrivée au sommet dans la station de ski de La Covatilla (province de Salamanque) doivent couronner le vainqueur de la Vuelta 2020. La montée finale de 11,4 km à 7,1% de pente moyenne est précédée de cinq autres ascensions répertoriées pour un total de 4.100 mètres de dénivelé positif. Un gros morceau de montagne pour conclure presque de fait cette Vuelta. Et offrir une finale entre favoris sur un terrain susceptible de renverser le classement général après quasiment trois semaines de course.