Le Colombien Nairo Quintana (Movistar) a fait la bonne affaire du jour jeudi sur les pentes de L'Alpe d'Huez. Il n'est en effet plus qu'à 21 secondes d'Alberto Contador, dont il pourrait dès lors menacer la 2e place lors des prochaines journées alpestres qui arrivent.

"Je n'ai pas gagné l'étape, mais j'ai d'autres raisons de me réjouir", soulignait Nairo Quintana. "On a travaillé pour et durement, mes équipiers en particulier. Terminer 4e ici à l'Alpe-d'Huez, l'arrivée la plus mythique du Tour, c'est incroyable. Me voilà en outre installé à la 3e place du général, et même tout proche de la seconde. J'espère conserver mon rang actuel, voire en gagner encore un si c'est possible. Une place dans le top-3 final serait de toute façon magnifique", conclut Nairo Quintana.

Riblon: "j'ai été chercher cette victoire à la pédale"

Premier coureur français vainqueur d'une étape lors de cette 100e édition du Tour de France, Christophe Riblon (AG2R La Mondiale) s'est imposé au sommet de l'Alpe d'Huez, gravie deux fois sur la même journée, jeudi.

"J'ai été chercher cette victoire à la pédale ! Un final de fous ! A 5 kilomètres de l'arrivée, je n'y croyais plus trop, je pensais à la deuxième place. Mon 'ds' (directeur sportif) y a cru à mort, il m'a dit que Van Garderen allait coincer... J'avais du mal à le croire. Puis, je l'ai vu devant moi. C'est la 4e fois que je suis échappé depuis le début du Tour. Je me suis toujours battu. Cela n'avait pas trop souri jusqu'à présent. Max (Bouet) s'est fracturé le poignet en début de tour, Jicé (Péraud) a dû abandonner sur une fracture de la clavicule. Partir de loin était la seule option, je n'allais pas battre Froome dans la montée. J'avais à coeur d'être dans l'échappée; Lever les bras à l'Alpe d'Huez, c'est incroyable !"

Froome: "Porte était bien meilleur que moi"

Le Britannique Chris Froome (Sky), 7e de l'étape, conforte son maillot jaune de leader, malgré un début de fringale dans les derniers kilomètres.

"Ce n'était pas facile, je suis très content d'avoir eu Richie Porte à mes côtés. Richie était bien meilleur que moi aujourd'hui. J'ai commencé à manquer de sucre sur la fin. Il m'en a fourni. Quand j'ai levé le bras ? c'était pour demander un peu de sucre à la voiture, je commençais à souffrir d'hypoglycémie. C'était une étape dure. Quintana ? je pense qu'il terminera le Tour sur le podium."

Monfort: "j'espère avoir de meilleures jambes les prochains jours..."

Maxime Monfort (RadioShack-Leopard) ne s'est classé que 28e de l'étape jeudi à 6:30 du vainqueur. "Je n'étais vraiment pas super aujourd'hui", déplorait-il après avoir passé la ligne. "J'espère avoir de bien meilleures jambes ces deux prochains jours..."

"J'avais déjà dû cravacher ferme dans la première ascension de L'Alpe pour rester au contact avec le groupe principal", avoua-t-il. "Et ce fut encore plus pénible dans le Col de Sarenne. J'ai ensuite été vite largué dans les premiers lacets de la 2e grimpée de l'Alpe-d'Huez. C'est mon caractère, et non mes jambes, qui m'ont porté. Mais j'étais vraiment à l'extrême limite dans le fameux virage sept des Néerlandais. Je n'avançais pas à plus de 15 km/h, mais les autres non plus. J'étais pourtant à bloc. Enfin à cette vitesse là et malgré la fatigue, on a au moins le temps de voir ce qui se passe. Ce sont quand même des pages d'histoire du Tour de France qui s'écrivent sous vos yeux. Il n'empêche que cette journée m'aura dans l'ensemble fort déçu", conclut Maxime Monfort.

De Clercq: "J'essayerai peut-être encore"

Le premier Belge à arriver au sommet de l'Alpe-d'Huez a été Bart De Clercq (Lotto-Belisol), vingtième à 5:56 du Français Christophe Riblon.

"C'était une journée très dure", a déclaré Bart De Clercq. "Au début, j'ai encore pu suivre le tempo des favoris. Dès qu'il y a eu une accélération, j'ai dû décrocher et je me suis retrouvé dans un petit groupe avec Michael Rogers et Jakob Fuglsang. Je sentais que mes réserves d'énergie se vidaient et je les ai laissés filer. Dans les derniers kilomètres, j'ai eu un vrai coup de fringale et j'ai totalement coincé. J'étais sans force", a raconté le coureur de la formation Lotto-Belisol.

"J'ai terminé vingtième? Peut-être que cela aurait pu être un peu mieux. J'ai vraiment commis une petite faute en ne me nourrissant pas suffisamment. Normalement, j'aurais dû pouvoir rester dans le groupe avec Fuglsang et Rogers. Cela n'a pas réussi. Le public? Par moment c'était chouette, mais également effrayant. Des gens avec des drapeaux et des gars qui prennent des photos au milieu de la route, cela n'était pas vraiment chouette. La descente de Sarenne était difficile et ardue. Technique surtout. Je veux maintenant me remettre de cette étape et peut-être que je pourrai encore tenter quelque chose dans les deux étapes qu'il reste."

Mollema: "Je n'avais pas les jambes"

Le Néerlandais Bauke Mollema a lui perdu deux nouvelles places au classement général du Tour. Le leader de la formation Belkin est désormais 6e à l'issue de la terrible étape avec la double ascension de l'Alpe d'Huez.

"Le podium est hors de portée", a estimé Mollema, qui était encore deuxième avant le contre-la-montre mercredi. "Je n'avais tout simplement pas les jambes. J'ai dû lutter toute la journée. Heureusement, Robert Gesink et Lars Petter Nordhaug sont restés avec moi. Autrement, j'aurais perdu encore plus de temps. Ils ont travaillé énormément pour moi."

"Je peux probablement être heureux d'être encore sixième", a ajouté Mollema. "J'ai connu une très mauvaise journée, au cours de laquelle tu peux encore plus sombrer. En fait, je me sentais déjà ainsi après le contre-la-montre de mercredi. Je pense que je ne me suis pas suffisamment remis de ces efforts. Ce n'est pas que les autres sont devenus beaucoup plus fort d'un coup, c'est moi qui suis moins bien. J'ai perdu la puissance des dernières semaines."

Le Colombien Nairo Quintana (Movistar) a fait la bonne affaire du jour jeudi sur les pentes de L'Alpe d'Huez. Il n'est en effet plus qu'à 21 secondes d'Alberto Contador, dont il pourrait dès lors menacer la 2e place lors des prochaines journées alpestres qui arrivent. "Je n'ai pas gagné l'étape, mais j'ai d'autres raisons de me réjouir", soulignait Nairo Quintana. "On a travaillé pour et durement, mes équipiers en particulier. Terminer 4e ici à l'Alpe-d'Huez, l'arrivée la plus mythique du Tour, c'est incroyable. Me voilà en outre installé à la 3e place du général, et même tout proche de la seconde. J'espère conserver mon rang actuel, voire en gagner encore un si c'est possible. Une place dans le top-3 final serait de toute façon magnifique", conclut Nairo Quintana. Riblon: "j'ai été chercher cette victoire à la pédale" Premier coureur français vainqueur d'une étape lors de cette 100e édition du Tour de France, Christophe Riblon (AG2R La Mondiale) s'est imposé au sommet de l'Alpe d'Huez, gravie deux fois sur la même journée, jeudi. "J'ai été chercher cette victoire à la pédale ! Un final de fous ! A 5 kilomètres de l'arrivée, je n'y croyais plus trop, je pensais à la deuxième place. Mon 'ds' (directeur sportif) y a cru à mort, il m'a dit que Van Garderen allait coincer... J'avais du mal à le croire. Puis, je l'ai vu devant moi. C'est la 4e fois que je suis échappé depuis le début du Tour. Je me suis toujours battu. Cela n'avait pas trop souri jusqu'à présent. Max (Bouet) s'est fracturé le poignet en début de tour, Jicé (Péraud) a dû abandonner sur une fracture de la clavicule. Partir de loin était la seule option, je n'allais pas battre Froome dans la montée. J'avais à coeur d'être dans l'échappée; Lever les bras à l'Alpe d'Huez, c'est incroyable !" Froome: "Porte était bien meilleur que moi" Le Britannique Chris Froome (Sky), 7e de l'étape, conforte son maillot jaune de leader, malgré un début de fringale dans les derniers kilomètres. "Ce n'était pas facile, je suis très content d'avoir eu Richie Porte à mes côtés. Richie était bien meilleur que moi aujourd'hui. J'ai commencé à manquer de sucre sur la fin. Il m'en a fourni. Quand j'ai levé le bras ? c'était pour demander un peu de sucre à la voiture, je commençais à souffrir d'hypoglycémie. C'était une étape dure. Quintana ? je pense qu'il terminera le Tour sur le podium." Monfort: "j'espère avoir de meilleures jambes les prochains jours..." Maxime Monfort (RadioShack-Leopard) ne s'est classé que 28e de l'étape jeudi à 6:30 du vainqueur. "Je n'étais vraiment pas super aujourd'hui", déplorait-il après avoir passé la ligne. "J'espère avoir de bien meilleures jambes ces deux prochains jours..." "J'avais déjà dû cravacher ferme dans la première ascension de L'Alpe pour rester au contact avec le groupe principal", avoua-t-il. "Et ce fut encore plus pénible dans le Col de Sarenne. J'ai ensuite été vite largué dans les premiers lacets de la 2e grimpée de l'Alpe-d'Huez. C'est mon caractère, et non mes jambes, qui m'ont porté. Mais j'étais vraiment à l'extrême limite dans le fameux virage sept des Néerlandais. Je n'avançais pas à plus de 15 km/h, mais les autres non plus. J'étais pourtant à bloc. Enfin à cette vitesse là et malgré la fatigue, on a au moins le temps de voir ce qui se passe. Ce sont quand même des pages d'histoire du Tour de France qui s'écrivent sous vos yeux. Il n'empêche que cette journée m'aura dans l'ensemble fort déçu", conclut Maxime Monfort. De Clercq: "J'essayerai peut-être encore" Le premier Belge à arriver au sommet de l'Alpe-d'Huez a été Bart De Clercq (Lotto-Belisol), vingtième à 5:56 du Français Christophe Riblon. "C'était une journée très dure", a déclaré Bart De Clercq. "Au début, j'ai encore pu suivre le tempo des favoris. Dès qu'il y a eu une accélération, j'ai dû décrocher et je me suis retrouvé dans un petit groupe avec Michael Rogers et Jakob Fuglsang. Je sentais que mes réserves d'énergie se vidaient et je les ai laissés filer. Dans les derniers kilomètres, j'ai eu un vrai coup de fringale et j'ai totalement coincé. J'étais sans force", a raconté le coureur de la formation Lotto-Belisol. "J'ai terminé vingtième? Peut-être que cela aurait pu être un peu mieux. J'ai vraiment commis une petite faute en ne me nourrissant pas suffisamment. Normalement, j'aurais dû pouvoir rester dans le groupe avec Fuglsang et Rogers. Cela n'a pas réussi. Le public? Par moment c'était chouette, mais également effrayant. Des gens avec des drapeaux et des gars qui prennent des photos au milieu de la route, cela n'était pas vraiment chouette. La descente de Sarenne était difficile et ardue. Technique surtout. Je veux maintenant me remettre de cette étape et peut-être que je pourrai encore tenter quelque chose dans les deux étapes qu'il reste." Mollema: "Je n'avais pas les jambes" Le Néerlandais Bauke Mollema a lui perdu deux nouvelles places au classement général du Tour. Le leader de la formation Belkin est désormais 6e à l'issue de la terrible étape avec la double ascension de l'Alpe d'Huez. "Le podium est hors de portée", a estimé Mollema, qui était encore deuxième avant le contre-la-montre mercredi. "Je n'avais tout simplement pas les jambes. J'ai dû lutter toute la journée. Heureusement, Robert Gesink et Lars Petter Nordhaug sont restés avec moi. Autrement, j'aurais perdu encore plus de temps. Ils ont travaillé énormément pour moi." "Je peux probablement être heureux d'être encore sixième", a ajouté Mollema. "J'ai connu une très mauvaise journée, au cours de laquelle tu peux encore plus sombrer. En fait, je me sentais déjà ainsi après le contre-la-montre de mercredi. Je pense que je ne me suis pas suffisamment remis de ces efforts. Ce n'est pas que les autres sont devenus beaucoup plus fort d'un coup, c'est moi qui suis moins bien. J'ai perdu la puissance des dernières semaines."