Il ne se passe pas une semaine sans que Herman Vanspringel soit interpellé sur sa perte tragique du Tour de France 1968, la dernière édition sous la formule d'équipes nationales. Lors du dernier contre-la-montre, il a dû laisser la victoire au Néerlandais Jan Janssen dans des circonstances qui sont toujours entourées d'un voile de mystère. Vanspringel, l'un des meilleurs cyclistes en contre-la-montre de son époque, s'est totalement épuisé, mais a finalement perdu le Tour pour 36 secondes.

Rarement un perdant n'a pu compter sur autant de sympathie en Belgique que le brave Herman Vanspringel, en proie aux doutes pendant toute sa carrière. Et lorsqu'il a perdu une étape du Tour en suivant les motos au lieu de bifurquer vers la piste à 400 mètres de l'arrivée, on lui a collé l'étiquette de coureur pas très futé. "Les gens disaient que j'étais bête", raconte Vanspringel encore aujourd'hui.

Quelque part, la défaite cuisante contre Janssen s'accordait à son image. Cependant, ce drame n'a pas refroidi les liens entre Vanspringel et le Tour. Lorsqu'en 1971, alors qu'il était champion de Belgique et coéquipier d'Eddy Merckx, il n'a pas pu rejoindre le la Grande Boucle avec son équipe de l'époque Molteni parce qu'il avait signé pour une autre équipe. Il était tellement en colère qu'il a participé à cinq critériums et les a tous gagnés.

Herman Vanspringel était un brave homme. Un homme discret qui n'aimait pas fanfaronner et se laissait éconduire facilement. Il a néanmoins fait une déclaration surprenante après sa carrière en confiant que son nom de famille s'écrivait en un mot. Après toute une carrière où tous écrivaient Herman Van Springel.

Le mois prochain, Herman Vanspringel aura 70 ans. Sa défaite au Tour l'a poursuivi toute sa vie. Il n'en a jamais voulu à Jan Janssens et les deux anciens coureurs mangent régulièrement ensemble.

Il ne se passe pas une semaine sans que Herman Vanspringel soit interpellé sur sa perte tragique du Tour de France 1968, la dernière édition sous la formule d'équipes nationales. Lors du dernier contre-la-montre, il a dû laisser la victoire au Néerlandais Jan Janssen dans des circonstances qui sont toujours entourées d'un voile de mystère. Vanspringel, l'un des meilleurs cyclistes en contre-la-montre de son époque, s'est totalement épuisé, mais a finalement perdu le Tour pour 36 secondes. Rarement un perdant n'a pu compter sur autant de sympathie en Belgique que le brave Herman Vanspringel, en proie aux doutes pendant toute sa carrière. Et lorsqu'il a perdu une étape du Tour en suivant les motos au lieu de bifurquer vers la piste à 400 mètres de l'arrivée, on lui a collé l'étiquette de coureur pas très futé. "Les gens disaient que j'étais bête", raconte Vanspringel encore aujourd'hui. Quelque part, la défaite cuisante contre Janssen s'accordait à son image. Cependant, ce drame n'a pas refroidi les liens entre Vanspringel et le Tour. Lorsqu'en 1971, alors qu'il était champion de Belgique et coéquipier d'Eddy Merckx, il n'a pas pu rejoindre le la Grande Boucle avec son équipe de l'époque Molteni parce qu'il avait signé pour une autre équipe. Il était tellement en colère qu'il a participé à cinq critériums et les a tous gagnés. Herman Vanspringel était un brave homme. Un homme discret qui n'aimait pas fanfaronner et se laissait éconduire facilement. Il a néanmoins fait une déclaration surprenante après sa carrière en confiant que son nom de famille s'écrivait en un mot. Après toute une carrière où tous écrivaient Herman Van Springel. Le mois prochain, Herman Vanspringel aura 70 ans. Sa défaite au Tour l'a poursuivi toute sa vie. Il n'en a jamais voulu à Jan Janssens et les deux anciens coureurs mangent régulièrement ensemble.