L'histoire du Tour de France est parsemée d'anecdotes plus étranges les unes que les autres. Ainsi, il y a l'histoire d'Ottavio Bottecchia, le premier Italien à avoir remporté la Grande Boucle.

En 1925, il se trouvait dans un peloton de six coureurs quand à 20 km de l'arrivée il a voulu descendre de son vélo pour 'tourner sa roue' (à l'époque, c'était la méthode pour changer de vitesse). Il a demandé à son coéquipier Lucien Buysse de l'attendre. Celui-ci n'a pas voulu, craignant que les autres ne roulent comme des fous pour maintenir leur avance, ce que ne comprenait pas le très confiant Bottechia. "Ne fais pas l'idiot, nous sommes capables de les manger tout cru", fanfaronna-t-il. Mais Lucien Buysse a tenu bon.

Finalement, Bottechia est arrivé à trois minutes du peloton de tête. Il était pâle comme un linge et ne pouvait plus émettre un son. Pendant le dîner, il s'est assoupi avant de s'effondrer, la tête dans son assiette de potage brûlant. Comme il ne s'est pas réveillé, ses coéquipiers l'ont porté jusqu'à son lit.

Le lendemain, ils craignaient le pire. Mais l'Italien a joyeusement pédalé comme si de rien n'était. Cette année-là, il a remporté le Tour avec près d'une heure d'avance.

L'histoire du Tour de France est parsemée d'anecdotes plus étranges les unes que les autres. Ainsi, il y a l'histoire d'Ottavio Bottecchia, le premier Italien à avoir remporté la Grande Boucle. En 1925, il se trouvait dans un peloton de six coureurs quand à 20 km de l'arrivée il a voulu descendre de son vélo pour 'tourner sa roue' (à l'époque, c'était la méthode pour changer de vitesse). Il a demandé à son coéquipier Lucien Buysse de l'attendre. Celui-ci n'a pas voulu, craignant que les autres ne roulent comme des fous pour maintenir leur avance, ce que ne comprenait pas le très confiant Bottechia. "Ne fais pas l'idiot, nous sommes capables de les manger tout cru", fanfaronna-t-il. Mais Lucien Buysse a tenu bon. Finalement, Bottechia est arrivé à trois minutes du peloton de tête. Il était pâle comme un linge et ne pouvait plus émettre un son. Pendant le dîner, il s'est assoupi avant de s'effondrer, la tête dans son assiette de potage brûlant. Comme il ne s'est pas réveillé, ses coéquipiers l'ont porté jusqu'à son lit. Le lendemain, ils craignaient le pire. Mais l'Italien a joyeusement pédalé comme si de rien n'était. Cette année-là, il a remporté le Tour avec près d'une heure d'avance.