"Après la malchance sur La Planche des Belles Filles et un mauvais contre-la-montre à Besançon, je peux être très content avec la 4e place", a déclaré VDB. "Cela semblait compliqué après le premier jour de repos. J'ai tout de même réussi à ne pas paniquer après cet épisode malchanceux car la peur ne t'apporte rien. Je savais que j'avais fait un pas en avant ici. Je suis devenu beaucoup plus calme, j'ai adapté ma manière de penser. Les énergies négatives n'apportent rien."

Il a suivi au Tour, il devra mener à la Vuelta C'est dans la montagne que Van den Broeck a impressionné les spectateurs du Tour de France. Il est le seul, avec Nibali, à avoir osé attaquer les Sky dans les cols. "Pendant les étapes de montagne, j'étais avec les meilleurs. Cette année, je pouvais également me cacher dans le peloton et recevoir le soutien de toute une équipe. C'était un groupe idéal. Les gars continuaient à rire et continuaient à y croire", a encore confié VDB.

La prochaine étape pour le coureur belge sera La Vuelta dans quelques semaines : "ça sera une conclusion idéale pour ma saison." Avant cela, Jurgen Van den Broeck fera un détour par le Critérium de Saint-Nicolas ce vendredi.

Peut-il monter sur le podium du Tour de France ? Un Belge sur le podium du Tour de France, tout le Royaume en rêve mais est-ce possible ? À 29 ans, Jurgen Van den Broeck semble être le seul coureur capable de décrocher le Top 3.

Pour ce qui est de ses qualités de grimpeur, VDB n'a pas de soucis à se faire. Il est l'un des seuls à être capable de suivre les meilleurs en haute-montagne. Avec un parcours plus vallonné, il pourrait réaliser des merveilles. "J'espère déjà que le Tour de l'année prochaine sera un peu plus dur", explique Marc Sergent, directeur sportif de Lotto Belisol. Il est bien conscient que son coureur sait grimper mais aussi qu'il doit apprendre à faire exploser la concurrence dans les pentes. "Jurgen est bon en montagne. Il a attaqué quelques fois lors de la Grande Boucle mais c'est n'est pas encore assez net. Il est en plein travail sur son explosivité."

Encore une marge de progression Ce qui lui manque surtout, c'est la puissance d'un grand rouleur, surtout contre le chrono. "Il a amélioré ses capacités en contre-la-montre", souligne Marc Sergent. "Peut-être que le public ne s'est pas rendu compte qu'en comparaison avec les autres années, ce sont de vraies minutes qu'il a gagnées. C'est ce qui fait la différence entre sa position au classement et une 7e ou 8e place." "Si Van den Broeck peut encore s'améliorer ? Je le pense", clame son directeur sportif. À 29 ans, il a encore quelques belles années devant lui. Mais, il est peut-être passé à côté de sa chance. L'an prochain en plus de Bradley Wiggins, Vincenzo Nibali et Cadel Evans, il devra compter avec Christopher Froome, qui pourra peut-être quitter son rôle de lieutenant, mais également avec les retours d'Andy Schleck et Alberto Contador.

Romain Van der Pluym (stg.), Sportfootmagazine.be, avec Belga

"Après la malchance sur La Planche des Belles Filles et un mauvais contre-la-montre à Besançon, je peux être très content avec la 4e place", a déclaré VDB. "Cela semblait compliqué après le premier jour de repos. J'ai tout de même réussi à ne pas paniquer après cet épisode malchanceux car la peur ne t'apporte rien. Je savais que j'avais fait un pas en avant ici. Je suis devenu beaucoup plus calme, j'ai adapté ma manière de penser. Les énergies négatives n'apportent rien." Il a suivi au Tour, il devra mener à la Vuelta C'est dans la montagne que Van den Broeck a impressionné les spectateurs du Tour de France. Il est le seul, avec Nibali, à avoir osé attaquer les Sky dans les cols. "Pendant les étapes de montagne, j'étais avec les meilleurs. Cette année, je pouvais également me cacher dans le peloton et recevoir le soutien de toute une équipe. C'était un groupe idéal. Les gars continuaient à rire et continuaient à y croire", a encore confié VDB. La prochaine étape pour le coureur belge sera La Vuelta dans quelques semaines : "ça sera une conclusion idéale pour ma saison." Avant cela, Jurgen Van den Broeck fera un détour par le Critérium de Saint-Nicolas ce vendredi. Peut-il monter sur le podium du Tour de France ? Un Belge sur le podium du Tour de France, tout le Royaume en rêve mais est-ce possible ? À 29 ans, Jurgen Van den Broeck semble être le seul coureur capable de décrocher le Top 3. Pour ce qui est de ses qualités de grimpeur, VDB n'a pas de soucis à se faire. Il est l'un des seuls à être capable de suivre les meilleurs en haute-montagne. Avec un parcours plus vallonné, il pourrait réaliser des merveilles. "J'espère déjà que le Tour de l'année prochaine sera un peu plus dur", explique Marc Sergent, directeur sportif de Lotto Belisol. Il est bien conscient que son coureur sait grimper mais aussi qu'il doit apprendre à faire exploser la concurrence dans les pentes. "Jurgen est bon en montagne. Il a attaqué quelques fois lors de la Grande Boucle mais c'est n'est pas encore assez net. Il est en plein travail sur son explosivité." Encore une marge de progression Ce qui lui manque surtout, c'est la puissance d'un grand rouleur, surtout contre le chrono. "Il a amélioré ses capacités en contre-la-montre", souligne Marc Sergent. "Peut-être que le public ne s'est pas rendu compte qu'en comparaison avec les autres années, ce sont de vraies minutes qu'il a gagnées. C'est ce qui fait la différence entre sa position au classement et une 7e ou 8e place." "Si Van den Broeck peut encore s'améliorer ? Je le pense", clame son directeur sportif. À 29 ans, il a encore quelques belles années devant lui. Mais, il est peut-être passé à côté de sa chance. L'an prochain en plus de Bradley Wiggins, Vincenzo Nibali et Cadel Evans, il devra compter avec Christopher Froome, qui pourra peut-être quitter son rôle de lieutenant, mais également avec les retours d'Andy Schleck et Alberto Contador. Romain Van der Pluym (stg.), Sportfootmagazine.be, avec Belga