"Le chrono, c'est mon truc. Je suis vraiment dans mon élément. Je suis très content, c'est super. On avait bien reconnu le parcours après le Dauphiné. Il n'était pas facile, avec beaucoup de virages. C'était important de le reconnaître. On l'avait enregistré en vidéo aussi. Ma position? On a beaucoup travaillé en soufflerie pour trouver la meilleure position. Je suis un poursuiteur, j'ai fait beaucoup de kilomètres dans cette position."

"Après 9 jours dans le Tour, je me sentais fatigué, mais dès le début du contre-la-montre je me suis senti bien et cela m'a donné confiance. Sean Yates me disait à la radio: 'Tu as déjà fait tous ces sacrifices, maintenant tu dois conclure. C'est ce que j'ai fait."

Cadel Evans: "Jusqu'à la fin, on ne renoncera pas"

Cadel Evans et l'encadrement de l'équipe BMC ont minimisé les conséquences de la victoire de Bradley Wiggins lundi dans le contre-la-montre de la 9e étape, qui laisse le vainqueur du dernier Tour de France à 1:53 de son rival au classement général. "Je ne savais pas trop à quoi m'attendre, ni à quel niveau étaient les autres sur un contre-la-montre dans le Tour. Ca n'a pas été mon meilleur chrono mais quand on compare avec les spécialistes comme Cancellara, Martin et les autres, je ne suis pas si loin. Sky avait deux coureurs très solides", souligne-t-il.

"Le Tour n'a pas été optimal pour moi pour l'instant. C'est sûr qu'1 minute 53 secondes, ce n'est pas la meilleure des positions comparé aux deux secondes de l'an dernier, reconnaît-il. Mais le Tour continue." "Jusqu'à la fin, on ne renoncera pas", assure-t-il. "Ces derniers jours, je me sens de mieux en mieux et il y avait des arrivées au sommet pour ouvrir un peu les choses. Ca a plutôt bien marché", estime-t-il.

"J'ai été un peu surpris de la manière dont Sky a lâché prise dans la dernière montée", ajoute-t-il, avant d'admettre: "J'ai été aussi surpris qu'ils fassent premier et deuxième dans le contre-la-montre."


John Lelangue: "Etablir un plan de bataille avec Cadel Evans"

Cadel Evans (BMC) est le grand battu du premier grand contre-la-montre du Tour de France, lundi à Besançon. Le vainqueur du Tour 2011 a concédé 1:43 à Bradley Wiggins. Le manager de l'équipe BMC John Lelangue reste offensif. "Nous avions dit d'avance que nous ne regarderions pas les temps de Wiggins" a déclaré Lelangue. "Nous savons qu'il est meilleur contre-la-montre. C'est pourquoi nous avons fait notre course avec notre schéma établi. Grâce à un brillant Tejay Van Garderen nous avions de bons temps de référence. Nous n'en avons pas été éloigné. Ce fut loin d'être mauvais par rapport à Vincenzo Nibali et Denis Menchov. On ne peut pas nier qu'on a perdu la bagarre avec Wiggins. Il nous reste presque deux semaines pour tenter de faire quelques chose."

"Je ne veux pas penser à des alliances avec par exemple Nibali. Tout le monde est occupé avec son propre Tour et sa propre place. Nous verrons si nous pouvons nous aider mutuellement à lutter contre les Sky. Nous allons examiner tranquillement la situation lors du jour de repos mardi. Sur base de cette analyse nous allons établir un plan de bataille. Il reste près de deux semaines avant d'atteindre Paris et nous devons encore passer les Alpes et les Pyrénées. Il y a encore des occasions d'attaquer."

Maxime Monfort: "Je veux un rôle libre dans mon équipe"

"Je peux être content de mon contre-la-montre",a réagi Maxime Monfort à l'issue de sa 11e place dans la 9e étape du Tour à 2:15 du maillot jaune. "Wiggins et Froome viennent d'une autre planète, à qui je ne dois pas me comparer. Je dois davantage regarder vers des garçons comme Taaramae. Nous allons parler dans l'équipe lors de la journée de repos. Je ne dois pas devenir le leader de l'équipe. Je n'ai pas besoin d'une équipe autour de moi pour terminer dans le top-10 du Tour. Je veux bien un rôle d'homme libre. Je ne demande pas davantage."

Avec Belga.

"Le chrono, c'est mon truc. Je suis vraiment dans mon élément. Je suis très content, c'est super. On avait bien reconnu le parcours après le Dauphiné. Il n'était pas facile, avec beaucoup de virages. C'était important de le reconnaître. On l'avait enregistré en vidéo aussi. Ma position? On a beaucoup travaillé en soufflerie pour trouver la meilleure position. Je suis un poursuiteur, j'ai fait beaucoup de kilomètres dans cette position." "Après 9 jours dans le Tour, je me sentais fatigué, mais dès le début du contre-la-montre je me suis senti bien et cela m'a donné confiance. Sean Yates me disait à la radio: 'Tu as déjà fait tous ces sacrifices, maintenant tu dois conclure. C'est ce que j'ai fait."Cadel Evans: "Jusqu'à la fin, on ne renoncera pas" Cadel Evans et l'encadrement de l'équipe BMC ont minimisé les conséquences de la victoire de Bradley Wiggins lundi dans le contre-la-montre de la 9e étape, qui laisse le vainqueur du dernier Tour de France à 1:53 de son rival au classement général. "Je ne savais pas trop à quoi m'attendre, ni à quel niveau étaient les autres sur un contre-la-montre dans le Tour. Ca n'a pas été mon meilleur chrono mais quand on compare avec les spécialistes comme Cancellara, Martin et les autres, je ne suis pas si loin. Sky avait deux coureurs très solides", souligne-t-il. "Le Tour n'a pas été optimal pour moi pour l'instant. C'est sûr qu'1 minute 53 secondes, ce n'est pas la meilleure des positions comparé aux deux secondes de l'an dernier, reconnaît-il. Mais le Tour continue." "Jusqu'à la fin, on ne renoncera pas", assure-t-il. "Ces derniers jours, je me sens de mieux en mieux et il y avait des arrivées au sommet pour ouvrir un peu les choses. Ca a plutôt bien marché", estime-t-il. "J'ai été un peu surpris de la manière dont Sky a lâché prise dans la dernière montée", ajoute-t-il, avant d'admettre: "J'ai été aussi surpris qu'ils fassent premier et deuxième dans le contre-la-montre." John Lelangue: "Etablir un plan de bataille avec Cadel Evans" Cadel Evans (BMC) est le grand battu du premier grand contre-la-montre du Tour de France, lundi à Besançon. Le vainqueur du Tour 2011 a concédé 1:43 à Bradley Wiggins. Le manager de l'équipe BMC John Lelangue reste offensif. "Nous avions dit d'avance que nous ne regarderions pas les temps de Wiggins" a déclaré Lelangue. "Nous savons qu'il est meilleur contre-la-montre. C'est pourquoi nous avons fait notre course avec notre schéma établi. Grâce à un brillant Tejay Van Garderen nous avions de bons temps de référence. Nous n'en avons pas été éloigné. Ce fut loin d'être mauvais par rapport à Vincenzo Nibali et Denis Menchov. On ne peut pas nier qu'on a perdu la bagarre avec Wiggins. Il nous reste presque deux semaines pour tenter de faire quelques chose." "Je ne veux pas penser à des alliances avec par exemple Nibali. Tout le monde est occupé avec son propre Tour et sa propre place. Nous verrons si nous pouvons nous aider mutuellement à lutter contre les Sky. Nous allons examiner tranquillement la situation lors du jour de repos mardi. Sur base de cette analyse nous allons établir un plan de bataille. Il reste près de deux semaines avant d'atteindre Paris et nous devons encore passer les Alpes et les Pyrénées. Il y a encore des occasions d'attaquer." Maxime Monfort: "Je veux un rôle libre dans mon équipe" "Je peux être content de mon contre-la-montre",a réagi Maxime Monfort à l'issue de sa 11e place dans la 9e étape du Tour à 2:15 du maillot jaune. "Wiggins et Froome viennent d'une autre planète, à qui je ne dois pas me comparer. Je dois davantage regarder vers des garçons comme Taaramae. Nous allons parler dans l'équipe lors de la journée de repos. Je ne dois pas devenir le leader de l'équipe. Je n'ai pas besoin d'une équipe autour de moi pour terminer dans le top-10 du Tour. Je veux bien un rôle d'homme libre. Je ne demande pas davantage." Avec Belga.