Le Tour de France s'arrête ici pour Rémy di Grégorio. Le coureur français de la formation française Cofidis a été interpellé dans une affaire présumée de dopage, à l'hôtel de Bourg-en-Bresse (Ain) où séjournait son équipe.

Il a été placé en garde à vue dans cette ville pour trafic de produits dopants en bande organisée et doit être transféré à Marseille, a indiqué le procureur de Marseille Jacques Dallest.

Cofidis a annoncé dans l'après-midi la suspension de son coureur.

Son interpellation intervient dans le cadre d'un dossier instruit par une juge d'instruction du pôle santé de Marseille, Annaïck Le Goff, qui concerne "une présomption de dopage", "a été ouvert l'an dernier". L'affaire connaîtrait "une actualité ces jours-ci" dans le cadre du Tour de France, a-t-on précisé de même source, sans préciser le nom du coureur concerné.

D'après le site internet de L'Equipe, le coureur était sur écoute téléphonique depuis qu'une enquête a été ouverte sur son ancienne équipe, Astana. Il se serait fait prendre en flagrant délit en passant un coup de fil, avec son portable à un trafiquant de produits dopants.

Rémi Di Grégorio, passé par les équipes de la Française des Jeux, Astana et Cofidis depuis seulement six mois, s'était illustré la saison dernière en remportant une étape de Paris-Nice.

Un jour (pas vraiment) de repos

La descente a eu lieu dans un hôtel de Bourg-en-Bresse qui héberge l'équipe Cofidis en ce jour de repos pour les coureurs du Tour de France. Le cycliste est en garde à vue à Bourg-en-Bresse.

Par ailleurs, deux hommes ont interpellés à Marseille et placés en garde à vue ce mardi. Ils sont soupçonnés d'être "en relation" avec le coureur interpellé à Bourg-en-Bresse, selon le parquet. Ce dernier n'a pas souhaité en dire plus avant la fin de la garde à vue des trois hommes qui peut durer jusqu'à 48 heures.

Les gendarmes de la section de recherche de Marseille et de l'Office central de lutte contre les atteintes à l'environnement et à la santé publique (OCLAESP) sont en charge de l'enquête.

Sans confirmer le nom du coureur, l'équipe Cofidis a annoncé qu'elle tiendrait une conférence de presse ce mardi à 16h à son hôtel de Bourg-en-Bresse.

Sportfootmagazine.be, avec L'Express.fr

Le Tour de France s'arrête ici pour Rémy di Grégorio. Le coureur français de la formation française Cofidis a été interpellé dans une affaire présumée de dopage, à l'hôtel de Bourg-en-Bresse (Ain) où séjournait son équipe. Il a été placé en garde à vue dans cette ville pour trafic de produits dopants en bande organisée et doit être transféré à Marseille, a indiqué le procureur de Marseille Jacques Dallest. Cofidis a annoncé dans l'après-midi la suspension de son coureur. Son interpellation intervient dans le cadre d'un dossier instruit par une juge d'instruction du pôle santé de Marseille, Annaïck Le Goff, qui concerne "une présomption de dopage", "a été ouvert l'an dernier". L'affaire connaîtrait "une actualité ces jours-ci" dans le cadre du Tour de France, a-t-on précisé de même source, sans préciser le nom du coureur concerné. D'après le site internet de L'Equipe, le coureur était sur écoute téléphonique depuis qu'une enquête a été ouverte sur son ancienne équipe, Astana. Il se serait fait prendre en flagrant délit en passant un coup de fil, avec son portable à un trafiquant de produits dopants. Rémi Di Grégorio, passé par les équipes de la Française des Jeux, Astana et Cofidis depuis seulement six mois, s'était illustré la saison dernière en remportant une étape de Paris-Nice.Un jour (pas vraiment) de repos La descente a eu lieu dans un hôtel de Bourg-en-Bresse qui héberge l'équipe Cofidis en ce jour de repos pour les coureurs du Tour de France. Le cycliste est en garde à vue à Bourg-en-Bresse. Par ailleurs, deux hommes ont interpellés à Marseille et placés en garde à vue ce mardi. Ils sont soupçonnés d'être "en relation" avec le coureur interpellé à Bourg-en-Bresse, selon le parquet. Ce dernier n'a pas souhaité en dire plus avant la fin de la garde à vue des trois hommes qui peut durer jusqu'à 48 heures. Les gendarmes de la section de recherche de Marseille et de l'Office central de lutte contre les atteintes à l'environnement et à la santé publique (OCLAESP) sont en charge de l'enquête. Sans confirmer le nom du coureur, l'équipe Cofidis a annoncé qu'elle tiendrait une conférence de presse ce mardi à 16h à son hôtel de Bourg-en-Bresse.Sportfootmagazine.be, avec L'Express.fr