"Sheffield Wednesday" a titré Sporza pour annoncer la victoire inattendue de Magnus Sheffield sur la Flèche Brabançonne ce mercredi. L'allusion fait référence au nom de famille du coureur et au jour de sa victoire, le tout formant le nom d'un club anglais de deuxième division par lequel est notamment passé Marc Degryse.

Sheffield n'est pourtant pas Anglais comme la ville éponyme du nord du pays qui fut connue pour son riche passé industriel, grâce à la sidérurgie. C'est de l'autre côté de l'Atlantique, à Pittsford, dans l'Etat de New York, que le jeune Magnus a vu le jour un 19 avril de l'année 2002. Un beau cadeau d'anniversaire anticipé pour ce jeune homme qui est donc né quand les Belges faisaient encore un triplé sur la Flèche. A l'époque, Fabien De Waele devançait Erwin Thijs et Chris Peers, trois coureurs modestes et typés flandriens. Et pour cause, jugée au sommet du Mur d'Alsemberg, la Flèche Brabançonne était, avec le GP de l'E3, la deuxième répétition générale du week-end précédent le Tour des Flandres. Avec l'entrée en vigueur du World Tour, elle a été déplacée comme course préparatoire à l'Amstel Gold Race. Cette année, en raison du premier tourdes élections présidentielles françaises, c'est pour Paris-Roubaix, que la course qui s'achève désormais à Overijse, a servi de dernier galop d'essai.

Depuis cette édition de 2002, la course brabançonne a d'ailleurs consacré de nombreux champions de renom : Oscar Freire, Philippe Gilbert, Peter Sagan, Sonny Colbrelli, Mathieu van der Poel, Julian Alaphilippe. Tous se sont offerts au moins un Monument du cyclisme. Les Sylvain Chavanel, Tim Wellens, Thomas Voeckler ou Tom Pidcock, champion encore à l'aube de sa carrière, ne dénotent certainement pas au palmarès et démontrent la qualité de l'épreuve dans la préparation d'une jolie carrière dans les courses d'un jour.

Il efface Eddy "Bosberg" des tablettes

Du haut de ses 19 ans et 359 jours, Magnus Sheffield est donc devenu le plus jeune vainqueur de la Flèche Brabançonne. Il détrône ainsi Edwig Van Hooydonck, qui était âgé de 20 ans et 237 jours lorsqu'il a levé les bras en vainqueur le 29 mars 1987.

Magnus Sheffield n'est certainement pas un inconnu pour ceux qui suivaient les catégories espoirs, même s'il s'était déjà distingué en début de saison en s'offrant en solitaire la 3e étape de la Ruta del Sol. Entre 2018 et 2020, dans l'antichambre des pros, le natif de Pittsford était devenu champion panaméricain de cyclo-cross juniors avant de remporter deux étapes du Keizer der Juniores en septembre 2019 et de se classer juste derrière le vainqueur, son compatriote Quinn Simmons, au général. Le 26 septembre, il s'offre le bronze lors de la course en ligne des championnats du monde juniors sur route, aussi remportée par Simmons. Le 19 novembre 2020, Magnus Sheffield bat le record du monde juniors de la poursuite sur piste sur 3 kilomètres, même s'il ne sera pas homologué officiellement par l'UCI.

Magnus Sheffield (à droite) avait été devancé aux Mondiaux de 2019 par son compatriote Quinn Simmons, aujourd'hui dans l'équipe Trek. Malgré quelques belles courses, il attend encore son premier beau succès., iStock
Magnus Sheffield (à droite) avait été devancé aux Mondiaux de 2019 par son compatriote Quinn Simmons, aujourd'hui dans l'équipe Trek. Malgré quelques belles courses, il attend encore son premier beau succès. © iStock

Il passe donc professionnel à 18 ans chez Rally Racing, une équipe de deuxième division basée dans le Minnesota. Par le passé, certains talents comme Brandon Mc Nulty, équipier de Tadej Pogacar chez UAE ou Michael Woods, médaillé de bronze aux championnats du monde sur route de 2018 à Innsbruck, se sont révélés au sein de la structure américaine. Sous ces couleurs, Sheffield se classe sixième de son championnat national du contre-la-montre remporté par Lawson Craddock.

Cet hiver, il a donc franchi un grand pas en rejoignant une formation de haut-niveau, INEOS-Grenadiers. L'équipe britannique comptait déjà dans ses rangs un Tom Pidcock, tenant du titre à Overijse et encore dans le coup ce mercredi, qui fait presque figure d'ancien du haut de ses 22 ans. L'autre Britannique d'INEOS présent aux avant-postes, Ben Turner, qui fut réellement impressionnant sur les pavés, est aussi âgé de 22 ans. Les trois sont tous passés par l'école du cyclo-cross, décidément le passage obligé pour performer sur la route. Il ne cumulaient à eux trois que 63 années de vie...

C'est le deuxième succès en quelques jours pour l'équipe INEOS après celui de l'expérimenté Michal Kwiatkowski (31 ans) sur l'Amstel Gold Race. Dauphin de Mathieu van der Poel sur le Tour des Flandres, Dylan Van Baarle avait réussi une jolie course du haut de ses 29 ans. Mais l'avenir semble assuré pour les protégés de Dave Brailsford qui possèdent aussi dans leurs rangs Jhonatan Narvaez (24 ans), un autre jeune coureur doté d'un beau potentiel sur les courses d'un jour.

Ce quatuor était d'ailleurs au départ d'un Tour des Flandres où à défaut d'avoir terminé dans les premiers rangs, il n'avait pas hésité à se montrer et à tenter de faire la course. Tom Pidcock avait été logiquement le premier à finir en 14e position devançant Turner (35e), Narvaez (52e) et Sheffield (69e). Le benjamin et le moins bien classé aura finalement été le premier à lever les bras cette saison, après une attaque en facteur sans forcer, alors que le groupe de tête s'observait.

"Je voulais préparer le sprint de mes équipiers, expliqua le lauréat de la Flèche lors de l'interview suivant la remise du trophée. "Je me suis retrouvé devant, Wellens s'est écarté et lui et Cosnefroy se sont regardés, j'ai continué et quand j'ai vu qu'il y avait un écart, j'ai poursuivi mon effort jusqu'au bout. C'est incroyable. J'avais déjà gagné une étape mais cette fois, il s'agit d'une semi-classique. Nous ne serons pas favoris, mais j'espère qu'on pourra prolonger notre bonne forme collective dimanche à Paris-Roubaix.", terminait Magnus Sheffield.

Du haut de son mètre 83 et de ses 74 kilos, nul doute que l'on reverra encore Magnus Sheffield à l'avant sur ce type de courses. Même si après tout, on peut se demander si à 19 ans, son successeur n'arrivera pas plus rapidement qu'on ne le pense. Les dates de péremption se sont fameusement raccourcies dans le cyclisme ces dernières années après tout.

"Sheffield Wednesday" a titré Sporza pour annoncer la victoire inattendue de Magnus Sheffield sur la Flèche Brabançonne ce mercredi. L'allusion fait référence au nom de famille du coureur et au jour de sa victoire, le tout formant le nom d'un club anglais de deuxième division par lequel est notamment passé Marc Degryse.Sheffield n'est pourtant pas Anglais comme la ville éponyme du nord du pays qui fut connue pour son riche passé industriel, grâce à la sidérurgie. C'est de l'autre côté de l'Atlantique, à Pittsford, dans l'Etat de New York, que le jeune Magnus a vu le jour un 19 avril de l'année 2002. Un beau cadeau d'anniversaire anticipé pour ce jeune homme qui est donc né quand les Belges faisaient encore un triplé sur la Flèche. A l'époque, Fabien De Waele devançait Erwin Thijs et Chris Peers, trois coureurs modestes et typés flandriens. Et pour cause, jugée au sommet du Mur d'Alsemberg, la Flèche Brabançonne était, avec le GP de l'E3, la deuxième répétition générale du week-end précédent le Tour des Flandres. Avec l'entrée en vigueur du World Tour, elle a été déplacée comme course préparatoire à l'Amstel Gold Race. Cette année, en raison du premier tourdes élections présidentielles françaises, c'est pour Paris-Roubaix, que la course qui s'achève désormais à Overijse, a servi de dernier galop d'essai. Depuis cette édition de 2002, la course brabançonne a d'ailleurs consacré de nombreux champions de renom : Oscar Freire, Philippe Gilbert, Peter Sagan, Sonny Colbrelli, Mathieu van der Poel, Julian Alaphilippe. Tous se sont offerts au moins un Monument du cyclisme. Les Sylvain Chavanel, Tim Wellens, Thomas Voeckler ou Tom Pidcock, champion encore à l'aube de sa carrière, ne dénotent certainement pas au palmarès et démontrent la qualité de l'épreuve dans la préparation d'une jolie carrière dans les courses d'un jour.Du haut de ses 19 ans et 359 jours, Magnus Sheffield est donc devenu le plus jeune vainqueur de la Flèche Brabançonne. Il détrône ainsi Edwig Van Hooydonck, qui était âgé de 20 ans et 237 jours lorsqu'il a levé les bras en vainqueur le 29 mars 1987.Magnus Sheffield n'est certainement pas un inconnu pour ceux qui suivaient les catégories espoirs, même s'il s'était déjà distingué en début de saison en s'offrant en solitaire la 3e étape de la Ruta del Sol. Entre 2018 et 2020, dans l'antichambre des pros, le natif de Pittsford était devenu champion panaméricain de cyclo-cross juniors avant de remporter deux étapes du Keizer der Juniores en septembre 2019 et de se classer juste derrière le vainqueur, son compatriote Quinn Simmons, au général. Le 26 septembre, il s'offre le bronze lors de la course en ligne des championnats du monde juniors sur route, aussi remportée par Simmons. Le 19 novembre 2020, Magnus Sheffield bat le record du monde juniors de la poursuite sur piste sur 3 kilomètres, même s'il ne sera pas homologué officiellement par l'UCI.Il passe donc professionnel à 18 ans chez Rally Racing, une équipe de deuxième division basée dans le Minnesota. Par le passé, certains talents comme Brandon Mc Nulty, équipier de Tadej Pogacar chez UAE ou Michael Woods, médaillé de bronze aux championnats du monde sur route de 2018 à Innsbruck, se sont révélés au sein de la structure américaine. Sous ces couleurs, Sheffield se classe sixième de son championnat national du contre-la-montre remporté par Lawson Craddock. Cet hiver, il a donc franchi un grand pas en rejoignant une formation de haut-niveau, INEOS-Grenadiers. L'équipe britannique comptait déjà dans ses rangs un Tom Pidcock, tenant du titre à Overijse et encore dans le coup ce mercredi, qui fait presque figure d'ancien du haut de ses 22 ans. L'autre Britannique d'INEOS présent aux avant-postes, Ben Turner, qui fut réellement impressionnant sur les pavés, est aussi âgé de 22 ans. Les trois sont tous passés par l'école du cyclo-cross, décidément le passage obligé pour performer sur la route. Il ne cumulaient à eux trois que 63 années de vie...C'est le deuxième succès en quelques jours pour l'équipe INEOS après celui de l'expérimenté Michal Kwiatkowski (31 ans) sur l'Amstel Gold Race. Dauphin de Mathieu van der Poel sur le Tour des Flandres, Dylan Van Baarle avait réussi une jolie course du haut de ses 29 ans. Mais l'avenir semble assuré pour les protégés de Dave Brailsford qui possèdent aussi dans leurs rangs Jhonatan Narvaez (24 ans), un autre jeune coureur doté d'un beau potentiel sur les courses d'un jour. Ce quatuor était d'ailleurs au départ d'un Tour des Flandres où à défaut d'avoir terminé dans les premiers rangs, il n'avait pas hésité à se montrer et à tenter de faire la course. Tom Pidcock avait été logiquement le premier à finir en 14e position devançant Turner (35e), Narvaez (52e) et Sheffield (69e). Le benjamin et le moins bien classé aura finalement été le premier à lever les bras cette saison, après une attaque en facteur sans forcer, alors que le groupe de tête s'observait."Je voulais préparer le sprint de mes équipiers, expliqua le lauréat de la Flèche lors de l'interview suivant la remise du trophée. "Je me suis retrouvé devant, Wellens s'est écarté et lui et Cosnefroy se sont regardés, j'ai continué et quand j'ai vu qu'il y avait un écart, j'ai poursuivi mon effort jusqu'au bout. C'est incroyable. J'avais déjà gagné une étape mais cette fois, il s'agit d'une semi-classique. Nous ne serons pas favoris, mais j'espère qu'on pourra prolonger notre bonne forme collective dimanche à Paris-Roubaix.", terminait Magnus Sheffield.Du haut de son mètre 83 et de ses 74 kilos, nul doute que l'on reverra encore Magnus Sheffield à l'avant sur ce type de courses. Même si après tout, on peut se demander si à 19 ans, son successeur n'arrivera pas plus rapidement qu'on ne le pense. Les dates de péremption se sont fameusement raccourcies dans le cyclisme ces dernières années après tout.