Après un Tour des Flandres au dénouement passionnant, le peloton cycliste ne met pas le cap sur Paris-Roubaix, comme traditionnellement à cette période de l'année, mais sur les Pays-Bas. Le premier tour de l'élection présidentielle française a chamboulé le calendrier cycliste international et l'Amstel Gold Race et l'Enfer du Nord ont donc été interverties pour permettre aux citoyens de l'Hexagone d'accomplir leur devoir électoral dans le Nord de la France sans avoir l'excuse de la course qui empêche l'accès au bureau de vote.

Forfait lors du Ronde pour cause de covid, Wout Van Aert ne fera pas honneur à son dossard numéro 1 qu'il aurait reçu en tant que tenant du titre dans le Limbourg néerlandais. Il s'était imposé l'an dernier au terme d'un sprint accroché avec Tom Pidcock où la photo-finish, qui sera d'ailleurs contesté par certains, aura été le juge suprême après moult revisionnages.

L'an dernier, le sprint entre Pidcock et Van Aert avait été plus qu'accroché comme en témoignait une photo-finish désormais entrée dans la légende., iStock
L'an dernier, le sprint entre Pidcock et Van Aert avait été plus qu'accroché comme en témoignait une photo-finish désormais entrée dans la légende. © iStock

Mais l'absence du champion de Belgique ne devrait pas trop se ressentir au niveau de la ferveur des supporters néerlandais entièrement acquis à Mathieu van der Poel. Lauréat de son deuxième Ronde, il tentera d'accrocher sa classique nationale à son palmarès pour la deuxième fois, après une première victoire épique en 2019 au terme d'une incroyable remontada. Dans le dernier kilomètre, Jakob Fuglsang et Julian Alaphilippe , qui semblaient partis pour se disputer la victoire, se sont trop regardés et ont laissé revenir un petit groupe emmené par celui qui était à l'époque champion des Pays-Bas. Contrairement à dimanche dernier où Valentin Madouas et Dylan Van Baarle étaient revenus à la hauteur et Pogacar et van der Poel avec la bénédiction de ce dernier qui attendait ce moment pour tirer sa dernière cartouche, le Français et le Danois n'avaient ni vu venir ni su réagir au come-back improbable de MVDP.

A 19 ans, l'Espagnol Juan Ayuso de l'équipe UAE est un nouveau phénomène attendu. Que montrera-t-il sur sa première grande classique ?, iStock
A 19 ans, l'Espagnol Juan Ayuso de l'équipe UAE est un nouveau phénomène attendu. Que montrera-t-il sur sa première grande classique ? © iStock

Pogacar ne sera pas de la partie

van der Poel sera d'autant plus favori sur ses terres que Tadej Pogacar, sans doute le plus fort sur ce Tour des Flandres, ne sera pas de la partie. Mais un super prodige peut cependant en cacher un autre au sein de l'équipe UAE. L'Espagnol Juan Ayuso, qui disputera sa première grande classique, sera peut-être celui qui raccourcira la date de péremption de son leader slovène. Pour sa première saison chez les professionnels, le Barcelonais n'a pas encore levé les bras, mais a déjà frappé les esprits. Quatrième sur la Drôme Classic, deuxième sur le Trofeo Laigueglia et cinquième du classement général du relevé Tour de Catalogne où il a dû sacrifier une partie de ses chances personnelles pour Joao Almeida, Ayuso a démontré qu'il serait un phénomène à suivre de près. Le jeune catalan de 19 ans sera épaulé par le Suisse Marc Hirschi, toujours à la recherche de son niveau de 2020.

Un peloton plus Flandrien que d'habitude

Le reste du peloton sera du coup assez proche de celui que l'on retrouvera sur les pavés roubaisiens le 17 avril prochain. Une particularité car l'Amstel Gold Race est souvent un chassé-croisé entre spécialistes des courses flandriennes et ardennaises. Sauf que cette fois, une bonne partie de ces derniers sera encore à pied d'oeuvre sur les routes du Tour du Pays Basque ou sur le Circuit de la Sarthe. On pense notamment aux Français Julian Alaphilippe, Benoît Cosnefroy ou au Slovène Primoz Roglic. On enregistrera aussi l'absence de Maximilian Schachmann, autre membre du podium 2021. L'Allemand qui a enchaîné les contre-performances en 2021 sera d'ailleurs aussi absent des autres courses ardennaises. Enfin, le vétéran quadragénaire Alejandro Valverde ne fera pas sa tournée d'adieu aux Pays-Bas. Il ne figure pas dans la sélection de Movistar pour la course, lui qui rangera son vélo au clou à la fin de l'année. L'Espagnol n'a jamais accroché l'Amstel à son tableau de chasse, lui qui y fut deux fois premier dauphin (2013 et 2015) et une fois troisième (2008).

Dylan Teuns essaiera de confirmer sa belle sixième place au Tour des Flandres., Getty Images/iStock
Dylan Teuns essaiera de confirmer sa belle sixième place au Tour des Flandres. © Getty Images/iStock

Du coup, outre Mathieu van der Poel, il conviendra aussi de tenir à l'oeil un Tom Pidcock, qui revient dans le coup ces dernières semaines après diverses maladies. Le champion du monde de cyclo-cross n'était pas dans le coup dans les Flandres, mais l'Amstel Gold Race est plus courte et surtout, il voudra prendre sa revanche sur la dernière édition. Encore une fois, la classique néerlandaise pourrait donc sourire aux as des labourés.

Pour le reste, les hommes à surveiller seront Sören Kragh Andersen, Michael Matthews, Alex Aranburu, Jack Haig ou Michael Valgren, lauréat en 2018, et Michal Kwiatkowski en 2015.

Après leur piètre prestation sur les routes de leur Tour des Flandres, les coureurs belges ne sont pas attendus plus à la fête du côté de Valkenburg. Dylan Teuns, sixième à Audenarde, pourrait être la plus belle carte belge, lui qui trouvera des routes sans doute encore plus taillées pour ses qualités. Tiesj Benoot tentera d'offrir une prestation plus aboutie que dimanche dernier, lui qui a terminé à la 15e place voici douze mos.

Philippe Gilbert, vainqueur à quatre reprises, sera aussi présent mais sans réelles autres ambitions de s'amuser une dernière fois sur une course qui a marqué une carrière dont il écrira la dernière ligne en octobre prochain.

Après un Tour des Flandres au dénouement passionnant, le peloton cycliste ne met pas le cap sur Paris-Roubaix, comme traditionnellement à cette période de l'année, mais sur les Pays-Bas. Le premier tour de l'élection présidentielle française a chamboulé le calendrier cycliste international et l'Amstel Gold Race et l'Enfer du Nord ont donc été interverties pour permettre aux citoyens de l'Hexagone d'accomplir leur devoir électoral dans le Nord de la France sans avoir l'excuse de la course qui empêche l'accès au bureau de vote. Forfait lors du Ronde pour cause de covid, Wout Van Aert ne fera pas honneur à son dossard numéro 1 qu'il aurait reçu en tant que tenant du titre dans le Limbourg néerlandais. Il s'était imposé l'an dernier au terme d'un sprint accroché avec Tom Pidcock où la photo-finish, qui sera d'ailleurs contesté par certains, aura été le juge suprême après moult revisionnages.Mais l'absence du champion de Belgique ne devrait pas trop se ressentir au niveau de la ferveur des supporters néerlandais entièrement acquis à Mathieu van der Poel. Lauréat de son deuxième Ronde, il tentera d'accrocher sa classique nationale à son palmarès pour la deuxième fois, après une première victoire épique en 2019 au terme d'une incroyable remontada. Dans le dernier kilomètre, Jakob Fuglsang et Julian Alaphilippe , qui semblaient partis pour se disputer la victoire, se sont trop regardés et ont laissé revenir un petit groupe emmené par celui qui était à l'époque champion des Pays-Bas. Contrairement à dimanche dernier où Valentin Madouas et Dylan Van Baarle étaient revenus à la hauteur et Pogacar et van der Poel avec la bénédiction de ce dernier qui attendait ce moment pour tirer sa dernière cartouche, le Français et le Danois n'avaient ni vu venir ni su réagir au come-back improbable de MVDP. van der Poel sera d'autant plus favori sur ses terres que Tadej Pogacar, sans doute le plus fort sur ce Tour des Flandres, ne sera pas de la partie. Mais un super prodige peut cependant en cacher un autre au sein de l'équipe UAE. L'Espagnol Juan Ayuso, qui disputera sa première grande classique, sera peut-être celui qui raccourcira la date de péremption de son leader slovène. Pour sa première saison chez les professionnels, le Barcelonais n'a pas encore levé les bras, mais a déjà frappé les esprits. Quatrième sur la Drôme Classic, deuxième sur le Trofeo Laigueglia et cinquième du classement général du relevé Tour de Catalogne où il a dû sacrifier une partie de ses chances personnelles pour Joao Almeida, Ayuso a démontré qu'il serait un phénomène à suivre de près. Le jeune catalan de 19 ans sera épaulé par le Suisse Marc Hirschi, toujours à la recherche de son niveau de 2020. Le reste du peloton sera du coup assez proche de celui que l'on retrouvera sur les pavés roubaisiens le 17 avril prochain. Une particularité car l'Amstel Gold Race est souvent un chassé-croisé entre spécialistes des courses flandriennes et ardennaises. Sauf que cette fois, une bonne partie de ces derniers sera encore à pied d'oeuvre sur les routes du Tour du Pays Basque ou sur le Circuit de la Sarthe. On pense notamment aux Français Julian Alaphilippe, Benoît Cosnefroy ou au Slovène Primoz Roglic. On enregistrera aussi l'absence de Maximilian Schachmann, autre membre du podium 2021. L'Allemand qui a enchaîné les contre-performances en 2021 sera d'ailleurs aussi absent des autres courses ardennaises. Enfin, le vétéran quadragénaire Alejandro Valverde ne fera pas sa tournée d'adieu aux Pays-Bas. Il ne figure pas dans la sélection de Movistar pour la course, lui qui rangera son vélo au clou à la fin de l'année. L'Espagnol n'a jamais accroché l'Amstel à son tableau de chasse, lui qui y fut deux fois premier dauphin (2013 et 2015) et une fois troisième (2008).Du coup, outre Mathieu van der Poel, il conviendra aussi de tenir à l'oeil un Tom Pidcock, qui revient dans le coup ces dernières semaines après diverses maladies. Le champion du monde de cyclo-cross n'était pas dans le coup dans les Flandres, mais l'Amstel Gold Race est plus courte et surtout, il voudra prendre sa revanche sur la dernière édition. Encore une fois, la classique néerlandaise pourrait donc sourire aux as des labourés.Pour le reste, les hommes à surveiller seront Sören Kragh Andersen, Michael Matthews, Alex Aranburu, Jack Haig ou Michael Valgren, lauréat en 2018, et Michal Kwiatkowski en 2015.Après leur piètre prestation sur les routes de leur Tour des Flandres, les coureurs belges ne sont pas attendus plus à la fête du côté de Valkenburg. Dylan Teuns, sixième à Audenarde, pourrait être la plus belle carte belge, lui qui trouvera des routes sans doute encore plus taillées pour ses qualités. Tiesj Benoot tentera d'offrir une prestation plus aboutie que dimanche dernier, lui qui a terminé à la 15e place voici douze mos. Philippe Gilbert, vainqueur à quatre reprises, sera aussi présent mais sans réelles autres ambitions de s'amuser une dernière fois sur une course qui a marqué une carrière dont il écrira la dernière ligne en octobre prochain.