Philippe Gilbert, vainqueur de la Flèche Wallonne l'an passé, revient petit à petit à son niveau. "Je ne suis pas encore à 100 pour cent, mais ma condition s'améliore chaque jour", a-t-il déclaré mardi.

Avec quelques équipiers, dont Greg Van Avermaet, Philippe Gilbert a réalisé un tour de 60 kilomètres du parcours de la Flèche Wallonne mardi, en escaladant deux fois le Mur de Huy. "Je suis content après l'Amstel Gold Race de dimanche. Ma condition se rapproche lentement du sommet, et cela m'aidera pour mieux me retrouver à l'avant dans les prochaines courses", a expliqué le champion de Belgique. "Même au niveau mental tout va bien. Je ne peux être heureux qu'avec un bon résultat."

"Le nouveau parcours joue en faveurs des échappés, ils peuvent rapidement prendre la fuite et rester à l'avant. Il pourrait même y avoir plus de coureurs ensemble lorsque la montée finale débutera, ce qui n'est pas nécessairement à mon avantage. Katusha peut présenter une équipe forte au départ avec des garçons comme Oscar Freire et Joaquin Rodriguez. Pour moi, ce sont les grands favoris, surtout avec une arrivée comme celle-là."

Dimanche pendant l'Amstel Gold Race, Gilbert a été encouragé par sa famille et ses fans, qui seront certainement présents en masse ce mercredi. "Ils m'encouragent toujours, même quand les choses ne vont pas comme elles devraient aller. Je peux compter sur ces gens, et le reste m'est égal."

Jelle Vanendert : "Faire très attention dans le final" Jelle Vanendert (Lotto-Belisol) a réalisé une belle performance à l'Amstel Gold Race en terminant deuxième de l'épreuve. Le coureur belge a terminé à quelques centimètres de l'Italien Enrico Gasparotto (Astana) au sommet Cauberg de Valkenburg.

Ce mercredi, Vanendert aura une nouvelle occasion de remporter sa première classique. Il a évoqué ses chances de victoire au cours d'une conférence de presse de Lotto-Belisol mardi à Gosselies. "Il n'y a pas que le Mur de Huy", a expliqué le Limbourgeois. "Le final redessiné peut déboucher sur une autre course. Ce n'est pas tellement la Côte d'Amay qui me préoccupe, plutôt la Côte de Villers-le-Bouillet, qui est nouvelle et très étroite. Même l'entame du Mur a été changée. Il faudra donc faire attention et je devrai bien utiliser l'aide des autres gars de l'équipe."

"Je ne peux pas nier qu'après ma 6e place de l'an passé et ma 2e place de dimanche, j'ai beaucoup d'attentes. Tout comme pour Liège-Bastogne-Liège d'ailleurs. Mais j'aurai ici des adversaires bien différents que sur le Cauberg. Le Mur est plus raide et donc Joaquin Rodriguez, son équipier Daniel Moreno, Alejandro Valverde et Damiano Cunego seront certainement redoutables. Mais je suis confiant. Je suis plus fort que l'an passé. De plus, j'ai maintenant un autre rôle. Je ne dois plus travailler pour un autre mais je peux jouer ma carte dans le final. Toutes ces petites choses mises ensemble montrent que je suis devenu un coureur plus important."

Jurgen Van den Broeck : "Je peux de nouveau jouer un rôle" "Vu les conditions météo, la Flèche Wallonne est sûre d'être une autre course que l'Amstel", a affirmé mardi Jurgen Van den Broeck. "Je me rappelle ma première Flèche. Si je ne me trompe pas j'avais terminé dans le 5e peloton au sommet du Mur de Huy. Le vent va jouer un rôle important ce mercredi car nous roulons beaucoup en plaine. Si le vent est un peu défavorable, la course sera nerveuse dès le départ et il faudra être attentif afin de ne pas se retrouver d'emblée relégué loin derrière."

"J'espère que je pourrai jouer un rôle différent que dans l'Amstel. Là, je n'ai pas été en mesure d'aider Jelle Vanendert dans la finale parce que je n'étais plus présent où je devais être après ma chute. Après cet accident j'ai immédiatement senti que quelque chose n'allait pas parce que je ne pouvais pas mettre assez de force à gauche. Une visite chez le kiné, lundi, a indiqué clairement que mon bassin était incliné, ce qui a été corrigé. Je viens donc en pleine forme au départ et ce sera nécessaire. Etre à deux dans la finale sera préférable à être tout seul."

Sportfootmagazine.be, avec Belga

Philippe Gilbert, vainqueur de la Flèche Wallonne l'an passé, revient petit à petit à son niveau. "Je ne suis pas encore à 100 pour cent, mais ma condition s'améliore chaque jour", a-t-il déclaré mardi. Avec quelques équipiers, dont Greg Van Avermaet, Philippe Gilbert a réalisé un tour de 60 kilomètres du parcours de la Flèche Wallonne mardi, en escaladant deux fois le Mur de Huy. "Je suis content après l'Amstel Gold Race de dimanche. Ma condition se rapproche lentement du sommet, et cela m'aidera pour mieux me retrouver à l'avant dans les prochaines courses", a expliqué le champion de Belgique. "Même au niveau mental tout va bien. Je ne peux être heureux qu'avec un bon résultat." "Le nouveau parcours joue en faveurs des échappés, ils peuvent rapidement prendre la fuite et rester à l'avant. Il pourrait même y avoir plus de coureurs ensemble lorsque la montée finale débutera, ce qui n'est pas nécessairement à mon avantage. Katusha peut présenter une équipe forte au départ avec des garçons comme Oscar Freire et Joaquin Rodriguez. Pour moi, ce sont les grands favoris, surtout avec une arrivée comme celle-là." Dimanche pendant l'Amstel Gold Race, Gilbert a été encouragé par sa famille et ses fans, qui seront certainement présents en masse ce mercredi. "Ils m'encouragent toujours, même quand les choses ne vont pas comme elles devraient aller. Je peux compter sur ces gens, et le reste m'est égal." Jelle Vanendert : "Faire très attention dans le final" Jelle Vanendert (Lotto-Belisol) a réalisé une belle performance à l'Amstel Gold Race en terminant deuxième de l'épreuve. Le coureur belge a terminé à quelques centimètres de l'Italien Enrico Gasparotto (Astana) au sommet Cauberg de Valkenburg. Ce mercredi, Vanendert aura une nouvelle occasion de remporter sa première classique. Il a évoqué ses chances de victoire au cours d'une conférence de presse de Lotto-Belisol mardi à Gosselies. "Il n'y a pas que le Mur de Huy", a expliqué le Limbourgeois. "Le final redessiné peut déboucher sur une autre course. Ce n'est pas tellement la Côte d'Amay qui me préoccupe, plutôt la Côte de Villers-le-Bouillet, qui est nouvelle et très étroite. Même l'entame du Mur a été changée. Il faudra donc faire attention et je devrai bien utiliser l'aide des autres gars de l'équipe." "Je ne peux pas nier qu'après ma 6e place de l'an passé et ma 2e place de dimanche, j'ai beaucoup d'attentes. Tout comme pour Liège-Bastogne-Liège d'ailleurs. Mais j'aurai ici des adversaires bien différents que sur le Cauberg. Le Mur est plus raide et donc Joaquin Rodriguez, son équipier Daniel Moreno, Alejandro Valverde et Damiano Cunego seront certainement redoutables. Mais je suis confiant. Je suis plus fort que l'an passé. De plus, j'ai maintenant un autre rôle. Je ne dois plus travailler pour un autre mais je peux jouer ma carte dans le final. Toutes ces petites choses mises ensemble montrent que je suis devenu un coureur plus important." Jurgen Van den Broeck : "Je peux de nouveau jouer un rôle" "Vu les conditions météo, la Flèche Wallonne est sûre d'être une autre course que l'Amstel", a affirmé mardi Jurgen Van den Broeck. "Je me rappelle ma première Flèche. Si je ne me trompe pas j'avais terminé dans le 5e peloton au sommet du Mur de Huy. Le vent va jouer un rôle important ce mercredi car nous roulons beaucoup en plaine. Si le vent est un peu défavorable, la course sera nerveuse dès le départ et il faudra être attentif afin de ne pas se retrouver d'emblée relégué loin derrière." "J'espère que je pourrai jouer un rôle différent que dans l'Amstel. Là, je n'ai pas été en mesure d'aider Jelle Vanendert dans la finale parce que je n'étais plus présent où je devais être après ma chute. Après cet accident j'ai immédiatement senti que quelque chose n'allait pas parce que je ne pouvais pas mettre assez de force à gauche. Une visite chez le kiné, lundi, a indiqué clairement que mon bassin était incliné, ce qui a été corrigé. Je viens donc en pleine forme au départ et ce sera nécessaire. Etre à deux dans la finale sera préférable à être tout seul." Sportfootmagazine.be, avec Belga