"Cette reconnaissance m'a démontré que les pavés sont secs et qu'il y aura beaucoup de poussière dimanche", a déclaré Jurgen Roelandts après sa reconnaissance de jeudi. "Nous avons roulé avec six coureurs aujourd'hui (jeudi), mais en course on sera un paquet en plus des motos et des autos. Je crains donc qu'il y a ait beaucoup de poussière.

"Ce fut dur lundi après le Tour des Flandres, mais les quelques jours de repos m'ont fait du bien, a poursuivi le coureur Lotto-Belisol. "Je me suis testé plusieurs fois aujourd'hui. C'est bien nécessaire avant Paris-Roubaix. Nous ferons de notre mieux, comme au Ronde. On avait le vent de face, je pense que ce sera le cas aussi dimanche. Ce Paris-Roubaix me convient bien. Mais ce sera tous contre un. Cancellara est vraiment l'homme à battre. Peut-être serait-il bon de mettre le feu aux poudres très tôt, ou peut-être faut-il le laisser faire la course ? Il faut voir, je ne pars en tous les cas pas en pensant que je ne peux pas gagner".

"Cette reconnaissance m'a démontré que les pavés sont secs et qu'il y aura beaucoup de poussière dimanche", a déclaré Jurgen Roelandts après sa reconnaissance de jeudi. "Nous avons roulé avec six coureurs aujourd'hui (jeudi), mais en course on sera un paquet en plus des motos et des autos. Je crains donc qu'il y a ait beaucoup de poussière. "Ce fut dur lundi après le Tour des Flandres, mais les quelques jours de repos m'ont fait du bien, a poursuivi le coureur Lotto-Belisol. "Je me suis testé plusieurs fois aujourd'hui. C'est bien nécessaire avant Paris-Roubaix. Nous ferons de notre mieux, comme au Ronde. On avait le vent de face, je pense que ce sera le cas aussi dimanche. Ce Paris-Roubaix me convient bien. Mais ce sera tous contre un. Cancellara est vraiment l'homme à battre. Peut-être serait-il bon de mettre le feu aux poudres très tôt, ou peut-être faut-il le laisser faire la course ? Il faut voir, je ne pars en tous les cas pas en pensant que je ne peux pas gagner".