Wout Van Aert avait 2 votes en sa faveur

Les hommes mentent, les chiffres plus rarement. En attendant de savoir dans quel état (bluff ou pas) il se présentera au départ (ou pas) après avoir renoncé à la reconnaissance du jeudi, beaucoup d'éléments plaident enfin en faveur du coureur d'Herentals qui pourrait enfin s'offrir son deuxième Monument, son premier sur les Flandriennes. Depuis que le Ronde trouve son épilogue à Audenarde (depuis 2012), quatre des dix vainqueurs (si l'on retire l'édition 2020 de l'E3 annulée en raison de la crise sanitaire) ont levé les bras à Harelbeke sur l'E3 avant d'en faire de même sur la Vlaanderens Mooiste. WVA peut aussi s'appuyer sur une équipe digne de la Quick.Step des belles années avec notamment Christophe Laporte, deux fois deuxième sur l'E3 et à Wevelgem, et Tiesj Benoot, deuxième à Waregem derrière un Mathieu van der Poel qui pourrait être le dernier frein au défilé victorieux de Van Aert dimanche. On sait que le champion de Belgique peut parfois se crisper en compagnie de son meilleur rival. Il devra savoir faire abstraction de ce "complexe" entre Anvers et Audenarde, tout comme du fait que les deux derniers vainqueurs sous le maillot tricolore, Philippe Gilbert (2017) et Stijn Devolder (2008) n'avaient pas associé leur bouquet à un autre sur Harelbeke. Parfois aussi, les chiffres ne disent pas toujours la vérité.

Kasper Asgreen (1 vote)

Si d'aventure, le champion de Belgique venait à déclarer forfait où ne pas être à son meilleur niveau, qui sait si Kasper Asgreen ne tirera pas les marrons du feu. Sur le papier, on le voit mal suivre Mathieu van der Poel s'il attaque. Mais le Néerlandais n'a pas non plus éparpillé ses adversaires dans la campagne flamande à Waregem. Et l'an dernier après un coup de canon terrible dans le Vieux Quaremont, MVDP avait dû s'incliner face à la résistance d'un Danois qui pourrait être le huitème coureur de l'histoire à remporter la course deux fois consécutivement. (Fabien Chaliaud)

On n'aura donc pas droit à cette image ce dimanche au sommet du Paterberg., iStock
On n'aura donc pas droit à cette image ce dimanche au sommet du Paterberg. © iStock

Dimanche, nous débarquons, pour ainsi dire, dans une nouvelle réalité. Pour la première fois cette saison, Wout van Aert devra croiser le fer dans une classique pavée avec ces deux autres phénomènes que sont Mathieu van der Poel et Tadej Pogacar. A Milan-Sanremo, sur un parcours beaucoup moins éprouvant que celui du Tour des Flandres, nous avons vu ce que cela avait donné : une finale où il n'était pas question de supériorité numérique ou de jeu d'équipe. Ce dimanche, l'on devrait assister à une bataille d'homme contre homme, dans laquelle Pogacar risque de payer son manque de connaissance du parcours et d'expérience des routes flamandes. Van der Poel pourrait manquer du fond que lui aurait donné une participation à Paris-Nice ou à Tirreno-Adriatico. C'est donc peut-être Van Aert qui finira par rendre les Flandres ivres de bonheur. Pour autant évidemment que la maladie n'ait pas été au final sa plus grande rivale...(Benedict Van clooster)

Mathieu van der Poel (1 vote)

Ce serait bien sûr fantastique si Van Aert pouvait gagner cette course sous le maillot tricolore. Mais je pense que la saison a déjà été exigeante pour lui, même si je ne pensais pas nécessairement à un éventuel forfait pour cause de maladie en faisant ce pronostic. Mon sentiment était déjà que Mathieu van der Poel remporterait le Tour des Flandres. Le fait qu'il ait terminé troisième à Milan-Sanremo après une si longue période d'inactivité m'a vraiment surpris et impressionné. Ce serait génial si l'on pouvait quand même assister à un nouveau duel entre Van Aert et Van der Poel. Reste à savoir quel rôle jouera Tadej Pogacar dans celui-ci. Il ne sera pas facile pour lui de s'adapter tout de suite aux pavés et aux spécificités du ronde, malgré sa classe indiscutable. (Tadej Pogacar)

Mathieu van der Poel profitera-t-il de la fraîcheur d'une préparation allégé ou manquera-t-il de fond pour tenir la cadence sur les 273 km du parcours., iStock
Mathieu van der Poel profitera-t-il de la fraîcheur d'une préparation allégé ou manquera-t-il de fond pour tenir la cadence sur les 273 km du parcours. © iStock

Un Jumbo, mais pas Wout Van Aert (1 vote)

L'un a affiché ses jambes de feu sur les routes tortueuses du Grand Prix de l'E3. L'autre a émergé à la pédale d'un final tactique dans les rues de Waregem. Deux façons de certifier que Wout Van Aert et Mathieu Van der Poel sont prêts pour la grande bagarre des Flandres. Immenses favoris. Peut-être un peu trop. Difficile d'oublier leur marquage mutuel lors d'un Gand-Wevelgem qui avait finalement souri à Mads Pedersen à l'automne 2020. Impossible d'envisager une course sans le moindre moment où les deux hommes se regardent.

Ces rivalités-là profitent généralement au meilleur des collectifs. Patrick Lefevere devrait se frotter les mains, mais son Wolfpack manque presque tous les bons coups depuis le début du printemps flandrien. Cette saison, la force au pluriel est à trouver dans l'ombre de Van Aert, au sein d'une équipe Jumbo où Christophe Laporte et Tiesj Benoot ont montré qu'ils étaient capables de suivre les meilleurs. Au point de profiter de leur rivalité pour lever les bras à Audenarde ?Reste à voir si un forfait du meilleur rival de van der Poel ne risque pas de rabattre les cartes et de desservir les intérêts de ces deux coéquipiers ? (Guillaume Gautier)

Dans une forme éblouissante, Christophe Laporte et Tiesj Benoot aurait pu tirer parti de la rivalité entre leur leader Wout Van Aert et Mathieu van der Poel. Reste à voir si ce duel aura lieu et ne changera pas leurs plans ?, iStock
Dans une forme éblouissante, Christophe Laporte et Tiesj Benoot aurait pu tirer parti de la rivalité entre leur leader Wout Van Aert et Mathieu van der Poel. Reste à voir si ce duel aura lieu et ne changera pas leurs plans ? © iStock
Les hommes mentent, les chiffres plus rarement. En attendant de savoir dans quel état (bluff ou pas) il se présentera au départ (ou pas) après avoir renoncé à la reconnaissance du jeudi, beaucoup d'éléments plaident enfin en faveur du coureur d'Herentals qui pourrait enfin s'offrir son deuxième Monument, son premier sur les Flandriennes. Depuis que le Ronde trouve son épilogue à Audenarde (depuis 2012), quatre des dix vainqueurs (si l'on retire l'édition 2020 de l'E3 annulée en raison de la crise sanitaire) ont levé les bras à Harelbeke sur l'E3 avant d'en faire de même sur la Vlaanderens Mooiste. WVA peut aussi s'appuyer sur une équipe digne de la Quick.Step des belles années avec notamment Christophe Laporte, deux fois deuxième sur l'E3 et à Wevelgem, et Tiesj Benoot, deuxième à Waregem derrière un Mathieu van der Poel qui pourrait être le dernier frein au défilé victorieux de Van Aert dimanche. On sait que le champion de Belgique peut parfois se crisper en compagnie de son meilleur rival. Il devra savoir faire abstraction de ce "complexe" entre Anvers et Audenarde, tout comme du fait que les deux derniers vainqueurs sous le maillot tricolore, Philippe Gilbert (2017) et Stijn Devolder (2008) n'avaient pas associé leur bouquet à un autre sur Harelbeke. Parfois aussi, les chiffres ne disent pas toujours la vérité.Si d'aventure, le champion de Belgique venait à déclarer forfait où ne pas être à son meilleur niveau, qui sait si Kasper Asgreen ne tirera pas les marrons du feu. Sur le papier, on le voit mal suivre Mathieu van der Poel s'il attaque. Mais le Néerlandais n'a pas non plus éparpillé ses adversaires dans la campagne flamande à Waregem. Et l'an dernier après un coup de canon terrible dans le Vieux Quaremont, MVDP avait dû s'incliner face à la résistance d'un Danois qui pourrait être le huitème coureur de l'histoire à remporter la course deux fois consécutivement. (Fabien Chaliaud)Dimanche, nous débarquons, pour ainsi dire, dans une nouvelle réalité. Pour la première fois cette saison, Wout van Aert devra croiser le fer dans une classique pavée avec ces deux autres phénomènes que sont Mathieu van der Poel et Tadej Pogacar. A Milan-Sanremo, sur un parcours beaucoup moins éprouvant que celui du Tour des Flandres, nous avons vu ce que cela avait donné : une finale où il n'était pas question de supériorité numérique ou de jeu d'équipe. Ce dimanche, l'on devrait assister à une bataille d'homme contre homme, dans laquelle Pogacar risque de payer son manque de connaissance du parcours et d'expérience des routes flamandes. Van der Poel pourrait manquer du fond que lui aurait donné une participation à Paris-Nice ou à Tirreno-Adriatico. C'est donc peut-être Van Aert qui finira par rendre les Flandres ivres de bonheur. Pour autant évidemment que la maladie n'ait pas été au final sa plus grande rivale...(Benedict Van clooster)Ce serait bien sûr fantastique si Van Aert pouvait gagner cette course sous le maillot tricolore. Mais je pense que la saison a déjà été exigeante pour lui, même si je ne pensais pas nécessairement à un éventuel forfait pour cause de maladie en faisant ce pronostic. Mon sentiment était déjà que Mathieu van der Poel remporterait le Tour des Flandres. Le fait qu'il ait terminé troisième à Milan-Sanremo après une si longue période d'inactivité m'a vraiment surpris et impressionné. Ce serait génial si l'on pouvait quand même assister à un nouveau duel entre Van Aert et Van der Poel. Reste à savoir quel rôle jouera Tadej Pogacar dans celui-ci. Il ne sera pas facile pour lui de s'adapter tout de suite aux pavés et aux spécificités du ronde, malgré sa classe indiscutable. (Tadej Pogacar)L'un a affiché ses jambes de feu sur les routes tortueuses du Grand Prix de l'E3. L'autre a émergé à la pédale d'un final tactique dans les rues de Waregem. Deux façons de certifier que Wout Van Aert et Mathieu Van der Poel sont prêts pour la grande bagarre des Flandres. Immenses favoris. Peut-être un peu trop. Difficile d'oublier leur marquage mutuel lors d'un Gand-Wevelgem qui avait finalement souri à Mads Pedersen à l'automne 2020. Impossible d'envisager une course sans le moindre moment où les deux hommes se regardent. Ces rivalités-là profitent généralement au meilleur des collectifs. Patrick Lefevere devrait se frotter les mains, mais son Wolfpack manque presque tous les bons coups depuis le début du printemps flandrien. Cette saison, la force au pluriel est à trouver dans l'ombre de Van Aert, au sein d'une équipe Jumbo où Christophe Laporte et Tiesj Benoot ont montré qu'ils étaient capables de suivre les meilleurs. Au point de profiter de leur rivalité pour lever les bras à Audenarde ?Reste à voir si un forfait du meilleur rival de van der Poel ne risque pas de rabattre les cartes et de desservir les intérêts de ces deux coéquipiers ? (Guillaume Gautier)