Qui va remporter le circuit Het Nieuwsblad ?

Jonas Creteur: "Il devrait faire beau ce samedi. On annonce du soleil, 10 degrés, peu de vent, un peu comme l'année dernière. Un groupe de pas moins de 45 coureurs s'était disputé la victoire à Ninove et Davide Ballerini avait coupé la ligne d'arrivée en premier. Les organisateurs ont donc adapté le parcours en passant par des routes plus étroites entre l'avant-dernière montée, l'Eleverenberg (à 28,8 km de l'arrivée) et le Mur de Grammont (à 16,7 km de Ninove). Cela devrait compliquer la tâche du peloton s'il devait se lancer dans une éventuelle poursuite d'un groupe d'échappés qui se dégagerait en tête de course dans la portion située entre le Wolvenberg (55 km de l'arrivée) et l'Eleverenberg."
...

Jonas Creteur: "Il devrait faire beau ce samedi. On annonce du soleil, 10 degrés, peu de vent, un peu comme l'année dernière. Un groupe de pas moins de 45 coureurs s'était disputé la victoire à Ninove et Davide Ballerini avait coupé la ligne d'arrivée en premier. Les organisateurs ont donc adapté le parcours en passant par des routes plus étroites entre l'avant-dernière montée, l'Eleverenberg (à 28,8 km de l'arrivée) et le Mur de Grammont (à 16,7 km de Ninove). Cela devrait compliquer la tâche du peloton s'il devait se lancer dans une éventuelle poursuite d'un groupe d'échappés qui se dégagerait en tête de course dans la portion située entre le Wolvenberg (55 km de l'arrivée) et l'Eleverenberg.""On peut se demander quel plan tactique va mettre en place Quick-Step car ils n'ont que Florian Sénéchal comme homme relativement rapide au sprint. Mais contre Wout van Aert ou Sonny Colbrelli, il a relativement peu de chances d'émerger. Les hommes de Patrick Lefevere et ceux de Lotto-Soudal (avec Wellens, Van Moer, Vermeersch et Campenaerts) devront donc passer à l'offensive et ne devraient pas subir la course. Ils ne devront pas calquer leur course sur celle des Jumbo-Visma qui peut se permettre d'attendre, même Van Aert peut également secouer lui-même le cocotier, l'attaque étant la meilleure défense. Le champion de Belgique a prouvé par le passé qu'il était capable de gagner au retour d'un camp d'entraînement en haute altitude (avec tous les membres de son équipe), comme ce sera le cas ce samedi, après trois semaines à Tenerife. Je m'attends donc à le voir gagner à Ninove."Jacques Sys: "Wout van Aert. Même si ses objectifs avoués sont situés plus tard dans le printemps, il voudra se rassurer le plus tôt possible. Le coureur d'Herentals reste sur un excellent hiver. Il sera meilleur que jamais, parce qu'il est désormais très bien entouré dans son équipe avec des coureurs de grande qualité comme Tiesj Benoot. Van Aert aura logiquement le poids de la course sur ses épaules, d'autant plus en l'absence de son éternel rival Mathieu Van der Poel . La pression au début de cette campagne est donc paradoxalement plus importante que d'habitude. Si vous consultez tous les pronostics, c'est comme s'il allait réussir le doublé Tour des Flandres et Paris-Roubaix. Un peu comme quand l'on pensait qu'il deviendrait champion du monde. Heureusement, Van Aert se porte bien. Il est parfaitement en équilibre avec lui-même."Guillaume Gautier : "Cette fois, le manque de force collective de la Jumbo-Visma ne sera plus une excuse. L'hiver dernier, les Néerlandais ont renforcé leur pôle classiques en s'offrant les services de Tiesj Benoot, Tosh Van der Sande ou encore Christophe Laporte. De quoi éviter que Wout Van Aert se retrouve esseulé dans la finale des Flandriennes, ce qui était trop souvent le cas la saison dernière. Sorti d'un hiver moins exigeant que d'habitude, le champion de Belgique devrait donc pouvoir mieux épargner ses forces en vue de la finale des classiques en ne chassant pas en personne tous ses rivaux. De quoi lui offrir le statut de grand favori de la course d'ouverture belge, et probablement la compagnie tout au long de la journée d'un Sonny Colbrelli devenu célèbre dans son rôle de sangsue. L'Italien devrait être la menace principale pour un Belge qui aura à coeur de le décoller de sa roue avant un potentiel emballage final à Ninove."Fabien Chaliaud: "Malgré un parcours durci depuis les quatre dernières éditions et un Mur de Grammont qui s'est invité dans sa finale, le risque d'un sprint massif n'a pas été écarté comme on a pu le constater avec la victoire de Davide Ballerini l'an dernier. Les conditions attendues ce week-end seront plus clémentes et que ces dernières semaines dans notre pays et le scénario pourrait donc se reproduire. Que ce soit en petit ou en grand comité, le nom qui ressort logiquement pour une victoire est celui de Wout Van Aert. Pour ses premiers tours de roue en compétition, du moins sur route, le citoyen d'Herentals sera entouré d'une garde rapprochée renforcée cet hiver par les venues de Tosh Van der Sande, Christophe Laporte et Tiesj Benoot. Il semble improbable de le voir aussi esseulé que lors des années précédentes sur ses courses de prédilection. Mais faut-il pour autant déjà le voir dans la peau d'un vainqueur dès ce samedi ? On sait que la grande ambition de WVA cette année est de remporter l'un des deux Monuments pavés, des courses où il lui a toujours manqué quelque chose ces dernières années pour y avoir une chance de triompher. Du coup il pourrait se tester sans nécessairement viser la victoire et Christophe Laporte, en cas d'arrivée groupée, ou Tiesj Benoot, en cas de coup tactique, pourraient tirer profit de la situation et de la pancarte qui sera collée au-dessus du dossard de Van Aert. Maintenant, les coureurs Jumbo manquent eux aussi de compétition et l'ancienne Sky peut en attester, les stages à Ténérife ne remplacent jamais vraiment le rythme de la compétition. Le dernier vainqueur sans kilomètre de course dans les jambes de celle qui s'appelait alors Het Volk est un certain Joseph Bruyère en... 1980. Une éternité. Si rien n'est impossible en sport, le cyclisme sur route est différent d'un cyclo-cross où Van Aert est venu mettre tout le monde à l'amende dans les labourés dès sa première course. Des Florian Sénéchal, Amaury Capiot, Anthony Turgis sont moins attendus mais pourraient être présents lors d'un emballage final où tous les espoirs leur seraient permis. Tout comme un Sonny Colbrelli évidemment, devenu aussi sangsue qu'un Filippo Pozzato de la grande époque dans la roue de Tom Boonen, mais avec l'art de convertir en bouquets ses heures passées dans les roues de ses adversaires."Jonas Creteur: "Je vais choisir une femme pour changer, Lotte Kopecky. Lors du printemps 2021, elle a connu beaucoup de malchance dans les classiques, et elle n'était pas encore soutenue par une bonne équipe. Kopecky possède désormais une grande formation pour l'entourer, après son transfert de Liv Racing à SD Worx. Elle est également très motivée à l'idée de marquer des points cette année. Surtout sur le Tour des Flandres qu'elle reconnaît de long en large depuis quelques semaines, tout comme le parcours du circuit Het Nieuwsblad. La coureuse de Flandre-Orientale espère définitivement percer au sommet du cyclisme mondial féminin en 2022."Jacques Sys: "Je vais suivre la progression de Florian Vermeersch. Il avait été impressionnant sur un Paris-Roubaix dantesque en octobre dernier. Sa simplicité est un bon signe pour la poursuite de son développement. En tout cas, ce que Lotto-Soudal montrera cette saison sera important. Ils n'ont pas pris beaucoup de points UCI l'an passé et risquent de ne plus faire partie du World Tour la saison prochaine. Ce serait une honte. John Lelangue entame sa quatrième saison en tant que manager. Il y a eu beaucoup de changements, beaucoup d'histoires, beaucoup de bruit. Il est vraiment temps de récolter des victoires et de bons résultats maintenant."Guillaume Gautier : "L'évidence voudrait qu'on parle de Remco Evenepoel, qui semble avoir plus de cartes de son côté qu'un an plus tôt pour atteindre son objectif de briller sur un grand tour, mais les attentes sont déjà assez élevées autour du prodige de la Quick Step. Partons donc sur Jasper Philipsen, brillant vainqueur d'un emballage massif dès la grande rentrée du World Tour aux Émirats. L'Anversois a laissé des pointures du sprint mondial comme Sam Bennett, Elia Viviani ou Dylan Groenewegen dans son sillage, et n'a été battu que par Mark Cavendish le lendemain. Ses succès de la fin de saison dernière, conquis face à une concurrence moindre, auraient-ils autant augmenté sa confiance que sa pointe de vitesse ?"Fabien Chaliaud: "Il y en a plusieurs. Tout d'abord, un Florian Vermeersch dont on aura à coeur de voir s'il peut confirmer son magnifique Paris-Roubaix de l'an dernier ou un Jasper Philipsen qui peut enfin vraiment s'inviter dans le cercle des meilleurs routiers-sprinteurs du peloton (avec un autre compatriote et équipier, Tim Merlier). Mais personnellement, je suivrai l'évolution ou plutôt la confirmation de Jasper Stuyven, enfin vainqueur d'un grand Monument l'an dernier avec Milan-San Remo. Il avait aussi obtenu des quatrièmes places sur le Tour des Flandres et lors des championnats du monde. A bientôt 30 ans, on espère que le Louvaniste confirmera ce déclic de 2021 pour écrire son nom au palmarès d'une autre grande course d'un jour."Jonas Creteur: "La grande variété de vainqueurs dans les sprints massifs. Jusqu'à présent, pas moins de 16 coureurs différents en ont remporté un. Avec Fabio Jakobsen comme grand gagnant avec quatre victoires. Caleb Ewan, Fernando Gaviria, Mark Cavendish et Dylan Groenewegen ont également gagné deux fois. Tout comme Jasper Philipsen, du côté des Belges, qui ont vu aussi Amaury Capiot et le talentueux Arnaud De Lie être aussi les plus rapides dans une arrivée groupée. Cela promet pour les prochaines courses à étapes et les classiques se terminant par un sprint."Jacques Sys: "Ce qui me frappe, c'est le nombre toujours plus important de directeurs sportifs au sein des dix-huit équipes du World Tour. Il y en a 126 au total. Et puis il y a 30 managers. On se demande comment toutes ces tâches sont réparties."Guillaume Gautier : "Le départ canon de l'équipe Lotto-Soudal, très décevante la saison dernière malgré des ambitions souvent affirmées. En 2020 puis en 2021, les coureurs de la loterie nationale n'avaient conquis que douze succès par an, dont plus de la moitié grâce à leur sprinter Caleb Ewan (13 sur 24). Cette saison, les hommes de John Lelangue ont déjà levé les bras à sept reprises, avec des vainqueurs aussi rafraichissants qu'Arnaud De Lie et Maxim van Gils pour accompagner les tauliers Ewan et Tim Wellens. Un coup d'envoi retentissant en trompe-l'oeil, ou une forme amenée à se poursuivre tout au long de la saison pour rapidement dépasser les chiffres des deux dernières années ?" Fabien Chaliaud : "Je soulignerai plutôt la confirmation d'une tendance. Celle de voir de plus en plus de néo-pros rapidement briller. Je pense naturellement à Arnaud De Lie qui a levé les bras dès son troisième jour de course chez les grands en battant de surcroît des beaux noms comme Nizzolo, Matthews ou Hofstetter. Il y a aussi Tobias Haaland Johannessen, le vainqueur du dernier Tour de l'Avenir qui a remporté une étape sur une Etoile de Bessèges qu'il a aussi terminée à la 3e place du classement général. Par le passé des Pogacar et des Evenepoel avaient aussi brillé dès leurs premiers tours de roue au sein des pelotons professionnels. On peut espérer que les garçons cités plus haut pourront suivre ces exemples. Tout comme les Marijn van den Berg, Ethan Vernon, Filippo Baroncini (malheureusement blessé actuellement), Henri Vandenabeele, Georg Steinhauser ou même un Cian Uijtdebroecks dont le programme de 2022 sera encore concentré principalement sur des courses d'espoirs comme le Tour de l'Avenir."