Oliver Naesen est en France depuis le 23 juin. L'ancien champion de Belgique a d'abord effectué un stage de préparation au Tour de France du 23 au 29 juin à Le Chambon-sur-Lignon. Il est désormais à Vaujany, avec les coureurs de classiques de l'équipe AG2R La Mondiale, pour un nouveau stage qui se ponctuera vendredi. "Je me sens de nouveau comme un athlète de haut niveau", a-t-il raconté. "Ces derniers mois, j'avais davantage le sentiment d'être un cycliste à la retraite."

"L'équipe, comme beaucoup d'autres, prend énormément de mesures", a lancé Naesen, en précisant que chacun dormait séparément et que des places étaient laissées vacantes entre les uns et les autres à table afin de prévenir les contaminations au coronavirus. "Les vélos sont désinfectés avec un spray spécial comme les tables de massage après le passage de chaque coureur. Il y a beaucoup de travail pour le staff." Le Belge de 29 ans s'est déclaré particulièrement heureux du retour des compétitions ainsi que des entraînements collectifs. "Ces derniers mois, je me sentais davantage comme un cycliste pensionné malgré 600 ou 700 kilomètres par semaine. Avec ces deux stages, j'ai repris la vie quotidienne d'un sportif de haut niveau. Tout est de nouveau tourné vers les compétitions."

Double vainqueur de la Bretagne Classic, Naesen débutera la seconde moitié de sa saison aux Strade Bianche le 1er août. "Je ne sais pas vraiment à quoi m'attendre. Ce sera étrange après une si longue période et je ne sais pas vraiment si la course va me convenir", a expliqué le Belge, qui fera ses débuts sur les routes de terre de la Toscane. "J'ai peur que cela soit un peu compliqué pour moi, il y a pas mal de dénivelé au programme. Pour moi, les Strade Bianche seront davantage un échauffement pour Milan-Sanremo (05/08, ndlr)." Naesen, 7e du Circuit Het Nieuwsblad fin février, a fait du Tour de France et des classiques ses principaux objectifs. "Évidemment je veux être bien sur Milan-Sanremo, où j'ai fait 2e en 2019, mais mon pic de forme devrait survenir plus tard que début août. J'attends avec impatience les classiques. Ces dernières années, j'étais toujours assez bon en fin de saison, je considère ça comme un avantage", a ponctué le Belge, résolument confiant.

Oliver Naesen est en France depuis le 23 juin. L'ancien champion de Belgique a d'abord effectué un stage de préparation au Tour de France du 23 au 29 juin à Le Chambon-sur-Lignon. Il est désormais à Vaujany, avec les coureurs de classiques de l'équipe AG2R La Mondiale, pour un nouveau stage qui se ponctuera vendredi. "Je me sens de nouveau comme un athlète de haut niveau", a-t-il raconté. "Ces derniers mois, j'avais davantage le sentiment d'être un cycliste à la retraite.""L'équipe, comme beaucoup d'autres, prend énormément de mesures", a lancé Naesen, en précisant que chacun dormait séparément et que des places étaient laissées vacantes entre les uns et les autres à table afin de prévenir les contaminations au coronavirus. "Les vélos sont désinfectés avec un spray spécial comme les tables de massage après le passage de chaque coureur. Il y a beaucoup de travail pour le staff." Le Belge de 29 ans s'est déclaré particulièrement heureux du retour des compétitions ainsi que des entraînements collectifs. "Ces derniers mois, je me sentais davantage comme un cycliste pensionné malgré 600 ou 700 kilomètres par semaine. Avec ces deux stages, j'ai repris la vie quotidienne d'un sportif de haut niveau. Tout est de nouveau tourné vers les compétitions."Double vainqueur de la Bretagne Classic, Naesen débutera la seconde moitié de sa saison aux Strade Bianche le 1er août. "Je ne sais pas vraiment à quoi m'attendre. Ce sera étrange après une si longue période et je ne sais pas vraiment si la course va me convenir", a expliqué le Belge, qui fera ses débuts sur les routes de terre de la Toscane. "J'ai peur que cela soit un peu compliqué pour moi, il y a pas mal de dénivelé au programme. Pour moi, les Strade Bianche seront davantage un échauffement pour Milan-Sanremo (05/08, ndlr)." Naesen, 7e du Circuit Het Nieuwsblad fin février, a fait du Tour de France et des classiques ses principaux objectifs. "Évidemment je veux être bien sur Milan-Sanremo, où j'ai fait 2e en 2019, mais mon pic de forme devrait survenir plus tard que début août. J'attends avec impatience les classiques. Ces dernières années, j'étais toujours assez bon en fin de saison, je considère ça comme un avantage", a ponctué le Belge, résolument confiant.