Kristof Vandewalle, champion de Belgique du chrono, est déjà monté sur la plus haute marche du podium cette semaine à Valkenburg. Il a en effet remporté le contre-la-montre par équipes avec Omega Pharma-QuickStep.

L'euphorie de la victoire a cependant fait place à la concentration. "C'est une arme à double tranchant", déclare Vandewalle. "Je peux prendre le départ sans pression parce que j'ai déjà signé un beau résultat. Mais d'un autre côté, cela me met une pression. Je ne veux pas décevoir, pour ne pas qu'on dise que je dois ma médaille d'or à mes coéquipiers. Car cela n'a absolument pas été le cas. On croyait en moi. Je devrais peut-être avoir davantage confiance en moi à l'avenir".

"Une chose est claire. A partir de maintenant, le contre-la-montre sera plus important à mes yeux. Je m'en suis finalement bien tiré sans trop d'attention. Tony Martin nous a appris qu'au top niveau, tous les détails ont leur importance. Tout le monde est allé dans le même sens. A raison, car le contre-la-montre est devenu très important, tant dans les grands tours que dans les courses de moindre envergure. Je ne vais pas faire de pronostic pour mercredi, car ce seront mes premiers Mondiaux".

Thomas De Gendt : "Le parcours me convient"

Thomas De Gendt défendra également les couleurs belges mercredi lors du contre-la-montre de Valkenburg.

Le coureur Vacansoleil-DCM espère faire mieux que sa décevante 50e place de l'année dernière. "Cela ne devrait pas être trop difficile", déclare-t-il. "Ce parcours me convient", poursuit De Gendt. "Il n'y a pas que le Cauberg. Il y a cinq ou six portions plates où on peut faire la différence. J'ai bien le parcours en tête. Je l'ai vu deux fois en vidéo, je l'ai déjà reconnu à vélo et je le fais encore une fois ce mardi. Cela reste cependant une épreuve où la forme du jour est déterminante. Dans un bon jour, je peux faire un top 10, dans un moins bon jour, je ne serais peut-être pas dans les 20 premiers".

Thomas De Gendt ne disputera pas l'épreuve en ligne de ces Mondiaux 2012. "J'ai déjà plus de 100 jours de course à mon actif. Je ne me sens mentalement pas assez frais pour une course de 250 km. Je trouve en outre les routes trop étroites et sinueuses. Je préfère laisser la place à des garçons qui pourront aider Boonen et Gilbert. Je disputerai encore quatre courses après les Mondiaux : le Tour de Lombardie, Binche-Tournai-Binche, Paris-Bourges et Paris-Tours", conclut De Gendt.

Sportfootmagazine.be, avec Belga

Kristof Vandewalle, champion de Belgique du chrono, est déjà monté sur la plus haute marche du podium cette semaine à Valkenburg. Il a en effet remporté le contre-la-montre par équipes avec Omega Pharma-QuickStep. L'euphorie de la victoire a cependant fait place à la concentration. "C'est une arme à double tranchant", déclare Vandewalle. "Je peux prendre le départ sans pression parce que j'ai déjà signé un beau résultat. Mais d'un autre côté, cela me met une pression. Je ne veux pas décevoir, pour ne pas qu'on dise que je dois ma médaille d'or à mes coéquipiers. Car cela n'a absolument pas été le cas. On croyait en moi. Je devrais peut-être avoir davantage confiance en moi à l'avenir". "Une chose est claire. A partir de maintenant, le contre-la-montre sera plus important à mes yeux. Je m'en suis finalement bien tiré sans trop d'attention. Tony Martin nous a appris qu'au top niveau, tous les détails ont leur importance. Tout le monde est allé dans le même sens. A raison, car le contre-la-montre est devenu très important, tant dans les grands tours que dans les courses de moindre envergure. Je ne vais pas faire de pronostic pour mercredi, car ce seront mes premiers Mondiaux". Thomas De Gendt : "Le parcours me convient" Thomas De Gendt défendra également les couleurs belges mercredi lors du contre-la-montre de Valkenburg. Le coureur Vacansoleil-DCM espère faire mieux que sa décevante 50e place de l'année dernière. "Cela ne devrait pas être trop difficile", déclare-t-il. "Ce parcours me convient", poursuit De Gendt. "Il n'y a pas que le Cauberg. Il y a cinq ou six portions plates où on peut faire la différence. J'ai bien le parcours en tête. Je l'ai vu deux fois en vidéo, je l'ai déjà reconnu à vélo et je le fais encore une fois ce mardi. Cela reste cependant une épreuve où la forme du jour est déterminante. Dans un bon jour, je peux faire un top 10, dans un moins bon jour, je ne serais peut-être pas dans les 20 premiers". Thomas De Gendt ne disputera pas l'épreuve en ligne de ces Mondiaux 2012. "J'ai déjà plus de 100 jours de course à mon actif. Je ne me sens mentalement pas assez frais pour une course de 250 km. Je trouve en outre les routes trop étroites et sinueuses. Je préfère laisser la place à des garçons qui pourront aider Boonen et Gilbert. Je disputerai encore quatre courses après les Mondiaux : le Tour de Lombardie, Binche-Tournai-Binche, Paris-Bourges et Paris-Tours", conclut De Gendt. Sportfootmagazine.be, avec Belga