Un parcours qu'il a reconnu avec ses équipiers de l'équipe belge. Le Liégeois se montre résolument optimiste. "La nature du parcours ne m'a pas déçu", a estimé le coureur de BMC. "D'accord, il est difficile, mais un coureur en bonne condition doit pouvoir s'en sortir sur ce genre de circuit. Ce qui m'inquiète le plus, ce sont les conditions météos. Le parcours a un nouveau revêtement qui peut être particulièrement glissant s'il devait pleuvoir et les chutes pourraient être dangereuses.

On s'attend à un week-end nuageux avec des risques d'adverses, il faudra donc faire très attention". Philippe Gilbert a été désigné chef de file en même temps que Kristof Vandewalle. "J'ai certainement ma chance. C'est comme si nous disputions une classique difficile. Le point crucial sera je pense la Via Salviati. Ce n'est pas une montée comme Fiesole qui fait plus de 4 km avec un pic à 9 %, c'est plus court, à peine 600m, mais avec un pourcentage de 10,2 et un maximum à 16%. Après c'est la descente jusqu'à l'arrivée et un démarrage dans la côte pourrait bien être décisif."


Un parcours qu'il a reconnu avec ses équipiers de l'équipe belge. Le Liégeois se montre résolument optimiste. "La nature du parcours ne m'a pas déçu", a estimé le coureur de BMC. "D'accord, il est difficile, mais un coureur en bonne condition doit pouvoir s'en sortir sur ce genre de circuit. Ce qui m'inquiète le plus, ce sont les conditions météos. Le parcours a un nouveau revêtement qui peut être particulièrement glissant s'il devait pleuvoir et les chutes pourraient être dangereuses. On s'attend à un week-end nuageux avec des risques d'adverses, il faudra donc faire très attention". Philippe Gilbert a été désigné chef de file en même temps que Kristof Vandewalle. "J'ai certainement ma chance. C'est comme si nous disputions une classique difficile. Le point crucial sera je pense la Via Salviati. Ce n'est pas une montée comme Fiesole qui fait plus de 4 km avec un pic à 9 %, c'est plus court, à peine 600m, mais avec un pourcentage de 10,2 et un maximum à 16%. Après c'est la descente jusqu'à l'arrivée et un démarrage dans la côte pourrait bien être décisif."