Le jeune Néerlandais, qui est aussi le fils d'Adri Van der Poel, ancien champion du monde de la spécialité, a mené la course du premier au dernier tour. Il a précédé d'une quinzaine de secondes Wout Van Aert, et un autre Néerlandais, Lars Van der Haar. Le lauréat de la Coupe du monde et numéro un au classement mondial, Kevin Pauwels, a pris la quatrième place, à plus d'une minute.

Mathieu Van der Poel, dont le frère aîné David court lui aussi à haut niveau, a donné aux Pays-Bas leur première victoire en élite depuis celui de Lars Boom en 1988.

Son père Adri, vainqueur de plusieurs classiques, a gagné le titre mondial en 1996 et son grand-père maternel Raymond Poulidor, l'un des grands des années 1960 et 1970, a été l'un des champions les plus populaires de l'histoire du cyclisme.

Dans une course privée du champion sortant, le Tchèque Zdenek Stybar, blessé en début de saison, Van der Poel a mis fin très vite au suspens. Comme le dimanche précédent à Hoogerheide, lors de la dernière manche de la Coupe du monde, il a pris la tête avant la fin du premier des huit tours de circuit.

Une glissade au cinquième tour, sur un parcours tantôt gelé tantôt boueux, s'est avérée sans conséquence pour le champion des Pays-Bas qui a contrôlé le retour de Van der Haar, lui-même débordé en fin de course par Van Aert qui avait été retardé dans le premier quart d'heure.

Irrésistible chez les juniors, Mathieu Van der Poel a gagné à trois reprises le titre mondial dans cette catégorie d'âge, deux fois en cyclo-cross (2012 et 2013), une fois sur la route (2013).

Très convoité par les équipes professionnelles de route, il a affirmé vouloir réussir en cyclo-cross avant d'envisager une carrière dans la discipline majeure du cyclisme.

La course de Tabor a marqué comme prévu la prise de pouvoir de la jeune génération: la référence Sven Nys, 38 ans, n'a jamais été dans le coup devant se contenter de la 17e place.

Le jeune Néerlandais, qui est aussi le fils d'Adri Van der Poel, ancien champion du monde de la spécialité, a mené la course du premier au dernier tour. Il a précédé d'une quinzaine de secondes Wout Van Aert, et un autre Néerlandais, Lars Van der Haar. Le lauréat de la Coupe du monde et numéro un au classement mondial, Kevin Pauwels, a pris la quatrième place, à plus d'une minute.Mathieu Van der Poel, dont le frère aîné David court lui aussi à haut niveau, a donné aux Pays-Bas leur première victoire en élite depuis celui de Lars Boom en 1988.Son père Adri, vainqueur de plusieurs classiques, a gagné le titre mondial en 1996 et son grand-père maternel Raymond Poulidor, l'un des grands des années 1960 et 1970, a été l'un des champions les plus populaires de l'histoire du cyclisme.Dans une course privée du champion sortant, le Tchèque Zdenek Stybar, blessé en début de saison, Van der Poel a mis fin très vite au suspens. Comme le dimanche précédent à Hoogerheide, lors de la dernière manche de la Coupe du monde, il a pris la tête avant la fin du premier des huit tours de circuit.Une glissade au cinquième tour, sur un parcours tantôt gelé tantôt boueux, s'est avérée sans conséquence pour le champion des Pays-Bas qui a contrôlé le retour de Van der Haar, lui-même débordé en fin de course par Van Aert qui avait été retardé dans le premier quart d'heure.Irrésistible chez les juniors, Mathieu Van der Poel a gagné à trois reprises le titre mondial dans cette catégorie d'âge, deux fois en cyclo-cross (2012 et 2013), une fois sur la route (2013).Très convoité par les équipes professionnelles de route, il a affirmé vouloir réussir en cyclo-cross avant d'envisager une carrière dans la discipline majeure du cyclisme.La course de Tabor a marqué comme prévu la prise de pouvoir de la jeune génération: la référence Sven Nys, 38 ans, n'a jamais été dans le coup devant se contenter de la 17e place.