Patrick Lefevere doit calculer. La dernière campagne de transfert a affaibli son équipe et il doit continuer à diminuer sa masse salariale en 2016. L'apport du propriétaire tchèque de l'équipe, Zdenek Bakala, baisse d'année en année et le deuxième sponsor, Marc Coucke, s'intéresse de plus en plus au football. Tom Boonen a consenti un effort et il n'y a plus de place pour des coureurs chers tels que Mark Cavendish, Michal Kwiatkowski et Rigoberto Uran.

En homme d'affaires avisé, Lefevere affaiblit ses rivaux. Il a enrôlé Daniel Martin de Cannondale-Garmin, fragile sur le plan financier, puis Marcel Kittel, en solde, de Giant-Alpecin. Il présente l'arrivée de l'Allemand comme un achat de dernière minute alors qu'en fait, il a entamé ses préparatifs en été. Renson, spécialiste de la ventilation, a dû céder sa place comme sponsor à Lidl Belgique, une filiale de la chaîne allemande de supermarchés, qui apporte davantage d'argent -environ 900.000 euros- et paie le salaire de Kittel.

Par Benedict Vanclooster

Patrick Lefevere doit calculer. La dernière campagne de transfert a affaibli son équipe et il doit continuer à diminuer sa masse salariale en 2016. L'apport du propriétaire tchèque de l'équipe, Zdenek Bakala, baisse d'année en année et le deuxième sponsor, Marc Coucke, s'intéresse de plus en plus au football. Tom Boonen a consenti un effort et il n'y a plus de place pour des coureurs chers tels que Mark Cavendish, Michal Kwiatkowski et Rigoberto Uran.En homme d'affaires avisé, Lefevere affaiblit ses rivaux. Il a enrôlé Daniel Martin de Cannondale-Garmin, fragile sur le plan financier, puis Marcel Kittel, en solde, de Giant-Alpecin. Il présente l'arrivée de l'Allemand comme un achat de dernière minute alors qu'en fait, il a entamé ses préparatifs en été. Renson, spécialiste de la ventilation, a dû céder sa place comme sponsor à Lidl Belgique, une filiale de la chaîne allemande de supermarchés, qui apporte davantage d'argent -environ 900.000 euros- et paie le salaire de Kittel.Par Benedict Vanclooster