La scène a lieu fin 2015, quelques semaines après le National Trophy Cyclocross à Bradford. Giles, le père de Tom, envoie un mail à la rédaction du magazine britannique Cycling Weekly. En pièce jointe, une photo de l'arbre de Noël de la famille Pidcock au sommet duquel on peut voir non pas une étoile, mais une photo découpée dans le magazine. Elle montre la victoire de Tom (seize ans) à Bradford: les bras au ciel, les deux jambes parallèles, il franchit pourtant la ligne en parfait équilibre sur son vélo.

Deux ans plus tard, il fait à nouveau le show lors des championnats de Grande-Bretagne en imitant Superman: le ventre sur la selle, le bras droit tendu vers l'avant, les jambes presque au sol. Ce geste de victoire, il l'a répété à l'entraînement. Non sans se faire mal au ventre, d'ailleurs. Mais cette fois, il ne sent rien. "Quand on l'emporte on n'a mal nulle part", dit celui qui, en plus de gagner, veut conquérir le public. Et surtout faire preuve d'originalité. Il ne cherche à copier personne, même pas Peter Sagan, à qui on le compare parfois. Ce n'est pas du tout son idole. Il qualifie même le geste Chicken Run de Sagan au Tour de "stupide". Imiter Superman, a quand même plus d'allure.

Wheelings

Le Britannique est un acrobate. Quand il ne prend pas trop de risques, il tire son épingle du jeu sur les circuits les plus techniques du monde. Il s'entraîne pourtant très peu, voire jamais, avec son vélo de cross. Ça ne l'empêche pas, en 2016, de remporter son tout premier cross dans le sable, à Zonhoven. "J'ai appris à rouler dans le sable ce matin, à l'échauffement", dit-il après la course.

C'est un artiste-né. À l'âge de trois ans, il roulait déjà en BMX. Il passait autant de temps sur un vélo que sur ses jambes, que ce soit dans le jardin ou dans le parc proche de la maison, avec ses amis et son frère Joe. Leur objectif: être les plus sales possible, couverts de boue. À l'école primaire, Tom faisait des trucs à vélo pour épater la galerie, au grand désespoir des enseignants.

Reprise de la saison sur route du côté du Tour d'Algarve., iStock
Reprise de la saison sur route du côté du Tour d'Algarve. © iStock

Les wheelings à la Sagan, pour lui, c'est un jeu d'enfant: lors d'une séance photos pour le magazine britannique Rouleur, en 2017, il virevoltait sur les rochers et embrassait sa roue avant en restant sur sa selle tandis que son vélo faisait pratiquement un angle droit avec le sol. Lors de la dernière Vuelta, dans le mur de Valdepeñas de Jaén, il lâchait carrément son guidon.

Mais ce qui l'excite le plus, ce sont les descentes en VTT. Ça se voit sur les vidéos et les photos qu'il poste régulièrement sur Instagram. Dès l'âge de quinze ans, il tentait ainsi un mega jump sur le circuit des Gets. Le VTT cadre encore plus que le cyclo-cross ou le cyclisme avec son tempérament de casse-cou. Il adore aussi le ski - le champion de freestyle Candide Thovex est une de ses idoles - et n'hésite jamais à faire du hors-piste par amour du risque.

Lisez ce portrait complet de Tom Pidcock dans notre Guide du cyclisme 2022 paru le 3 février ou dans la Zone +

La scène a lieu fin 2015, quelques semaines après le National Trophy Cyclocross à Bradford. Giles, le père de Tom, envoie un mail à la rédaction du magazine britannique Cycling Weekly. En pièce jointe, une photo de l'arbre de Noël de la famille Pidcock au sommet duquel on peut voir non pas une étoile, mais une photo découpée dans le magazine. Elle montre la victoire de Tom (seize ans) à Bradford: les bras au ciel, les deux jambes parallèles, il franchit pourtant la ligne en parfait équilibre sur son vélo. Deux ans plus tard, il fait à nouveau le show lors des championnats de Grande-Bretagne en imitant Superman: le ventre sur la selle, le bras droit tendu vers l'avant, les jambes presque au sol. Ce geste de victoire, il l'a répété à l'entraînement. Non sans se faire mal au ventre, d'ailleurs. Mais cette fois, il ne sent rien. "Quand on l'emporte on n'a mal nulle part", dit celui qui, en plus de gagner, veut conquérir le public. Et surtout faire preuve d'originalité. Il ne cherche à copier personne, même pas Peter Sagan, à qui on le compare parfois. Ce n'est pas du tout son idole. Il qualifie même le geste Chicken Run de Sagan au Tour de "stupide". Imiter Superman, a quand même plus d'allure. Le Britannique est un acrobate. Quand il ne prend pas trop de risques, il tire son épingle du jeu sur les circuits les plus techniques du monde. Il s'entraîne pourtant très peu, voire jamais, avec son vélo de cross. Ça ne l'empêche pas, en 2016, de remporter son tout premier cross dans le sable, à Zonhoven. "J'ai appris à rouler dans le sable ce matin, à l'échauffement", dit-il après la course. C'est un artiste-né. À l'âge de trois ans, il roulait déjà en BMX. Il passait autant de temps sur un vélo que sur ses jambes, que ce soit dans le jardin ou dans le parc proche de la maison, avec ses amis et son frère Joe. Leur objectif: être les plus sales possible, couverts de boue. À l'école primaire, Tom faisait des trucs à vélo pour épater la galerie, au grand désespoir des enseignants. Les wheelings à la Sagan, pour lui, c'est un jeu d'enfant: lors d'une séance photos pour le magazine britannique Rouleur, en 2017, il virevoltait sur les rochers et embrassait sa roue avant en restant sur sa selle tandis que son vélo faisait pratiquement un angle droit avec le sol. Lors de la dernière Vuelta, dans le mur de Valdepeñas de Jaén, il lâchait carrément son guidon. Mais ce qui l'excite le plus, ce sont les descentes en VTT. Ça se voit sur les vidéos et les photos qu'il poste régulièrement sur Instagram. Dès l'âge de quinze ans, il tentait ainsi un mega jump sur le circuit des Gets. Le VTT cadre encore plus que le cyclo-cross ou le cyclisme avec son tempérament de casse-cou. Il adore aussi le ski - le champion de freestyle Candide Thovex est une de ses idoles - et n'hésite jamais à faire du hors-piste par amour du risque. Lisez ce portrait complet de Tom Pidcock dans notre Guide du cyclisme 2022 paru le 3 février ou dans la Zone +